RÉSERVES PHYSIOLOGIQUESRéserves animales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Glucose : macropolymère ramifié

Glucose : macropolymère ramifié
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Triglycérides des adipocytes

Triglycérides des adipocytes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Œufs in toto

Œufs in toto
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plaquette vitelline : évolution et dégradation

Plaquette vitelline : évolution et dégradation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Alors que les besoins nutritionnels, et surtout les besoins énergétiques, des animaux sont permanents, leur alimentation est au contraire discontinue. La mise en réserve temporaire est donc une nécessité vitale. Les composés mis en réserve comportent aussi bien des nutriments d'origine endogène que des nutriments d'origine exogène alimentaire. Comparées aux végétaux, les possibilités métaboliques de synthèse des animaux sont très limitées, ce qui leur confère la contrainte d'hétérotrophie, et l'adaptation est loin d'être parfaite. C'est ainsi que, alors que la synthèse des protéines propres à l'animal nécessite un équilibre entre les divers acides aminés disponibles et notamment les acides aminés indispensables d'origine exogène, l'organisme animal adulte ne dispose pratiquement pas, au sens physiologique, de réserves d'acides aminés, d'où la nécessité constante d'apport à court terme de protéines alimentaires. Au contraire, les glucides et surtout les lipides à finalité énergétique sont susceptibles d'être mis en réserve.

À l'animal adulte, on peut opposer le jeune au début de son développement. L'embryon d'oiseau dispose de réserves protéiques et lipidiques prédéposées dans l'œuf. Le fœtus de Mammifère et le nouveau-né disposent des réserves lipidiques de la mère, mais aussi de son apport alimentaire. Dans les deux cas, les réserves nutritives sont extérieures au jeune animal en développement.

Réserves liées à l'économie générale de l'animal

Réserves énergétiques

Les cellules animales, mais aussi les cellules végétales non autotrophes (non photosynthétiques), obtiennent l'énergie qu'elles utilisent par l'oxydation des molécules organiques hydrocarbonées. À cet effet, la disponibilité de l'oxygène en milieu aérien (oxygène gazeux) et en milieu aquatique (oxygène dissous) n'est généralement pas en question. Chez l'homme, l'oxygène dissous dans le plasma sanguin et combiné chimiquement à l'hémoglobine des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur à l'université de Paris-XI

Classification


Autres références

«  RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES  » est également traité dans :

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

La continuité de l'espèce chez les Végétaux supérieurs (Spermaphytes) est assurée par divers systèmes s'appuyant sur des structures dont la plus répandue et la mieux exploitée est la graine. Mais ce n'est pas le seul organe de conservation et de multiplication des plantes. Tubercules, rhizomes, bulbes, hibernacles et turions concourent aussi à leur propagatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/

ADIPEUX TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 333 mots

Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de tri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissu-adipeux/#i_88370

CHOLESTÉROL

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jacques ROUFFY
  •  • 5 925 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Esters de cholestérol tissulaires »  : […] Dans les cellules, le cholestérol est présent principalement sous forme libre. Dans certains tissus toutefois, on trouve des esters de cholestérol en concentration notable : il s'agit alors de formes de réserve du cholestérol. Dans le foie, le cholestérol est ainsi en réserve en vue de sa conversion en acides biliaires et de son exportation au sein des lipoprotéines plasmatiques (cf. tableau)  ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholesterol/#i_88370

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 223 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Vésicule ombilicale »  : […] Chez les reptiles et les oiseaux ovipares, la vésicule ombilicale est toujours volumineuse. Elle est, comme dans l'œuf de poule, caractérisée par l'abondance des réserves nutritives (ou vitellus) du « jaune » de l'œuf. Le vitellus est constitué par des protéines, des graisses, lécithines et autres phospholipides, du cholestérol, des hydrates de carbone, des sels minéraux et une faible quantité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_88370

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réserves en fer de l'organisme »  : […] Les réserves en fer de l'organisme se trouvent principalement dans les hépatocytes et dans les macrophages du foie et de la rate. Ce fer de réserve est associé à la ferritine, une protéine hétérogène, constituée d'une coquille protéique creuse de diamètre extérieur 12-13 nm et d'un noyau ferrique pouvant contenir jusqu'à 4 000 atomes de fer au sein de la cavité centrale (fig. 2a ). Cette coquille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fer-role-biologique-du-fer/#i_88370

