SUN RECORDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien ingénieur radio, Sam Phillips fonde en 1950 Memphis Recording Service au 706 Union Avenue, à Memphis (Tennessee). Il propose à ses premiers clients – les labels de rhythm and blues Modern Records, de Los Angeles, et Chess Records, de Chicago – de chercher et d'enregistrer pour leur compte des artistes locaux. Doté d'un talent inné pour mettre à l'aise les musiciens dans son studio, Sam Phillips va faire enregistrer au cours des trois années qui vont suivre certains des classiques de B. B. King, de Howlin' Wolf et du tout jeune Ike Turner. Après avoir enregistré plusieurs titres qui se placent en première position au classement américain de rhythm and blues – Rocket 88 (1951) de Jackie Brenston et Booted (1952) de Rosco Gordon –, Sam Phillips fonde son propre label, qu'il baptise Sun Records. La toute nouvelle firme discographique garde la même veine musicale et offre avec son premier « tube », Bear Cat de Rufus Thomas (1953), une réponse au titre à succès Hound Dog, enregistré à Houston, au Texas, par Willie Mae (« Big Mama ») Thornton.

L'année suivante, Sam Phillips commence à faire enregistrer son premier chanteur blanc, Elvis Presley, alors inconnu, mais dont les cinq singles (dix titres) qui seront enregistrés chez Sun Records restent parmi les plus grands succès pop du xxe siècle : That's All Right et Blue Moon of Kentucky, Good Rockin' Tonight et I Don't Care If The Sun Don't Shine, Milkcow Blues Boogie et You're A Heartbreaker (1954), Baby Let's Play House et I'm Left, You're Right, She's Gone, I Forgot To Remember To Forget et Mystery Train (1955). La country, le gospel et le blues s'y mêlent pour donner un genre complètement nouveau, empreint d'émotion, de fierté et d'un irrésistible sentiment de liberté. Sun Records va alors attirer nombre de jeunes talents des États du Sud, au premier rang desquels Carl Perkins, Johnny Cash et Jerry Lee Lewis. Dans ses enregistrements, Sam Phillips manifeste beaucoup d'humour et une remarquable inventivité. Son utilisation simple mais ingénieuse de l'écho contribuera à définir le nouveau son du rock and roll.

—  Charlie GILLETT, Universalis

Écrit par :

  • : présentateur pour la radio G.L.R. à Londres, directeur du label Oval Music à Londres, auteur

Classification


Autres références

«  SUN RECORDS  » est également traité dans :

PHILLIPS SAM (1923-2003)

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 824 mots

La création du rock’n’roll, notamment de sa forme sudiste, le rockabilly, doit beaucoup au producteur Sam Phillips, fondateur des disques Sun et découvreur d'Elvis Presley, Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Johnny Cash et bien d'autres. Cadet d'une famille très pauvre de huit enfants, Samuel Cornelius Phillips (né le 5 janvier 1923 à Florence, Alabama) passe des nuits entières à écouter les chanteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sam-phillips/#i_52542

PRODUCTEUR DE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Florent MAZZOLENI
  •  • 7 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sam Phillips et Sun Records »  : […] Même si Elvis Presley n’avait jamais enregistré au studio Sun, Sam Phillips (1923-2003) n’en serait pas moins l’un des producteurs les plus visionnaires et influents du xx e  siècle, eu égard à la profusion de talents qui ont enregistré dans son studio en l’espace de quelques années, d’Elvis Presley à B.B. King, d’Howlin’ Wolf à Rufus Thomas, de J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/producteur-de-musique/#i_52542

Pour citer l’article

Charlie GILLETT, « SUN RECORDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sun-records/