RÉCIFS CORALLIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La faune corallienne

La faune corallienne
Crédits : Jeff Rotman, Getty Images

photographie

Cordon corallien

Cordon corallien
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Carte des récifs coralliens

Carte des récifs coralliens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Coupe d'un corail

Coupe d'un corail
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Des coraux menacés

Si le squelette du corail est robuste et enregistre toutes les variations du milieu, le corail vivant est fragile et victime de nombreuses agressions, naturelles ou anthropiques, qui, au mieux, le perturbent et, au pire, le tuent.

Une fois morts, les coraux sont vite recouverts par des algues. Brisés, les coraux sont aussi roulés par la mer jusqu'à leur transformation en sable blanc plus ou moins fin. Un récif endommagé met une quinzaine d'années pour se reconstruire, sans pour autant retrouver systématiquement la diversité spécifique d'origine.

Prédateurs naturels

L'étoile de mer épineuse, Acanthaster planci, est un redoutable prédateur du corail. D'un diamètre moyen de 25 à 35 centimètres à l'âge adulte, elle est observée dans les océans Indien et Pacifique, mais est absente des Caraïbes (océan Atlantique). Ayant une prédilection pour les polypes de coraux, notamment ceux d'Acropora, elle se nourrit la nuit et peut consommer entre 5 et 6 mètres carrés de corail par an. Un récif corallien en bon état peut supporter de 15 à 30 étoiles de mer épineuses à l'hectare. Depuis les années 1970, on observe des pullulations dont les causes sont mal connues. Ce phénomène a été particulièrement important sur la Grande Barrière australienne dans les années 1970 et 1980 ou en 1983 en Nouvelle-Calédonie. Le prédateur d’Acanthaster est un mollusque gastéropode, Charonia tritonis, appelé communément conque ou toutoute.

Certains poissons se nourrissent également de coraux. Parmi ces corallivores, on peut citer le lime à tache orange, Oxymonacanthus longirostris, et le poisson-perroquet, Scarus spp. Ce dernier, dont les dents soudées forment un bec massif comme celui de l'oiseau du même nom, gratte les algues sur le corail et sur les rochers en y laissant des traces caractéristiques. Ses molaires broient les aliments. Il n'a pas d'estomac, mais un intestin distendu, et excrète le squelette des coraux sous forme de sable.

Les coraux sont aussi victimes d'attaques bactériennes se manifestant par l'apparition dans le squelette de band [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : ingénieure de recherche, habilitée à diriger des recherches, chargée des relations avec l'outre-mer au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification


Autres références

«  RÉCIFS CORALLIENS  » est également traité dans :

ACIDIFICATION DES OCÉANS

  • Écrit par 
  • Paul TRÉGUER
  •  • 2 203 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quels sont les impacts pour les écosystèmes marins ? »  : […] La paléo-océanographie nous apprend que des variations importantes du pH se sont déjà produites par le passé et que les impacts sur les écosystèmes marins peuvent être importants, avec disparition de certaines espèces calcaires. Cependant, de telles variations se sont effectuées à une échelle de temps beaucoup plus longue que celle que nous connaissons actuellement. Peut-on prévoir l'avenir d’un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acidification-des-oceans/#i_52778

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 388 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Hexacoralliaires (ou Zoanthaires) »  : […] Contrairement aux Octocoralliaires, les Hexacoralliaires sont morphologiquement peu diversifiés, mais la structure de leurs polypes est très variable dans le détail (nombre et disposition des cloisons). Toujours différent de huit, ce nombre est, en principe, un multiple de six. La mésoglée est toujours dépourvue de spicules. L'ensemble comprend au moins huit ordres, dont un entièrement fossile (T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthozoaires/#i_52778

CALCAIRES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 5 194 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Calcaires construits ou biogéniques »  : […] Ces calcaires peuvent être massifs, non lités, semblables à la partie vivante d'un atoll : ce sont alors des biohermes . Ils sont en saillie par rapport aux dépôts du même âge. L'érosion plio-quaternaire peut les mettre à nouveau en relief s'ils sont plus durs que les roches encaissantes : rochers du Saussois dans le Jurassique supérieur de Bourgogne, partie sud-est du Bois d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcaires/#i_52778

ÎLES

  • Écrit par 
  • Guy LASSERRE
  • , Universalis
  •  • 5 314 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les îles océaniques coralliennes »  : […] Les îles volcaniques se rencontrent sous toutes les latitudes et dans toutes les mers. Il en va autrement des îles coralliennes, qui forment l'autre grand groupe des îles océaniques, et qui ne sont situées que dans les régions tropicales. Les coraux, agents constructeurs de ces îles, ont en effet des exigences écologiques précises. Ils ne vivent que dans les eaux chaudes (entre 23 et 28  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iles/#i_52778

LITTORAL MARITIME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 2 225 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subdivision du système phytal »  : […] L'action plus ou moins intense de l'éclairement d'origine solaire, d'une part, et de l'humectation, d'autre part, permet, par l'influence que ces deux facteurs ambiants exercent sur la distribution d'un certain nombre d'espèces, d'établir au sein du système phytal une subdivision verticale en étages. L'atténuation graduelle de l'éclairement quand la profondeur croît tend à localiser dans des horiz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/littoral-maritime/#i_52778

OCÉANIE - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel RABINOVITCH
  •  • 11 313 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Nouvelle-Calédonie »  : […] Deux faits géologiques font de la Nouvelle-Calédonie l'une des îles les plus intéressantes du sud-ouest du Pacifique : une colonne lithostratigraphique comprenant tous les termes du Permien à l'Actuel, exception faite du Crétacé inférieur et moyen, dont la lacune est due à une phase orogénique majeure postjurassique et antésénonienne ; des affleurements d'ultrabasites parmi les plus vastes du mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geologie/#i_52778

OCÉANIE - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 537 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Les types d'îles »  : […] Les îles du Pacifique s'individualisent d'abord par leur taille. Si on laisse de côté l'Australie, véritable continent presque aussi grand que l'Europe, on peut les classer en trois catégories selon leur superficie : – Les très grandes îles sont au nombre de trois : la Nouvelle-Guinée (771 900 km 2 ), beaucoup plus étendue que la France, et les deux grandes îles de la N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-physique/#i_52778

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les animaux (Animalia) »  : […] La plupart des taxons d'animaux sont connus dès la fin du Protérozoïque : dans l'Édiacarien, au sein des faunes dites d'Ediacara ou faunes vendiennes, datées vers — 575 à — 545 Ma, et dans des sites chinois plus anciens comme celui de Doushantuo daté à — 628 Ma. Ils sont représentés par des restes macroscopiques, des traces d'activité, voire même des embryons. La plupart des analyses de phylogéni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_52778

TARA, goélette

  • Écrit par 
  • Anna DENIAUD, 
  • Christian SARDET
  •  • 3 739 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des prélèvements dans tous les océans  »  : […] Si le parcours de Tara Oceans a été pensé en fonction des vents dominants, afin de limiter au maximum l'utilisation du moteur, son trajet a aussi été choisi par Éric Karsenti, le directeur scientifique de cette expédition avec une vingtaine de coordinateurs scientifiques, dans l'optique d'étudier des milieux et des phénomènes océaniques variés. De la mer Méditerranée à l'océa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tara-goelette/#i_52778

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascale JOANNOT, « RÉCIFS CORALLIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/recifs-coralliens/