SAMARITAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot samaritain, qui évoque une personne charitable, à l'image du Bon Samaritain de l'Évangile (Luc, X, 3-35), possède un riche contenu historique. Vivant en Israël, sans être strictement juifs ni arabes, les Samaritains constituent actuellement, comme ils l'affirment, l'un des plus petits et plus anciens peuples de la Terre. Au début du xxie siècle, ils étaient environ 700, répartis entre le territoire soumis à l'Autorité autonome de Palestine, à Naplouse, près de leur foyer historique du mont Garizim – « la montagne des Bénédictions d'Israël », selon les propos de Moïse –, et les récents établissements dans l'État d'Israël, à Holon, à la périphérie de Tel-Aviv. Jadis, ils risquèrent de disparaître en raison de calamités, d'apostasies et d'une stricte endogamie. En 1917, on comptait 146 individus. Les assouplissements des contraintes ont amélioré leur situation démographique.

Les ouvrages les concernant se sont multipliés depuis que l'historien et astronome Guillaume Postel publia, en 1538, le premier alphabet samaritain et que l'érudit napolitain Pietro Della Valle entra, en 1616, en possession du premier Pentateuque samaritain connu en Europe, mais surtout, plus près de nous, après la diffusion pendant huit décennies du livre de référence The Samaritans de J. A. Montgomery et grâce, enfin, à l'activité d'une association internationale, la Société d'études samaritaines (S.E.S.), fondée à Paris en 1985 par un groupe de savants réunis autour de Dom Guy D. Sixdenier. La S.E.S. a publié les actes de ses travaux et a patronné la publication de deux ouvrages collectifs, A Companion to Samaritan Studies – un ensemble homogène d'articles – et The Samaritans, un dictionnaire encyclopédique, qui constituent maintenant l'abc de toutes les recherches.

Spécificité religieuse

À la différence des autres Juifs, les Samaritains ont conservé le rôle des prêtres et du grand prêtre en tant que médiateurs entre les homme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

Classification


Autres références

«  SAMARITAINS  » est également traité dans :

ARAMÉENS

  • Écrit par 
  • R.D. BARNETT
  •  • 1 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Écriture et langue »  : […] L' araméen est un langage sémitique, proche parent de l'hébreu et du phénicien. Mais qui comporte quelques traits communs avec l'arabe. Il utilise l'alphabet phénicien. Le premier spécimen d'écriture araméenne connu remonte au x e ou au ix e  siècle avant J.-C. et a été recueilli sur un autel à T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arameens/#i_9040

ESDRAS ou EZRA (Ve-IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 482 mots

Prêtre juif, chargé des affaires juives à la cour de Perse, vraisemblablement sous le règne d'Artaxerxès II (~ 404-~ 359), Esdras est avec Néhémie le principal « maître d'œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La chronologie de leurs missions respectives est assez discutée. Esdras, à qui le roi « accordait tout ce qu'il demandait », est envoyé à Jérusalem. À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esdras-ezra/#i_9040

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les royaumes d'Israël et de Juda (930-586) »  : […] Le royaume d'Israël est le plus vaste et le mieux pourvu des deux royaumes. Mais il souffre d'une instabilité dynastique marquée par des coups d'État militaires. Ses rois sont : Jéroboam (930-913), Nadab (913-910), Baasa (910-886), Elah (886-885), Zimri (885), Omri (885-876), Achab (876-853), Ochozias (853-852), Joram (852-842), Jéhu (842-813), Joachaz (813-800), Joas (800-785), Jéroboam II (785- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-des-hebreux/#i_9040

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'exil et la période perse (587-333 av. J.-C.) »  : […] Le territoire du royaume de Juda, qui, administrativement, avait été rattaché à la province de Samarie après le meurtre de son gouverneur judéen, ne fut pas repeuplé par des colons comme l'avait été celui du royaume d'Israël. Mais les vides causés par la guerre et ses suites (massacres, déportations, fuite en Égypte) furent comblés par les peuples voisins : Édomites, Ammonites et Moabites ; ils oc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_9040

SICHEM

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 552 mots

Ancienne ville cananéenne située au cœur de la Cisjordanie entre le mont Ebal et le mont Garizim. Sichem est mentionnée plusieurs fois dans les textes égyptiens du ~ II e millénaire ; les lettres d'El-Amarna (~ xiv e s.) rapportent que le prince de Sichem, Labaya, fait cause commune avec les Hapiru. D'après les tradition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sichem/#i_9040

Voir aussi

Pour citer l’article

Vittorio MORABITO, « SAMARITAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samaritains/