ROCKABILLY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux États-Unis, à la fin des années 1940, les stations de radio diffusent du blues, du rhythm and blues et du gospel qui enthousiasment leurs auditeurs à travers toute l'Amérique du Nord et incitent de jeunes musiciens blancs issus du milieu ouvrier du Sud des États-Unis – en particulier ceux qui côtoient la population noire américaine – à associer la musique noire aux différents types de musiques traditionnelles du monde rural (country) qu'ils connaissent bien : western swing, hillbilly, boogie-woogie, bluegrass et honky tonk. On a d'abord qualifié cette forme de rock endiablé interprété par des chanteurs blancs de « country-and-western rhythm and blues », puis cette musique est devenue pour tout le monde le rockabilly – littéralement, rock 'n' roll joué par des « ploucs » (hillbillies) –, en dépit du caractère extrêmement péjoratif du mot hillbilly.

En juillet 1954, à Memphis (Tennessee), lors de sa première séance d'enregistrement pour Sun Records, le label de Sam Phillips, Elvis Presley interprète deux chansons qui deviendront les modèles de référence du rockabilly : That's All Right, Mama, écrit par le chanteur de blues du Mississippi Arthur « Big Boy » Crudup, et une version endiablée de Blue Moon of Kentucky, une valse créée par Bill Monroe, le père du bluegrass. L'interprétation de Presley reprend les inflexions de voix typique de la communauté afro-américaine et se distingue par une intensité émotionnelle bien plus forte que celle des chanteurs de country de l'époque. Lui-même joue de la guitare acoustique, il est accompagné par Scotty Moore à la guitare électrique et Bill Black à la basse. Le trio pose ainsi les bases instrumentales de ce que va être le rockabilly. Fidèles à cet exemple, les chanteurs de rockabilly vont interpréter généralement leurs airs de blues avec des intonations très expressives en grattant rageusement leur guitare acoustique. Ils sont couramment accompagnés par un bassiste qui utilise la technique du slap, par un batteur et par un joueur de guitare électrique qui interprètent un solo énergique. Le tout est mis en valeur par une sorte d'effet d'écho (slap back) mis au point par Phillips et réalisé en studio.

En 1954 et 1955, Presley, Moore et Black, accompagnés par le batteur D. J. Fontana, effectuent des tournées dans le Sud sans quasiment jamais s'arrêter, enflammant toutes les salles sur leur passage. Ils incitent en outre bien d'autres musiciens à passer de la musique country au rockabilly, notamment Buddy Holly et Marty Robbins, ce dernier étant déjà une star reconnue. Presque tous les titres de rockabilly enregistrés à l'époque ont été interprétés par des musiciens qui avaient vu Elvis Presley sur scène. En 1956, ce dernier, désormais sous contrat avec le label R.C.A. et enregistrant ses disques à Nashville (Tennessee), captive des millions de téléspectateurs aux heures de grande écoute et vend des millions de disques. Toutes les maisons de disques se mettent à la recherche d'artistes dans son genre, lançant des chanteurs comme Gene Vincent, dont le Be-Bop-A-Lula va vite devenir un succès phénoménal.

Le label Sun a enregistré des titres de rockabilly interprétés par Jerry Lee Lewis, Roy Orbison, Warren Smith, Billy Lee Riley, Sonny Burgess... L'une des plus grandes stars du label fut Carl Perkins, dont la chanson Blue Suede Shoes, la plus connue de ce genre musical, est devenue un tube universel lorsqu'elle a été interprétée par Presley ; or la version de Perkins était bien plus caractéristique du rockabilly. Les stars de la country de Nashville ont pris le train en marche, à l'instar d'un certain nombre de jeunes chanteuses, telles que Wanda Jackson, Brenda Lee et Janis Martin. D'autres régions sont devenues des hauts lieux du rockabilly, notamment le Texas (où se produisaient Buddy Knox, Sleepy LaBeef, Ronnie Dawson et la future star de la country George Jones) et la Californie (d'où étaient originaires Ricky Nelson, Eddie Cochran et les Collins Kids). Pourtant, sur les milliers de titres de rockabilly enregistrés dans les années 1950, peu sont entrés dans les hit-parades. Au fil de l'évolution du genre, ce dernier s'est enrichi d'éléments nouveaux – piano, saxophone, accompagnements vocaux – qui ont atténué ses caractéristiques sonores d'origine. À la fin des années 1950, le rockabilly était dépassé.

