Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONJONCTIF TISSU

Entre les divers organes d'un animal se trouvent des matériaux organiques, les substances conjonctives. Ce sont soit des lamelles, soit des fibres ou des substances homogènes plus ou moins visqueuses. Bichat (1772-1802) en décrivit le premier les caractères macroscopiques. Plus tard, avec les microscopes optiquement satisfaisants, on put voir que ces sortes de « tissus conjonctifs » étaient constitués de cellules, de fibres variées et d'une lymphe amorphe, dont la disposition relative caractérisait diverses variétés histologiques. L'adjonction de matériaux tels que graisse, substances calcaires, etc., entraîne des dispositions spéciales, caractérisant les tissus dits « de substance conjonctive » (Reichert) : tissus adipeux, osseux, etc., qui bien qu'apparentés aux tissus conjonctifs proprement dits ne seront pas pris ici en considération.

Description du tissu conjonctif

Les tissus conjonctifs sont constitués par une substance fondamentale amorphe ; des cellules spéciales, les fibroplastes ; des cellules plus banales, exogènes le plus souvent ( histiocytes, mastocytes, macrophages, etc.) ; des formations fibrillaires faites d'une protéine particulière, le collagène ; des fibres ou lames d'une substance nommée élastine, constituant les formations élastiques.

La substance fondamentale

À l'origine, on admettait l'existence entre les éléments de structure d'une lymphe interstitielle émanée du sang. Vers les années 1871-1878, on montra (Rollett, Renaut) qu'en plus de ce liquide, la substance fondamentale renfermait des éléments mucoïdes. Les travaux chimiques ultérieurs les caractérisèrent comme des mucopolysaccharides acides, complexes renfermant de l' acide hyaluronique, constitué lui-même de sucres aminés et de l'acide glucuronique. À ces substances complexes s'ajoutent, en quantités variables, de l'eau et des sels, spécialement de sodium. La substance fondamentale est formée par l'activité des fibroblastes, d'une part, par une infiltration d'éléments du sang, d'autre part.

Les cellules

Les fibroblastes ou cellules fixes généralement fusiformes, parfois ramifiés, sont propres au tissu conjonctif. Leur activité métabolique, faible dans le tissu conjonctif normal, peut devenir intense dans certaines conditions physiologiques ou pathologiques. Ils sont capables de déplacements dont les modalités ont été précisées par leur culture in vitro.

Le conjonctif normal renferme toujours, en quantités souvent faibles, des cellules venues de divers organes ou du sang : des histiocytes (Aschoff) ou lymphohistiocytes, éléments mononucléaires aux potentialités fonctionnelles très grandes, d'où leurs variations de forme ; des macrophages, cellules phagocytaires, dérivées des précédentes ; des polynucléaires, neutrophiles ou éosinophiles, venus du sang par diapédèse à travers les capillaires ; des mastocytes, à grosses granulations basophiles riches en héparine et en histamine, et dont le rôle physiopathologique est important. Toutes ces cellules sont capables de se déplacer – d'où leur nom de « cellules migratrices » – ce qui les oppose aux cellules fixes que sont les fibroblastes.

Les formations fibrillaires collagènes

Protéine caractéristique du conjonctif, le collagène est fabriqué à l'intérieur des fibroblastes sous forme d'une molécule monomère de tropocollagène. Celui-ci, à l'extérieur des cellules, s'organise, soit en fibrilles de réticuline, soit en fibres conjonctives.

– Le tropocollagène. Cette particule élémentaire de collagène est formée de trois chaînes polypeptidiques disposées hélicoïdalement les unes à côté des autres. Chaque chaîne comporte environ 200 restes d'aminoacides, qui sont, dans l'ordre de leur importance quantitative décroissante, la glycine, la proline, l'hydroxyproline, l'alanine, la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, de l'Académie de médecine, professeur honoraire à la faculté de médecine de Lyon

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADIPEUX TISSU

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 334 mots

    Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont...

  • APONÉVROTIQUE TISSU

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 272 mots

    Tissu conjonctif fibreux constitué de plusieurs plans de fibres collagènes. Celles-ci sont parallèles entre elles dans un plan donné, mais d'un plan à un autre l'orientation des fibres est entrecroisée. Ainsi se constitue une trame jouant un rôle mécanique d'enveloppe souple et élastique. Cette...

  • ARTICULATIONS

    • Écrit par Claude GILLOT, André-Paul PELTIER
    • 6 073 mots
    • 4 médias
    Lecartilage est l'une des formes de tissu conjonctif les plus simples de l'organisme puisqu'il comprend seulement des cellules dites chondrocytes en concentration relativement faible et un matériel intercellulaire appelé substance fondamentale. Dans le cartilage de l'animal adulte,...
  • CELLULE - L'organisation

    • Écrit par Pierre FAVARD
    • 11 028 mots
    • 15 médias
    Les fibroblastes humains sont les cellules spécifiques du tissu conjonctif comme le derme de la peau, le chorion du tube digestif, les tendons ou la paroi des veines et des artères ; ce sont des cellules isolées qui baignent dans le milieu extracellulaire contenant de nombreuses fibres protéiques de...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi