Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESDRAS ou EZRA (Ve-IVe s. av. J.-C.)

Prêtre juif, chargé des affaires juives à la cour de Perse, vraisemblablement sous le règne d'Artaxerxès II (~ 404-~ 359), Esdras est avec Néhémie le principal « maître d'œuvre » de la reconstruction de Jérusalem et de la création du nouvel Israël. La chronologie de leurs missions respectives est assez discutée.

Esdras, à qui le roi « accordait tout ce qu'il demandait », est envoyé à Jérusalem. À la fin de sa mission, il rédige un compte rendu pour les autorités perses qui lui avaient donné mandat officiel en Judée, et pour les Juifs de Babylone qui lui avaient confié des sommes importantes pour aider au redressement matériel et spirituel de Jérusalem.

En Babylonie, les cercles sacerdotaux achèvent la mise en forme du Code sacerdotal et rassemblent les différentes traditions du Pentateuque. En Judée, Juifs et Samaritains s'opposent pour des motifs politico-religieux. Esdras y est envoyé pour régler la querelle judéo-samaritaine : Esdras impose une loi en rassemblant les apports anciens du Pentateuque, le Code sacerdotal et quelques lois additionnelles, assurant ainsi l'unité de la législation entre « l'étranger et l'indigène » sous l'égide du sacerdoce de Jérusalem. Il renforce la réforme de Néhémie sur les mariages avec les étrangères : les Juifs doivent répudier toutes les femmes étrangères. Après un conseil avec les membres de la communauté de Jérusalem, Esdras fait une lecture solennelle de la « loi de Moïse » dans la Ville sainte (Néhémie, vii, 72-viii, 18). La venue d'Esdras à Jérusalem est, pour la communauté, le commencement d'un ordre nouveau, et le jour où la loi est proclamée marque la naissance du judaïsme.

À partir de ce moment, le scribe (celui qui est habile dans l'art d'écrire) devient celui qui lit, traduit et explique la loi au peuple d'Israël. Le Pentateuque, remanié, devient loi d'État pour les Juifs et les Samaritains, et proclame l'unité de temple, de sacerdoce et de liturgie. La mission d'Esdras n'est pourtant qu'un demi-succès, malgré l'appui des prêtres : un demi-siècle après son arrivée, les Samaritains obtiennent d'Alexandre le Grand l'autorisation de bâtir leur temple sur le Garizim et Esdras restera pour eux le « maudit Esdras » qui obligea les Samaritains à prier au temple de Jérusalem. Le Siracide ignore Esdras ainsi que Maccabées (ii, 13) qui ne cite que Néhémie ; mais l'apocryphe du ~ ie siècle, le IVe Livre d'Esdras, lui attribue la réédition de tous les livres sacrés qui avaient péri durant l'Exil.

Sous l'inspiration divine, il aurait dicté ces livres de mémoire pendant quarante jours. Le judaïsme du Moyen Âge l'a considéré comme le fondateur de la Grande Synagogue.

— Marguerite JOUHET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Association catholique française pour l'enseignement de la Bible

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

    • Écrit par Jean HADOT, André PAUL
    • 9 934 mots
    ...charte sacrée, en grec nomos, et la constitution interne, en grec nomothésia, des juifs. On sait en effet quel avait été le rôle décisif d' Esdras, deux siècles plus tôt au moins, dans la normalisation d'un vrai culte de la Torah. Les juifs de l'époque avaient donc le bénéfice et la contrainte...
  • BIBLE - Bible et archéologie

    • Écrit par Pierre BORDREUIL, Arnaud SÉRANDOUR
    • 7 888 mots
    • 1 média
    ...tradition scripturaire unique décrivant la naissance d'Israël. Dans un deuxième temps, la mise en forme définitive serait liée au travail d' Esdras (ive siècle), au retour d'exil, lorsque les institutions du judaïsme se mettaient en place, centrées sur le temple de Jérusalem. Cette...
  • BIBLE - L'inspiration biblique

    • Écrit par André PAUL
    • 4 564 mots
    • 1 média
    ...hellénistique, celui des apocalypses, probablement palestiniennes, contemporaines des débuts du christianisme. Il faut ici mentionner le IVe livre d' Esdras, dont le chapitre xiv contient un étonnant passage. Avant de rédiger son œuvre, c'est-à-dire de réécrire la Tōrah, censée détruite lors de l'incendie...
  • ESDRAS LIVRES D'

    • Écrit par André PAUL
    • 995 mots

    Plusieurs livres, juifs — bibliques ou non — et chrétiens, ont été attribués à Esdras. Arrivé à Jérusalem en ~ 428, avec un groupe important de nouveaux immigrants, ce personnage joua le premier rôle dans la réforme du judaïsme postexilique. Aussi fut-il vénéré par les Juifs comme le réinventeur...

Voir aussi