SABBAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Transcription du mot hébreu shabbat, le terme sabbat est le nom du septième jour de la semaine, le samedi ; conformément à son étymologie (du verbe shavat, « cesser »), il désigne le jour de la cessation du travail, du repos. Institution essentielle à la vie religieuse juive, le sabbat commence dix-huit minutes (pour certains trois heures) avant le coucher du soleil le vendredi soir et se termine une heure après son coucher le lendemain.

Son observance est fondée sur les textes bibliques. Dans la Genèse (ii, 1-3), le nom du sabbat n'apparaît pas, mais son sens : « Ainsi furent terminés les cieux et la terre, avec tout ce qu'ils renferment. Dieu mit fin le septième jour à l'œuvre faite par lui ; et il se reposa le septième jour de toute l'œuvre qu'il avait faite. Dieu bénit le septième jour et le proclama saint parce qu'en ce jour il se reposa de l'œuvre entière qu'il avait produite et organisée. » Le statut de ce jour est révélé à Israël après la sortie d'Égypte, dans la traversée du désert. Dans l'Exode (xvi), la manne est donnée six jours, avec une double portion le sixième jour, car on ne la récolte pas le septième jour, qui est le « sabbat solennel, le saint chômage en l'honneur de l'Éternel ». La quatrième parole du Décalogue identifie le sabbat au septième jour de la création : « Pense au jour du sabbat pour le sanctifier. Durant six jours tu travailleras et t'occuperas de toutes tes affaires, mais le septième jour est la trêve de l'Éternel ton Dieu : tu n'y feras aucun travail, toi, ton fils ni ta fille, ton esclave homme ou femme, ton bétail ni l'étranger qui est dans tes murs. Car en six jours l'Éternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils renferment, et il s'est reposé le septième jour. C'est pourquoi l'Éternel a béni le jour du sabbat et l'a sanctifié » 8-11). Le Deutéronome (v, 14-15) associe le sabbat à la sortie d'Égypte, à la délivrance de l'esclavage : « Observe le jour du sabbat [...]. Ton serviteur et ta servante doivent se reposer comme toi. Et tu te souviendras que tu fus esclave au pays d'Égypte et que le Seigneur ton Dieu t'en a fait sortir d'une main puissante et d'un bras étendu ; c'est pourquoi l'Éternel ton Dieu t'a prescrit d'observer le jour du sabbat. » Enfin la construction du sanctuaire doit s'interrompre durant le sabbat (Exode, xxxv, 1-2), rappel de la prééminence de la sanctification du temps sur la sanctification de l'espace. Chez les prophètes, le sabbat prend une signification historique : son inobservance est tenue pour responsable des malheurs d'Israël ; son observance est la condition de la restauration nationale ; après la destruction du Temple, il est le « lieu » de la communauté dispersée. On dira plus tard : « C'est le sabbat qui a gardé Israël. »

Le vécu sabbatique se règle sur des commandements négatifs et sur des commandements positifs. Sont interdits les travaux considérés comme ayant été indispensables à la construction du sanctuaire (et à l'élaboration de ce qui accompagne le culte), en référence à Exode xxxv. Ce sont les « travaux originaux », au nombre de trente-neuf (notamment, « semer, labourer, moissonner [...] ; tondre la laine, la laver, la peigner, la teindre [...] ; écrire, effacer, bâtir, démolir, éteindre le feu, l'allumer [...] ; transporter du domaine privé dans le domaine public »). Sont également interdits les travaux « dérivés » qui leur ressemblent (arroser une plante, ce qui est déduit de « semer » ; faire un bouquet, déduit de « lier », etc.) ; s'y ajoutent les interdictions rabbiniques préventives (manipuler des outils, même sans but, de l'argent). L'observance du sabbat implique donc, par exemple, que l'on ne fume, n'écrive, n'écoute la radio, ne regarde la télévision, ne joue de la musique, ne porte des objets, ne passe un examen, ne parle de ses affaires, ne voyage. Sont incluses en ces interdictions toutes les modalités, pénibles ou plaisantes, de l'activité productrice et créatrice de l'homme ; c'est la suspension de l'exercice du pouvoir de l'homme sur la nature, de son efficience sur le monde.

L'ensemble des prescriptions a néanmoins une finalité positive. Le sabbat est un jour de fête, accueilli et quitté comme tel par des bénédictions spéciales : « Qu'est-ce qui fut créé le septième jour ? la tranquillité, la sérénité, la paix et le repos. » Cela est illustré par les recommandations concernant les vêtements, la nourriture, les invités. On y discerne une idée d'achèvement et de plénitude rendue par l'expression « les délices du sabbat », le sabbat étant le jour où chacun reçoit un « supplément d'âme ». Au cours du XIVe Colloque des intellectuels juifs de langue française, C. Riveline estimait que le sabbat témoigne de la possibilité d'un monde où l'homme est source d'épanouissement pour lui-même et pour les autres sans recours à des moyens de « divertissement » ou de « loisir » associés à l'aliénation, aux déterminismes, à l'emprise des choses.

