SÉNÈQUE (4 av. J.-C.65 apr. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le directeur spirituel

Toute l'œuvre de Sénèque y compris ses tragédies et mis à part une satire tout à fait marginale, l'Apocolocynthosis, est consacrée à la direction spirituelle. Pourtant, seules les œuvres en prose font connaître la forme de direction spirituelle que Sénèque considérait comme idéale : le colloque entre amis. Plus que l'instruction théorique, c'est en effet le modèle vivant, l'autorité du directeur spirituel qui ont à ses yeux la plus grande efficacité. L'idéal serait la cohabitation continuelle du disciple avec le maître qu'il a choisi : c'était ce qui était pratiqué dans l'école d'Épicure. Si cela n'est pas possible, il faut tout au moins que les rapports entre maître et disciple soient fondés sur la confiance et la sympathie mutuelles, inséparables de l'amitié. À cette exigence, le caractère institutionnel des relations d'amitié, dans le monde antique, fournissait un cadre favorable. Ce caractère était destiné à donner une certaine protection aux individus, à favoriser les relations sociales, mais aussi à assurer une direction de conscience dans une atmosphère amicale. De même que, dans les institutions romaines, il existait une fonction officielle de censeur, de même, dans la vie privée, on se choisissait un ou deux amis que distinguaient l'âge, l'expérience, l'autorité. Ces « censeurs » avaient non seulement le droit, mais le devoir d'exercer, par leurs conseils, leurs exhortations, leurs blâmes, une influence sur le perfectionnement moral de l'individu qui se confiait à eux. La direction spirituelle de Sénèque se situe dans cette tradition. Elle se rattache également à un usage romain particulièrement en honneur au iie siècle avant J.-C. : des jeunes gens se plaçaient sous la direction de jurisconsultes célèbres, d'autorité reconnue, la plupart du temps déjà d'âge avancé, et ils se confiaient à eux pour achever leur éducation et les introduire dans la carrière des charges publiques. S [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.)  » est également traité dans :

LETTRES À LUCILIUS, Sénèque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Composées au cours des trois dernières années de la vie de Sénèque (4 av. J.-C.-65), ces 124 lettres qui nous sont parvenues, adressées à l'ami et poète Lucilius, constituent un manuel complet de philosophie. Entre Sénèque et le […] Lire la suite

CINNA CNAEUS CORNELIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 165 mots

Personnage qui n'aurait sans doute jamais passé à la postérité s'il n'avait été utilisé par Sénèque dans son traité De clementia pour montrer que l'empereur Auguste savait pardonner. Cnæus Cornelius Cinna, arrière-petit-fils du grand Pompée, prend en effet le parti de Marc Antoine contre Octave, le futur empereur Auguste. Celui-ci ne lui en tient pas rigueur et lui permet de faire carrière ; Cinn […] Lire la suite

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sénèque »  : […] Cependant, tandis que moralités et interludes s'acheminaient peu à peu vers une expression dramatique à la fois plus proche de la vie et plus complexe, une influence capitale vint stimuler le développement du théâtre élisabéthain, dont la forme et l'esprit furent tributaires, dès le milieu du xvi e siècle et jusqu'à son extinction, de l'œuvre dramatique de Sénèque. C'est, en effet, le théâtre de […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Où l'art devient culture »  : […] Pendant les dernières années du règne d'Auguste (qui se termine en 14 apr. J.-C.), il se fait, à Rome, un grand silence dans le domaine des lettres. Virgile, Horace éblouissent. Quelques grands poèmes encore sont écrits, comme le De morte de Varius, un épicurien épigone de Lucrèce, et des tragédies, probablement récitées devant un public restreint plutôt que jouées au théâtre. C'est à ce moment q […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tradition latine classique »  : […] Dès son apparition, la littérature latine chrétienne atteint une sorte de perfection. Chacun dans son genre, Tertullien, Cyprien, Minucius Felix sont des écrivains remarquables. Une des raisons de ce phénomène est probablement le retard du développement de la littérature chrétienne en Occident par rapport à celui de cette même littérature en milieu grec. L'ensemble des premiers écrivains chrétiens […] Lire la suite

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dédramatisation de la mort »  : […] Attitude philosophique, certes, mais qui ne manque pas de se manifester dans le comportement, la dédramatisation de la mort fut hautement illustrée dans l'Antiquité. N'est-ce pas la position de Socrate qui choisit de mourir en absorbant le poison pour convaincre ses disciples que la mort n'a rien de redoutable : « Je crois aux dieux athéniens, comme n'y croit aucun de mes accusateurs. Et puisque D […] Lire la suite

NÉRON (37-68)

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 233 mots

Dans le chapitre « Le début du règne : la tutelle de Burrus et de Sénèque (54-62) »  : […] Néron n'avait pas dix-sept ans. Sénèque et Burrus exercèrent le pouvoir, s'appuyant, le premier sur le Sénat, le second sur l'armée. Le nouveau règne était, selon eux, un retour à la tradition : on élimina les affranchis de Claude. Toutefois, Agrippine entendait bien gouverner sous le nom de son fils et, vite, un conflit s'engagea. Le meurtre de Britannicus, en 55, fut en partie dû au fait que, p […] Lire la suite

NORTON THOMAS (1532-1584)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 472 mots

Né à Londres, élevé à Cambridge, puis étudiant en droit à l'Inner Temple (1555), Thomas Norton fit une carrière politique : il devint City Remembrancer (fonctionnaire chargé des rapports avec la Couronne) et entra au Parlement. Ce puritain, qui traduisit l' Institution chrétienne de Calvin (1561) et exhorta en 1574 le lord-maire de Londres à surveiller les lieux « à peine honnêtes » ( scarcely ho […] Lire la suite

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Permanence rituelle. Ostracisme théologique »  : […] L'ostracisme, qui se caractérise par une grande pauvreté d'imagination quant aux fins, exil ou mort, la dissimule derrière un cérémonial, une liturgie des gestes de la haine, un recours au néant, illustré par exemple par le recours au feu. L'histoire montre une longue répétition de l'autodafé. Protagoras d'Abdère (485-411 av. J.-C.) s'interrogea sur l'être des dieux et conclut au non-sens de la q […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ilsetraut HADOT, « SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/