Plusieurs facteurs, et notamment le décès d'Elvis Presley en 1977, ont provoqué un regain d'intérêt pour le rockabilly à la fin des années 1970, d'abord en Europe. Les fans portaient des vêtements typiques des années 1950, collectionnaient des disques anciens et organisaient dans différents pays des festivals auxquels étaient conviés d'anciens chanteurs de rockabilly. Certains d'entre eux, comme Charlie Feathers et le Johnny Burnette's Rock and Roll Trio, ont connu davantage de succès à cette période que pendant l'âge d'or du rockabilly. Des groupes plus jeunes ont vu le jour, notamment les Stray Cats de Long Island (New York). Tout d'abord reconnus en Angleterre, ils ont rapporté aux États-Unis un type de rockabilly dur et épuré. Leur look caricatural n'est pas passé inaperçu à l'époque où M.T.V. faisait ses débuts. C'est en raison de ce regain d'intérêt tardif qu'il a suscité que le rockabilly a connu le succès dans des pays aussi différents que le Japon et la Russie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROCKABILLY  » est également traité dans :

CASH JOHNNY (1932-2003)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Autant par son talent que par ses frasques et ses tribulations, Johnny Cash a acquis le statut de légende vivante dans la country music et dans le monde du rock. Cette image ne doit pas masquer pour autant l'exceptionnelle qualité d'une œuvre prolifique, dense et riche. Cash fut un continuateur et un modernisateur de la tradition appalachienne, un des vrais créateurs du rockabilly, une superstar […] Lire la suite

HAWKINS DALE (1936-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 194 mots

Auteur-compositeur, guitariste et chanteur américain de rockabilly, né le 22 août 1936, à Goldmine, en Louisiane, Delmar Allen Hawkins, Jr., forme son propre groupe peu après avoir servi dans l'U.S. Navy. En 1957, il enregistre Susie Q , caractérisé par les riffs spectaculaires du guitariste du groupe, James Burton, titre qui sera classé par le Rock and Roll Hall of Fame parmi les cinq cents chans […] Lire la suite

HOUND DOG (E. Presley)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 362 mots
  •  • 1 média

L'année 1956 marque un tournant dans la carrière de celui qui est probablement l'artiste le plus important de la musique populaire américaine du xx e  siècle. Lorsqu'il écoute la version de Hound Dog par Freddie Bell & The Bellboys, Elvis Presley trouve le titre séduisant et se remémore l'interprétation originale de la chanteuse de blues Willie Mae « Big Mama » Thorton. Le 1 er  juillet 1956, al […] Lire la suite

PERKINS CARL (1932-1998)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 455 mots

On se rappelle ce couple de touristes japonais dans le film de Jim Jarmusch Mystery Train  : perdus dans Memphis la nuit, ils se querellent pour savoir si Carl Perkins est meilleur qu'Elvis Presley. Cette scène donne une idée de l'impact de la musique de ce modeste fermier-guitariste dont la composition Blue Suede Shoes , son seul succès commercial, sorti le 1 er  janvier 1956 sous le label Sun d […] Lire la suite

PHILLIPS SAM (1923-2003)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 824 mots

La création du rock’n’roll, notamment de sa forme sudiste, le rockabilly, doit beaucoup au producteur Sam Phillips, fondateur des disques Sun et découvreur d'Elvis Presley, Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Johnny Cash et bien d'autres. Cadet d'une famille très pauvre de huit enfants, Samuel Cornelius Phillips (né le 5 janvier 1923 à Florence, Alabama) passe des nuits entières à écouter les chanteurs […] Lire la suite

PRESLEY ELVIS

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 817 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rock'n'roll attitude et apothéose américaine »  : […] L'enfance d'Elvis fut passablement conformiste, celle d'un élève moyen sans histoires. La vraie vie, de toute façon, est ailleurs, dans la parure et la musique. Dès l'âge de deux ans, il écoute et chante le gospel des Noirs à l'église pentecôtiste. Son oncle lui apprend la guitare quand il a une dizaine d'années, et il brille dans les concours musicaux locaux. Ce qu'il aime, c'est la gomina et les […] Lire la suite

PRODUCTEUR DE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Florent MAZZOLENI
  •  • 7 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sam Phillips et Sun Records »  : […] Même si Elvis Presley n’avait jamais enregistré au studio Sun, Sam Phillips (1923-2003) n’en serait pas moins l’un des producteurs les plus visionnaires et influents du xx e  siècle, eu égard à la profusion de talents qui ont enregistré dans son studio en l’espace de quelques années, d’Elvis Presley à B.B. King, d’Howlin’ Wolf à Rufus Thomas, de Johnny Cash à Roy Orbison, de Carl Perkins à Jerry L […] Lire la suite

ROCK

  • Écrit par 
  • Stéphane KŒCHLIN
  •  • 547 mots

Au cours des années 1950, le rhythm 'n' blues naît des apports du blues et du rock 'n' roll. Cette musique est alors exclusivement noire . Dans le même temps, en adaptant le blues des Noirs américains, de jeunes Blancs créent deux nouveaux styles, le rockabilly puis le rock 'n' roll, et connaissent un succès considérable. Dans les années 1950, aux États-Unis, les jeunes, libérés de la guerre, veul […] Lire la suite

VINCENT GENE (1935-1971)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 390 mots

Bien qu'il n'ait pas fréquenté les studios Sun de Sam Phillips, l'homme à la casquette bleue est l'un des grands pionniers du rock'n'roll. Réponse du label Capitol à l'ascension irrésistible d'Elvis Presley, Gene Vincent a laissé une œuvre brute et dévastatrice, dominée par les solos de certains des meilleurs guitaristes du rockabilly : Cliff Gallup puis Johnny Meeks. Vincent Eugene Craddock naît […] Lire la suite

Pour citer l’article

Graig MORRISON, « ROCKABILLY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rockabilly/