HOLLY BUDDY (1936-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chanteur et auteur-compositeur américain Buddy Holly a exercé une influence déterminante sur la musique rock.

Charles Hardin Holley (le e a été supprimé de son nom de famille – probablement par erreur – sur son premier contrat d'enregistrement), né le 7 septembre 1936 à Lubbock (Texas), est le cadet des quatre enfants d'une famille baptiste ; le gospel fait partie de sa vie dès son plus jeune âge. Bon élève, doté d'un charme personnel communicatif, il commence à s'intéresser sérieusement à la musique vers l'âge de douze ans et s'y consacre avec un talent naturel remarquable.

Le rythme afro-américain et le blues que Holly entend à la radio ont sur lui un impact considérable, comme sur d'innombrables adolescents blancs dans l'Amérique des années 1950, où la ségrégation raciale est très forte. Parmi les disques de rhythm and blues qui semblent avoir influencé Holly, on peut citer Work with Me, Annie de Hank Ballard et les Midnighters, Bo Diddley de Bo Diddley et Love Is Strange de Mickey et Sylvia. Les riffs à la guitare et les idées rythmiques de ces trois disques se retrouvent à plusieurs reprises dans son œuvre. Déjà versé dans la country music, le bluegrass et le gospel et interprète expérimenté dès l'âge de seize ans, il se passionne pour le rhythm and blues. En 1955, après avoir entendu Elvis Presley, Holly se consacre à plein temps au rock and roll. La même année, il achète une guitare électrique Fender Stratocaster et met au point le style de jeu avec des accords majeurs retentissants qui le caractérise (ce style est mis en évidence dans le solo de Peggy Sue). En 1956, il signe un contrat avec la division de Decca de Nashville, dans le Tennessee, mais les disques qu'il enregistre se vendent mal et sont de qualité inégale (en dépit de quelques plages remarquables, notamment son premier single, Blue Days, Black Nights et du classique du rock Midnight Shift).

En 1957, Holly et son nouveau groupe, les Crickets (Niki Sullivan à la seconde guitare et comme second chanteur, Joe B. Mauldin à la basse et le grand Jerry Allison à la batterie), commencent à travailler avec un producteur indépendant, Norman Petty, dans son studio de Clovis, au Nouveau-Mexique. C'est alors que la magie opère. Ensemble, ils réalisent une série d'enregistrements dont l'intimité émotionnelle et le sens du détail les placent en marge des autres interprètes de rock and roll des années 1950. Leur travail d'équipe fait fi des conventions et laisse libre cours à leur imagination. Contrairement à la plupart des producteurs de rock and roll indépendants de l'époque, Petty a un équipement de qualité. Il veut que ses enregistrements soient de grande classe et chers, mais il aime aussi faire des expériences. Les enregistrements des Crickets font appel à des techniques inhabituelles d'emplacement des microphones, à des effets imaginatifs de chambre d'écho et à la surimpression, procédé consistant dans les années 1950 à superposer un enregistrement sur un autre. Tout en gravant des chansons comme Not Fade Away, Peggy Sue, Listen to Me et Everyday, Holly et les Crickets campent pendant des jours dans le studio de Petty, qu'ils utilisent comme laboratoire et comme lieu de détente. Ce sont les premiers artistes de rock and roll à approcher ainsi le processus de l'enregistrement.

À la parution du premier 45-tours des Crickets, That'll Be the Day, en 1957, leur label, Brunswick, ne fait aucune promotion. Néanmoins, le disque a un esprit débordant et, dès la fin de l'année, il est vendu par millions d'exemplaires dans le monde entier. Holly devient une star et une idole. Toutefois, l'association de Holly et des Crickets avec Petty (qui est à la fois leur manager, leur partenaire pour l'écriture des chansons et leur éditeur, ainsi que le propriétaire de leurs enregistrements) est loin d'être bénéfique : selon presque tous les témoignages, il encaisse les chèques de droits d'auteur des Crickets et garde l'argent. En 1959, les succès discographiques vont en s'amenuisant et Holly vit à New York avec sa nouvelle femme. Brouillé avec les Crickets et sans revenus, il envisage d'attaquer Petty en justice. Il n'a guère d'autre choix q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOLLY BUDDY (1936-1959)  » est également traité dans :

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 701 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'époque du rock and roll »  : […] Le rock and roll apparaît en 1956. Déjà Hollywood décline, l'âge d'or du star system est révolu. Le nouveau mal du siècle, la « fureur de vivre », a immolé sa dernière victime, James Dean. Le mythe du western est en perte de vitesse et fait place à celui, préfabriqué, des idoles du rock. L'ascension du « roi » Elvis Presley commence. Il devient le Frank Sinatra de cette génération. La chanson de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marshall H. CRENSHAW, « HOLLY BUDDY - (1936-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/buddy-holly/