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Polymères du fructose (fructanes) »  : […] Les fructanes constituent, tout comme l'amidon, la réserve glucidique de certaines plantes, particulièrement Composées et Graminées. L' inuline , très répandue dans de nombreux organes de plantes (artichaut, dahlia), se range dans ce groupe. Elle est composée de 30 à 40 résidus D-fructofuranosyl, unis par des liaisons β (1 → 2), et de 1 à 2 unités D-glucopyranosyl placées en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_88370

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lieux du métabolisme glucidique »  : […] Les lieux du métabolisme glucidique comprennent deux plaques tournantes essentielles (la cellule hépatique et la cellule graisseuse) et un lieu privilégié d'utilisation (la cellule musculaire). Les études biochimiques fondamentales, réalisées in vitro, consistent à analyser les modifications, en fonction du temps, que subissent différentes substances au contact de broyats tissulaires. Le foie peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glycemie/#i_88370

GLYOXYSOME

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 737 mots
  •  • 1 média

Pendant la germination des graines oléagineuses (ricin, tournesol), les réserves lipidiques de l'albumen ou des cotylédons des semences disparaissent. Ces lipides sont convertis en glucides, principalement du saccharose : ainsi un flux de carbone dérivé des lipides pourra alimenter la plantule en croissance, en lui fournissant les composés carbonés indispensables à son métabolisme hétérotrophe. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glyoxysome/#i_88370

HÉMOCHROMATOSES

  • Écrit par 
  • Claude EUGÈNE
  •  • 2 559 mots

Dans le chapitre «  Le fer dans l'organisme humain »  : […] Le fer est un élément primordial de différents constituants du corps humain. Il est présent, d'abord, dans les composés héminiques que sont l'hémoglobine (dans les globules rouges), la myoglobine (protéine musculaire) et diverses enzymes. Il appartient, ensuite, à des composés non héminiques tels que la transferrine, molécule de transport, ou encore la ferritine et l'hémosidérine, molécules de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemochromatoses/#i_88370

LECTINES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 2 166 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Distribution et localisation »  : […] Les lectines se rencontrent communément dans les graines surtout de Légumineuses où elles peuvent représenter une part importante de leurs protéines (par exemple 30 p. 100 des protéines totales chez Canavalia ensiformis ), ce qui fait penser qu'elles peuvent avoir un rôle de réserve. Elles se forment au cours de la maturation de la graine (vingt-sept jours après l'anthèse ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lectines/#i_88370

LIPIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Bernard ENTRESSANGLES, 
  • Paul MANDEL, 
  • Jean-Claude PROMÉ
  •  • 6 802 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les lipides de réserve »  : […] Les lipides de réserve sont représentés par les triglycérides des tissus adipeux. Ils sont d'origine alimentaire ou bien ils sont formés par l'organisme à partir des glucides, voire de certains acides aminés. Un excès d'apport alimentaire en lipides ou en glucides ainsi que certains troubles endocriniens sont susceptibles d'entraîner un accroissement des lipides de réserve. À l'inverse, en pér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lipides/#i_88370

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déséquilibre énergétique »  : […] La quasi-totalité des réserves énergétiques de l'organisme est représentée par les réserves lipidiques, c'est-à-dire par la masse grasse contenue dans les cellules (adipocytes) du tissu graisseux (adipeux). La réserve énergétique est l'objet d'une régulation. Le niveau des réserves est maintenu autour d'une valeur de référence, propre à chaque individu, par des mécanismes complexes (cellulaires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_88370

PHYTIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Armand TIBI
  •  • 562 mots

Extrait par Palladin, en 1891, de diverses graines et étudié par Winterstein qui, en 1897, montra qu'il s'agit d'un sel double de calcium et de magnésium dont l'hydrolyse libère un polyol cyclique, le méso-inositol, l'acide phytique est donc l'ester hexa-orthophosphorique du méso-inositol. L'acide phytique est le constituant phosphoré le plus abondant des végétaux ; il est localisé exclusivement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-phytique/#i_88370

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PASCAUD, Jean-Marie VERNIER, « RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-animales/