Les significations de cette institution sont multiples. Selon A. Heschel, « il est peu d'idées au monde aussi chargées de force spirituelle que l'idée du sabbat ». Celui-ci intéresse d'abord le rapport de l'homme à Dieu. Son observance témoigne que Dieu a créé le monde. L'abstention du geste du travail a sa contrepartie positive dans la méditation de l'acte créateur, dans la contemplation et le parachèvement des œuvres divines et humaines. Selon R. S. Hirsch, « l'homme organise le monde en six jours et le septième il le restitue à son Créateur, proclamant ainsi qu'il ne dispose que d'une autorité empruntée ». Pour A. Safran, « nos biens ne nous appartiennent que dans la mesure où nous reconnaissons que nous appartenons à Dieu ». Le concept de sabbat est central en ce qu'il articule trois aspects de Dieu dans son rapport à l'homme comme créateur, comme libérateur, comme législateur ; ce jour fait une loi de la sanctification qui commémore la Création et la sortie d'Égypte ; il est un jour de méditation de la Loi.

Il souligne, en deuxième lieu, le rapport de l'homme à l'homme et au monde. Il consiste, en effet, dans l'interruption du travail créateur, mais aussi, et c'est le plus important pour la civilisation humaine en général, dans l'interruption de la peine des hommes, du travail ingrat et avilissant, de l'exploitation, des rapports de service qui font des choses, des animaux et des hommes des instruments ; c'est là un rappel et la restauration de la dimension de dignité et de « fin en soi » des êtres vivants. Le sabbat est ainsi rupture du « projet », du désir, de l'agencement de moyens en vue de fins, du travail réfléchi et raisonnable. C'est là l'aspect de cette institution qui est lié à la sortie d'Égypte : libération de l'esclavage, de l'aliénation, des sujétions laborieuses, des déterminismes économ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  SABBAT  » est également traité dans :

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La semaine »  : […] Ce sont les Hébreux qui, les premiers, ont fait usage de la semaine après en avoir hérité des Chaldéens. À Babylone, le chiffre 7 était néfaste et la tradition voulait que rien ne soit entrepris les 7, 14, 21 et 28 du mois. Ce repos hebdomadaire forcé devient une coutume chez les Hébreux, qui l'instituent en pivot de la semaine : le jour du sabbat. On a trouvé deux explications du caractère fati […] Lire la suite

DIMANCHE

  • Écrit par 
  • Robert CABIÉ
  •  • 549 mots

Premier jour de la semaine, regardé par tous les chrétiens comme le « Jour du Seigneur » ; de là vient son nom : Dominica [ dies ], car les Évangiles le présentent avec insistance comme celui de la Résurrection du Christ. Le II e concile du Vatican l'appelle « jour de fête primordial ». Il convient donc que ce soit un jour de repos, manifestant qu'à travers le travail construisant la cité terrest […] Lire la suite

HESCHEL ABRAHAM JOSHUA (1907-1972)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 866 mots

Théologien et philosophe américain, Abraham Joshua Heschel, né à Varsovie, est un descendant de grands maîtres hassidiques (par son père, du Maguid de Mezeritch ; par sa mère, de Lévi Yitzhk de Berditchev). Après des études à l'université de Berlin (où il donne comme dissertation inaugurale Das prophetische Bewusstsein , 1935), il succède en 1937 à Martin Buber comme directeur de l'Organisation po […] Lire la suite

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Offrandes et prières »  : […] Lorsqu'ils ne se trouvent pas explicitement contenus dans la Tōrah, les rites y figurent sous une forme implicite que découvrira le Midraš . Ils sont codifiés par la halakha ou norme rabbinique : le Sulḥan 'Arukh de Joseph b. Ephraïm Caro (Venise, 1567) constitue la forme dernière de sa codification. Des rites agraires règlent la consommation des céréales autorisées après l'offrande d'une g […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique hébraïque

  • Écrit par 
  • Amnon SHILOAH
  •  • 3 337 mots

Dans le chapitre « Le « piyyûṭ » »  : […] L'introduction, à partir du vi e  siècle, de la poésie religieuse dite piyyuṭîm est certainement un fait déterminant dans l'évolution de la musique synagogale. Il semble que cette poésie, conçue suivant des principes prosodiques évolués, ne fut pas un simple ornement de la prière de base mais une aspiration de rénovation. Depuis lors, cet état d'esprit est demeuré en permanence et la puissance cr […] Lire la suite

YOM KIPPŪR ou YOM KIPPOUR

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 380 mots

La plus solennelle des fêtes religieuses juives, Yom Kippūr , est célébrée le 10 du mois de tishri . Au cours de cette fête de l'Expiation des péchés, on restaure la relation d'amitié du fidèle avec Dieu. La Bible l'appelle Shabbat Shabbaton (« sabbat du repos solennel », littéralement : « sabbat des sabbats ») car il est de rigueur de solenniser ce jour et de cesser alors tout travail, même si l […] Lire la suite

Les derniers événements

6 septembre 1986 Turquie. Massacre dans une synagogue d'Istanbul

sabbat, un commando pénètre dans la synagogue Neve Shalom, située dans le quartier européen d'Istanbul, et ouvre le feu sur l'assistance, faisant vingt et un morts parmi la trentaine de fidèles rassemblés pour la prière ; les auteurs de la fusillade se seraient donné ensuite la mort. Alors qu'aucune revendication crédible n'est retenue, des experts […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « SABBAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sabbat/