RADICALISME, politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le radicalisme comme doctrine politique remonte à la monarchie de Juillet, mais son contenu et sa signification ont évolué au fil des décennies en fonction des mutations de la société au sein de laquelle il s'inscrit.

Le radicalisme apparaît au cours des années 1840 comme une des réponses possibles à la société industrielle qui est en train d'émerger en France. Il trouve un porte-parole en Alexandre Ledru-Rollin qui en diffuse les idées lors de sa campagne électorale dans la Sarthe en 1841, puis dans son journal La Réforme. Son thème fondamental est l'instauration de la démocratie politique mise en œuvre par le suffrage universel, afin de parvenir par ce moyen « aux justes améliorations sociales ». Cette fin sociale de la démocratie est définie comme une voie moyenne entre le libéralisme qui écrase les « petits » au profit des puissants et le socialisme qui remet en cause la propriété privée. Car le radicalisme entend protéger celle-ci, conçue comme la garantie de la liberté et de la dignité humaines, de l'emprise du capitalisme. Son rêve est la constitution d'une société de petits propriétaires maîtres de leurs instruments de travail qui échapperaient ainsi à la condition salariale. Pour y parvenir, il compte sur l'action de l'État qui doit protéger les faibles et les petits et mettre fin aux abus du capital en rendant à la nation les grandes richesses nationales concédées, mines, canaux ou chemins de fer. Ces idées sont considérées comme extrémistes par la société de l'époque et c'est pourquoi on les qualifie de « radicales », anglicisme que ces démocrates reprennent à leur compte puisque la loi interdit de se dire républicain.

Éclipsé sous la IIe République par le socialisme qui le déborde, puis tenu en suspicion par la vague réactionnaire, le radicalisme renaît à la fin du second Empire autour de Léon Gambetta et de son Programme de Belleville (1869) en ajoutant aux vues de Ledru-Rollin quelques thèmes qui marquent l'époque : la revendication de l'instruction primaire gratuite, laïque et obligatoire, la gratuité de l'enseignement supérieur, la suppression des armées permanentes, celle du budget des cultes, la séparation de l'Église et de l'État.

Avec la IIIe République, le radicalisme se scinde en deux courants, celui des radicaux intransigeants qui exigent l'application immédiate de leur programme et réclament en outre une réforme des institutions par la suppression de la présidence de la République, considérée comme un avatar de la monarchie, et du Sénat tenu pour une assemblée aristocratique, et celui des radicaux de gouvernement, partisans de compromis permettant la réalisation progressive des idées radicales. Les premiers sont conduits par Georges Clemenceau et Camille Pelletan, les seconds par Henri Brisson, René Goblet ou Léon Bourgeois. Mais tous s'opposent aux républicains modérés, dénommés progressistes à partir de 1890, et qui, par crainte du socialisme, sont prêts à s'allier aux catholiques ralliés à la république.

En 1901, les diverses nuances du radicalisme se rassemblent au sein du Parti républicain, radical et radical-socialiste qui rêve de regrouper tous les républicains, des modérés aux socialistes. La création en 1901 de l'Alliance républicaine démocratique, qui réunit les modérés, puis, en 1905, celle du Parti socialiste S.F.I.O. feront échouer ce projet. Le radicalisme se décide alors à préciser son identité et la culture politique dont il se réclame.

Celles-ci constituent la base de ce que l'on peut considérer comme la culture républicaine des débuts du xxe siècle dans sa nuance de gauche. Elle est fondée en premier lieu sur des conceptions philosophiques exprimées la plupart du temps sous forme de vulgate et qui se réfèrent à la pensée rationaliste du xviiie siècle, au positivisme, au scientisme, mais aussi au néo-kantisme tenu pour le ciment même de l'organisation sociale. Conceptions qui, sans nécessairement conduire à l'anticléricalisme militant, apparaissent comme naturellement antagonistes de la croyance en une religion révélée. À ces fondements philosophiques du radicalisme s'ajoute la revendication de l'héritage historique de la Révolution française, considérée comme l'avènement des temps nouveaux, et l'admiration pour la geste républicaine du xixe siècle en lutte contre la monarchie et le césarisme. Ce qui conduit le radicalisme à préconiser un système institutionnel fondé sur le parlementarisme, la souveraineté nationale devant être exercée par les élus du peuple et toute tentative de renforcement de l'exécutif étant tenue pour un attentat contre la République et une velléité de retour au pouvoir personnel.

