SAMARITAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origine controversée

Les Samaritains se considèrent comme les Bnai Yisrael, « fils d'Israël », c'est-à-dire les vrais représentants de la religion originelle, descendants des tribus d'Ephraïm et de Manassé, établies dans le royaume d'Israël-Samarie. Cette entité politique s'est maintenue indépendante jusqu'à la conquête assyrienne de 722 avant J.-C. Les conséquences de la captivité de Babylone restent une question controversée. Pour les tenants d'une interprétation orthodoxe fondée sur le récit biblique (2 Rois, XVII), le peuple samaritain s'est formé à partir de la fusion de populations étrangères, idolâtres et païennes, destinées à peupler la Samarie postérieurement à l'exode d’une bonne partie de sa population. La consommation du divorce idéologique, déjà annoncé, s'est donc réalisée après 538 avant J.-C., au retour de Babylone des Juifs de Judée. L'acceptation irréfléchie de ce récit explique le terme péjoratif de Cutheans (dérivée de la ville de Cuthea) utilisé pour désigner les Samaritains dans une certaine littérature. En revanche, si l'on s'en tient à des documents assyriens, la domination assyrienne ne semble pas avoir affecté la continuité des traditions et l'exode babylonien n'a touché qu'une faible partie de la population de la Samarie. De ce point de vue, on peut dire que probablement deux groupes distincts de population y vivaient côte à côte.

En outre, le récit de Flavius Josèphe est, pour certains, une source historique incontestable quand il affirme que le peuple samaritain s'est constitué vers le milieu du ive siècle avant J.-C. à cause d'un banal schisme avec Jérusalem. Il en résulte la fondation, par rétorsion, aux alentours de 312 avant J.-C., d'un Temple sur le Garizim, imitation exacte de celui de Jérusalem. Toutefois, l'épisode relaté par Flavius Josèphe prend place au sein de l'idéologie soutenue par les adversaires des Samaritains. Le Temple fut détruit en 128 avant J.-C. par les Juifs de Jérusalem, et la scission, à ce moment, est claireme[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

Classification


Autres références

«  SAMARITAINS  » est également traité dans :

ARAMÉENS

  • Écrit par 
  • R.D. BARNETT
  •  • 1 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Écriture et langue »  : […] l'on retrouve dans les manuscrits certaines formes auxquelles on a donné les noms de palmyréen, de nabatéen, de samaritain et de syriaque. Certains fragments de l'Ancien Testament, par exemple ceux que l'on trouve dans Daniel et dans Esdras, ont été rédigés en araméen. Le Talmud de Babylone a été, dans sa plus grande partie, écrit en un dialecte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arameens/#i_9040

ESDRAS ou EZRA (-Ve--IVe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 482 mots

Prêtre juif, chargé des affaires juives à la cour de Perse, vraisemblablement sous le règne d'Artaxerxès II (~ 404-~ 359), Esdras est avec Néhémie le principal « maître d'œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esdras-ezra/#i_9040

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 036 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les royaumes d'Israël et de Juda (930-586) »  : […] est prise, le royaume détruit, ses populations déportées dans les lointaines régions de Khabor ; on installe à leur place des colons assyriens, les futurs Samaritains. Ceux-ci adoptent bientôt la religion israélite ; ils construiront au vie siècle leur temple sur le mont Garizim et conserveront l'ancienne écriture hébraïque jusqu'à nos jours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-des-hebreux/#i_9040

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 610 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'exil et la période perse (587-333 av. J.-C.) »  : […] dans la restauration nationale et religieuse en Juda, que se serait efforcée d'entraver l'aristocratie samaritaine – Juda dépendant toujours de Samarie – craignant d'être supplantée, sur place, par les notables judéens revenus dans leur pays après cinquante ans d'exil. L'autel des sacrifices aurait été restauré dès 538, et les travaux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_9040

SICHEM

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 552 mots

Ancienne ville cananéenne située au cœur de la Cisjordanie entre le mont Ebal et le mont Garizim. Sichem est mentionnée plusieurs fois dans les textes égyptiens du ~ IIe millénaire ; les lettres d'El-Amarna (~ xive s.) rapportent que le prince de Sichem, Labaya, fait cause […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sichem/#i_9040

Voir aussi

Pour citer l’article

Vittorio MORABITO, « SAMARITAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samaritains/