Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SAMARITAINS

Expansion, déclin et séparation

Les fouilles archéologiques du site de Sichem, au voisinage de l'actuelle ville de Naplouse, ont mis au jour l'habitat hellénistique du iie siècle avant J.-C. et révélé l'existence au sommet du mont Garizim d'un périmètre sacré, le temenos, à côté duquel un temple aurait été construit ; il subsisterait en dessous des soubassements de l'église élevée en 484 par l'empereur Zénon. Un mur entourait le sommet de la colline. Les archéologues y ont trouvé les restes des nombreux animaux, agneaux et chèvres, sacrifiés chaque jour et aussi une amphore en or décorée, 1 000 pièces de monnaie, 150 inscriptions en quatre langues (ancien hébreu pour les écritures officielles, comme celle Beit Yahvé, « la maison de Dieu » ; araméen et grec pour les dédicaces du sanctuaire ; et hébreu samaritain). Les premiers résultats montrent clairement que le temple avait un escalier et deux portes, composant une structure identique à celle du temple de Jérusalem.

La présence des Samaritains ne s'est pas limitée à la Palestine et à sa région continentale limitrophe ; en effet, à partir du ive siècle avant J.-C., elle s'est propagée en Égypte et, ultérieurement, tant à Athènes que dans les îles et villes de la Méditerranée alors colonisées par les Grecs. Les dernières communautés ont survécu longtemps : à Alep jusqu'au xviie siècle, et au Caire, où leur extinction est attestée en 1761.

Ils se sont toujours bien accommodés avec les musulmans arabes, à tel point qu'ils ont influencé certaines pratiques liturgiques musulmanes ; en contrepartie, ils ont été fortement arabisés. La langue arabe est devenue leur langue maternelle, même s'ils continuent à prier en ancien hébreu, puisqu'ils n'ont jamais adopté l'écriture carrée de l'hébreu moderne.

L'éventualité d'une Palestine indépendante satisfait la communauté de Naplouse, dont un responsable a été nommé au Parlement palestinien : Yasser Arafat s'est préoccupé pendant la première intifada, en 1987, de la protection de « nos frères Samaritains » ; il a rendu visite à ses chefs religieux ; enfin, lors du vol de deux précieux livres saints, c'est à lui que la communauté s'est adressée dans l'espoir de les retrouver plus facilement. Différente est l'attitude des Samaritains d'Holon : ils se sentent israéliens, parlent l'hébreu moderne et ont obtenu de l'État hébreu la prérogative d'acquérir la nationalité israélienne, de profiter de la loi du retour, de valider officiellement certains actes et verdicts de leurs rabbins et d'effectuer le service militaire à Tel-Aviv dans le respect des solennités religieuses samaritaines. Mais ils tiennent à maintenir leurs liens avec la communauté de Naplouse, malgré la séparation politique instaurée depuis la création de l'État d'Israël en 1948. L'accomplissement des devoirs religieux sur le mont Garizim, au moins lors du sacrifice annuel de Pesakh (Pâque), sinon aussi de Suqqot (la fête des Tabernacles) et de Shavuot (Pentecôte), exige en fait et en droit un libre passage entre Tel-Aviv et Naplouse.

— Vittorio MORABITO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Manuscrit contenant le Pentateuque

Manuscrit contenant le Pentateuque

Autres références

  • ARAMÉENS

    • Écrit par R.D. BARNETT
    • 1 910 mots
    • 1 média
    ...survécurent jusqu'à l'époque romaine, et l'on retrouve dans les manuscrits certaines formes auxquelles on a donné les noms de palmyréen, de nabatéen, de samaritain et de syriaque. Certains fragments de l'Ancien Testament, par exemple ceux que l'on trouve dans Daniel et dans Esdras, ont été rédigés en araméen....
  • ESDRAS ou EZRA (Ve-IVe s. av. J.-C.)

    • Écrit par Marguerite JOUHET
    • 482 mots

    Prêtre juif, chargé des affaires juives à la cour de Perse, vraisemblablement sous le règne d'Artaxerxès II (~ 404-~ 359), Esdras est avec Néhémie le principal « maître d'œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La chronologie de leurs...

  • JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

    • Écrit par Gérard NAHON
    • 11 045 mots
    • 4 médias
    ...prise, le royaume détruit, ses populations déportées dans les lointaines régions de Khabor ; on installe à leur place des colons assyriens, les futurs Samaritains. Ceux-ci adoptent bientôt la religion israélite ; ils construiront au vie siècle leur temple sur le mont Garizim et conserveront l'ancienne...
  • PALESTINE

    • Écrit par Universalis, Ernest-Marie LAPERROUSAZ, Robert MANTRAN
    • 31 602 mots
    • 7 médias
    ..., échanson du roi de Perse, auraient joué un grand rôle dans la restauration nationale et religieuse en Juda, que se serait efforcée d'entraver l'aristocratie samaritaine – Juda dépendant toujours de Samarie – craignant d'être supplantée, sur place, par les notables judéens revenus dans leur pays...

Voir aussi