Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SAMARITAINS

Le mot samaritain, qui évoque une personne charitable, à l'image du Bon Samaritain de l'Évangile (Luc, X, 3-35), possède un riche contenu historique. Vivant en Israël, sans être strictement juifs ni arabes, les Samaritains constituent actuellement, comme ils l'affirment, l'un des plus petits et plus anciens peuples de la Terre. Au début du xxie siècle, ils étaient environ 700, répartis entre le territoire soumis à l'Autorité autonome de Palestine, à Naplouse, près de leur foyer historique du mont Garizim – « la montagne des Bénédictions d'Israël », selon les propos de Moïse –, et les récents établissements dans l'État d'Israël, à Holon, à la périphérie de Tel-Aviv. Jadis, ils risquèrent de disparaître en raison de calamités, d'apostasies et d'une stricte endogamie. En 1917, on comptait 146 individus. Les assouplissements des contraintes ont amélioré leur situation démographique.

Les ouvrages les concernant se sont multipliés depuis que l'historien et astronome Guillaume Postel publia, en 1538, le premier alphabet samaritain et que l'érudit napolitain Pietro Della Valle entra, en 1616, en possession du premier Pentateuque samaritain connu en Europe, mais surtout, plus près de nous, après la diffusion pendant huit décennies du livre de référence The Samaritans de J. A. Montgomery et grâce, enfin, à l'activité d'une association internationale, la Société d'études samaritaines (S.E.S.), fondée à Paris en 1985 par un groupe de savants réunis autour de Dom Guy D. Sixdenier. La S.E.S. a publié les actes de ses travaux et a patronné la publication de deux ouvrages collectifs, A Companion to Samaritan Studies – un ensemble homogène d'articles – et The Samaritans, un dictionnaire encyclopédique, qui constituent maintenant l'abc de toutes les recherches.

Spécificité religieuse

À la différence des autres Juifs, les Samaritains ont conservé le rôle des prêtres et du grand prêtre en tant que médiateurs entre les hommes, la nation et Dieu ainsi que les traditions relatives au Temple. Le sacerdoce de leurs familles sacerdotales est censé remonter à la haute Antiquité, à Josué et à Aaron.

Manuscrit contenant le Pentateuque

Manuscrit contenant le Pentateuque

Les Samaritains reprochent aux Juifs d'avoir réécrit la Torah et d'avoir abandonné le caractère sacré du Garizim au profit de Jérusalem. En effet, les deux textes du Pentateuque, juif (dit massorétique) et samaritain, diffèrent sur environ 6 000 points, rarement importants. Leur nom authentique est Shomerim et tire son origine de la racine shomer, plutôt que de la région de Samarie où ils ont vécu, pour signifier « gardien [de la véritable tradition et de l'Écriture] » dans la stricte fidélité à Yahvé et dans une recherche de rigueur lors de l'exécution des prières et des prescriptions rituelles. Les principaux préceptes de leur foi sont les suivants : un seul Dieu, le Dieu d'Israël ; un seul prophète, Moïse, considéré étrangement comme « le maître du monde » et aussi comme repère eschatologique ; un seul livre sacré, donné par Moïse, Pentateuque ou Torah (et sa version paraphrastique, le Memar Marqah), d'où est tiré leur Décalogue qui fusionne, en un seul commandement initial, l'unité divine et l'interdiction de l'idolâtrie, et qui ajoute à la fin le commandement sur l'édification d'un Temple sur le mont sacré ; ils excluent de la sorte les Livres des Prophètes et les Hagiographes reconnus sacrés par le judaïsme. L'adhésion littérale à la Torah implique aussi la scrupuleuse observance de toutes les règles du sabbat et des normes sur la pureté et l'impureté. Les Samaritains fêtent seulement les sept solennités religieuses indiquées dans la Torah ; sont donc exclues Hanukka et Pūrim. Sur le mont Garizim, ils célèbrent les fêtes principales, et celle de la Pâque est devenue[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Manuscrit contenant le Pentateuque

Manuscrit contenant le Pentateuque

Autres références

  • ARAMÉENS

    • Écrit par R.D. BARNETT
    • 1 910 mots
    • 1 média
    ...survécurent jusqu'à l'époque romaine, et l'on retrouve dans les manuscrits certaines formes auxquelles on a donné les noms de palmyréen, de nabatéen, de samaritain et de syriaque. Certains fragments de l'Ancien Testament, par exemple ceux que l'on trouve dans Daniel et dans Esdras, ont été rédigés en araméen....
  • ESDRAS ou EZRA (Ve-IVe s. av. J.-C.)

    • Écrit par Marguerite JOUHET
    • 482 mots

    Prêtre juif, chargé des affaires juives à la cour de Perse, vraisemblablement sous le règne d'Artaxerxès II (~ 404-~ 359), Esdras est avec Néhémie le principal « maître d'œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La chronologie de leurs...

  • JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

    • Écrit par Gérard NAHON
    • 11 045 mots
    • 4 médias
    ...prise, le royaume détruit, ses populations déportées dans les lointaines régions de Khabor ; on installe à leur place des colons assyriens, les futurs Samaritains. Ceux-ci adoptent bientôt la religion israélite ; ils construiront au vie siècle leur temple sur le mont Garizim et conserveront l'ancienne...
  • PALESTINE

    • Écrit par Universalis, Ernest-Marie LAPERROUSAZ, Robert MANTRAN
    • 31 602 mots
    • 7 médias
    ..., échanson du roi de Perse, auraient joué un grand rôle dans la restauration nationale et religieuse en Juda, que se serait efforcée d'entraver l'aristocratie samaritaine – Juda dépendant toujours de Samarie – craignant d'être supplantée, sur place, par les notables judéens revenus dans leur pays...

Voir aussi