MONROE BILL (1911-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Véritable inventeur d'un genre musical, le bluegrass, légende vivante durant près de cinq décennies, Bill Monroe est sans conteste une des figures les plus importantes et les plus charismatiques de la musique populaire américaine.

William Smith Monroe naît le 13 septembre 1911 à Rosine (Kentucky), dans une famille originaire d'Écosse qui cultive un petit lopin de terre. Bill développe très jeune un talent de musicien – il adopte la mandoline – qui puise aussi bien chez son oncle Pendelton Vanderver, un violoniste de talent, que chez son voisin noir, le troubadour Arnold Schultz. En compagnie de son frère aîné Charlie, Bill fonde les Monroe Brothers. Leur formule mandoline et guitare est fréquente dans les Appalaches mais les Monroe atteignent un niveau technique inégalé : harmonies vocales poussées à la perfection, professionnalisme affiché et exigeant, approche résolument moderne de leur musique avec un sens du swing et des solos de mandoline de Bill extrêmement bluesy au sein de thèmes traditionnels appalachiens jusque-là davantage tournés vers les traditions des îles Britanniques.

Mais, au début des années 1940, le style montagnard, même innovant et dansant comme chez les Monroe, ne représente plus une force commerciale face au western swing et, surtout, à l'un de ses dérivés naissant, le honky-tonk, qui s'impose alors, avec ses instruments électriques et sa section rythmique, comme la formule moderne qui plaît au public. Le label Bluebird suggère aux frères Monroe d'adopter une autre approche de leur musique s'ils veulent continuer à enregistrer. Comme l'entente musicale entre les deux frères ne correspond guère à une harmonie de tempéraments, Bill et Charlie se séparent, chacun fondant son propre orchestre.

Bill Monroe, le plus jeune et le plus têtu, décide de développer la formule des orchestres à cordes montagnards, en ajoutant une contrebasse à la mandoline, au fiddle et à la guitare. Le quatuor, simplement nommé les Blue Grass Boys, en référence à une variété d'herbe bleue qui pousse abondamment dans le Kentucky, se présente pour la première fois au Grand Ole Opry de Nashville à l'automne de 1939 et crée un choc. La presse relate la « puissance explosive » des Blue Grass Boys, la voix haute, presque écorchée de Bill, sa mandoline imbriquée avec le fiddle et l'extraordinaire swing engendré par la rythmique. Le nouveau groupe, qui s'adjoint bientôt un banjo, enregistre alors une musique totalement nouvelle, qui sera vers 1950 désignée sous le nom de « bluegrass ».

En 1945, Bill Monroe signe chez Columbia. Il va alors enregistrer une œuvre magistrale qui définira les canons du bluegrass. Rocky Road Blues, Kentucky Waltz, Footprints in the Snow, Blue Moon of Kentucky, I'm Going Back to Old Kentucky, Molly and Tenbrooks, compositions personnelles ou variations sur des thèmes traditionnels, vont devenir les classiques absolus du bluegrass, repris depuis lors par des centaines de musiciens et d'orchestres. En outre, les Blue Grass Boys accueillent les meilleurs musiciens montagnards qui, à leur tour, lorsqu'ils quitteront Bill Monroe leur leçon bien apprise, formeront leurs propres orchestres : Earl Scruggs, Lester Flatt, Jimmy Martin, Carter Stanley, Del McCoury... C'est ainsi que le bluegrass, une idée personnelle de Bill Monroe, va devenir une musique à part au sein de la vaste mouvance de la country. Lorsque Bill Monroe quitte Columbia pour Decca en 1950, il doit affronter paradoxalement de nombreux rivaux qui, pour l'essentiel, ont fait leurs premières armes chez lui.

Mais toute la musique appalachienne, bluegrass inclus, a du mal à survivre à la vague du rock'n'roll. Cependant le folk boom des années 1960 (illustré par Bob Dylan ou Joan Baez), tout acoustique, redonne au bluegrass une nouvelle jeunesse inattendue. Bill Monroe, dont le caractère rigide s'accommodera assez mal de cette reconnaissance du public nordiste (sans doute secrètement détesté) pour sa musique, demeurera longtemps en marge de ce phénomène. Mais l'enthousiasme sincère de ces néophytes finit par avoir raison de ses réserves. Après une performance remarquable au Newport Folk Festival de 1963 au côté de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONROE BILL (1911-1996)  » est également traité dans :

BLUEGRASS

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 679 mots

Au début des années 1940, le chanteur et mandoliniste américain Bill Monroe crée un quatuor acoustique – mandoline, fiddle, guitare et contrebasse – baptisé les Blue Grass Boys (en référence à une célèbre herbe bleue du Kentucky), qui mêle à la tradition des Appalaches les improvisations jazzy du western swing. Le succès de cette formule permet à Monroe de s'entourer des musiciens les plus novateu […] Lire la suite

COUNTRY, musique

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du country-blues au rock and roll »  : […] Le country se teinte de blues avec Jimmie Rodgers (1897-1933), archétype de l'artiste country and western, qui affectionne les thématiques liées aux voyages et aux trains ; ce chanteur maîtrise parfaitement le yodle, technique vocale qui consiste à passer rapidement de la voix de gorge à la voix de tête. Notons que ce mode de production sonore est aussi pratiqué chez les vachers des Alpes suisses […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard HERZHAFT, « MONROE BILL - (1911-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bill-monroe/