SAMARITAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécificité religieuse

À la différence des autres Juifs, les Samaritains ont conservé le rôle des prêtres et du grand prêtre en tant que médiateurs entre les hommes, la nation et Dieu ainsi que les traditions relatives au Temple. Le sacerdoce de leurs familles sacerdotales est censé remonter à la haute Antiquité, à Josué et à Aaron.

Les Samaritains reprochent aux Juifs d'avoir réécrit la Torah et d'avoir abandonné le caractère sacré du Garizim au profit de Jérusalem. En effet, les deux textes du Pentateuque, juif (dit massorétique) et samaritain, diffèrent sur environ 6 000 points, rarement importants. Leur nom authentique est Shomerim et tire son origine de la racine shomer, plutôt que de la région de Samarie où ils ont vécu, pour signifier « gardien [de la véritable tradition et de l'Écriture] » dans la stricte fidélité à Yahvé et dans une recherche de rigueur lors de l'exécution des prières et des prescriptions rituelles. Les principaux préceptes de leur foi sont les suivants : un seul Dieu, le Dieu d'Israël ; un seul prophète, Moïse, considéré étrangement comme « le maître du monde » et aussi comme repère eschatologique ; un seul livre sacré, donné par Moïse, Pentateuque ou Torah (et sa version paraphrastique, le Memar Marqah), d'où est tiré leur Décalogue qui fusionne, en un seul commandement initial, l'unité divine et l'interdiction de l'idolâtrie, et qui ajoute à la fin le commandement sur l'édification d'un Temple sur le mont sacré ; ils excluent de la sorte les Livres des Prophètes et les Hagiographes reconnus sacrés par le judaïsme. L'adhésion littérale à la Torah implique aussi la scrupuleuse observance de toutes les règles du sabbat et des normes sur la pureté et l'impureté. Les Samaritains fêtent seulement les sept solennités religieuses indiquées dans la Torah ; sont donc exclues Hanukka et Pūrim. Sur le mont Garizim, ils célèbrent les fêtes principales, et celle de la Pâque est devenue une attraction touristique avec le sacrifice rituel de l'agneau et une mise en scène digne des temps bibliques. Ces principes s'enrichissent de la croyance dans le messie, le taheb, un prophète, tel Moïse, qui doit venir dans la lignée de Joseph et se manifester sur le Garizim pour fonder un royaume destiné à durer un millier d'années, afin d'instaurer la Vengeance et la Récompense.

Manuscrit contenant le Pentateuque

Photographie : Manuscrit contenant le Pentateuque

Grand prêtre samaritain de la ville de Shechem (Naplouse) déroulant un manuscrit sacré du Pentateuque, dont il est dit qu'il aurait été rédigé par Éléazar, fils d'Aaron. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

Classification

Autres références

«  SAMARITAINS  » est également traité dans :

ARAMÉENS

  • Écrit par 
  • R.D. BARNETT
  •  • 1 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Écriture et langue »  : […] L' araméen est un langage sémitique, proche parent de l'hébreu et du phénicien. Mais qui comporte quelques traits communs avec l'arabe. Il utilise l'alphabet phénicien. Le premier spécimen d'écriture araméenne connu remonte au x e ou au ix e  siècle avant J.-C. et a été recueilli sur un autel à Tell Halaf. Il en existe de nombreux autres spécimens venant de Syrie et datant du ix e ou du viii e   […] Lire la suite

ESDRAS ou EZRA (Ve-IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 482 mots

Prêtre juif, chargé des affaires juives à la cour de Perse, vraisemblablement sous le règne d'Artaxerxès II (~ 404-~ 359), Esdras est avec Néhémie le principal « maître d'œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La chronologie de leurs missions respectives est assez discutée. Esdras, à qui le roi « accordait tout ce qu'il demandait », est envoyé à Jérusalem. À […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les royaumes d'Israël et de Juda (930-586) »  : […] Le royaume d'Israël est le plus vaste et le mieux pourvu des deux royaumes. Mais il souffre d'une instabilité dynastique marquée par des coups d'État militaires. Ses rois sont : Jéroboam (930-913), Nadab (913-910), Baasa (910-886), Elah (886-885), Zimri (885), Omri (885-876), Achab (876-853), Ochozias (853-852), Joram (852-842), Jéhu (842-813), Joachaz (813-800), Joas (800-785), Jéroboam II (785- […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'exil et la période perse (587-333 av. J.-C.) »  : […] Le territoire du royaume de Juda, qui, administrativement, avait été rattaché à la province de Samarie après le meurtre de son gouverneur judéen, ne fut pas repeuplé par des colons comme l'avait été celui du royaume d'Israël. Mais les vides causés par la guerre et ses suites (massacres, déportations, fuite en Égypte) furent comblés par les peuples voisins : Édomites, Ammonites et Moabites ; ils oc […] Lire la suite

SICHEM

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 552 mots

Ancienne ville cananéenne située au cœur de la Cisjordanie entre le mont Ebal et le mont Garizim. Sichem est mentionnée plusieurs fois dans les textes égyptiens du ~ II e millénaire ; les lettres d'El-Amarna (~ xiv e s.) rapportent que le prince de Sichem, Labaya, fait cause commune avec les Hapiru. D'après les traditions bibliques, les patriarches Abraham (Gen., xii , 6-7) et Jacob (Gen., xxxi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Vittorio MORABITO, « SAMARITAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/samaritains/