Si le radicalisme n'a pas renoncé à supprimer le salariat pour créer dans l'avenir une démocratie de petits propriétaires, il a au xxe siècle assorti ce programme à long terme, qui n'apparaît plus guère réaliste, d'une démarche immédiate plus concrète : favoriser la promotion sociale par le système scolaire ou l'accession à la propriété ; donner à l'État par la fiscalité, et en particulier par l'impôt sur le revenu, les moyens de venir en aide aux « petits », aux plus fragiles, aux démunis, par la création d'hôpitaux, d'hospices, d'orphelinats, l'institution de retraites pour les salariés et les autres catégories de travailleurs selon les principes de la solidarité nationale, tels que les a définis Léon Bourgeois dans son livre Solidarité paru en 1896. Enfin, le radicalisme se veut un patriotisme attaché à la défense nationale, rejetant à la fois le chauvinisme cocardier du nationalisme et l'antipatriotisme proclamé d'une minorité de socialistes et de syndicalistes.

Ces idées permettent au radicalisme de connaître en France un énorme succès durant le premier tiers du xxe siècle comme représentant d'une classe moyenne de petits artisans, négociants, boutiquiers, industriels, paysans, traditionnellement de gauche, et dont il articule les aspirations et les valeurs. Il est la formation dans laquelle peuvent se reconnaître tous les Français soucieux d'une gestion pondérée et progressiste de la république, également éloignés de la réaction et de la révolution, le parti de la légitimité républicaine dont la place nor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  RADICALISME, politique  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'ouverture politique : l'expérience radicale (1916-1930) »  : […] Il faut attendre, en effet, les années 1910-1920 pour que les descendants d'immigrés accèdent au pouvoir politique. Jusque vers 1915, l'élite traditionnelle dirige le mouvement, elle équipe et développe l'Argentine en s'enrichissant individuellement et collectivement. Cependant que les maîtres de la terre vivent leurs plus beaux moments, importent vers l'Argentine les œuvres d'art et attirent les […] Lire la suite

COMBES (É.)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 821 mots

Le nom d’Émile Combes s’identifie avec les pratiques politiques qui, au début du xx e  siècle, fondent la République laïque au moyen de l’anticléricalisme militant. Né le 6 septembre 1835 dans une famille pauvre du Tarn (son père est tailleur d’habits), sixième de dix enfants, Émile Combes, encouragé par un cousin prêtre, voit son avenir dans une carrière ecclésiastique. Mais le supérieur du sémin […] Lire la suite

FABRE ROBERT (1915-2006)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 754 mots

La carrière politique de Robert Fabre illustre les hésitations et les incertitudes d'un radicalisme mal à l'aise dans les structures et les pratiques d'une V e  République dont la bipolarité heurte la vocation centriste des radicaux et dont l'aspiration à la modernité convient mal à un parti qui représente traditionnellement la classe moyenne indépendante de province. De cette dernière, Robert Fab […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Refaire la Révolution (1848-1880) »  : […] Les journées de Juin avaient attisé, parmi les élites républicaines, la « peur du rouge ». Toute l'histoire de la II e  République est ainsi celle d'un glissement vers une politique de plus en plus méfiante à l’égard du peuple, particulièrement celui des villes. La loi du 31 mai 1850, votée contre ce que la grande voix du « parti de l'Ordre », Adolphe Thiers, appelait la « vile multitude », en tém […] Lire la suite

PARTI RADICAL, France

  • Écrit par 
  • Jean MENDELSON
  •  • 1 243 mots

L'organisation dite communément Parti radical se nomme en réalité Parti républicain radical et radical-socialiste. À sa naissance, le 21 juin 1901 à Paris, ce parti hérite de la tradition des divers comités radicaux dont le programme avait été exprimé par Gambetta (Belleville, 1869) puis par Clemenceau (Montmartre, 1881) ; plusieurs radicaux avaient déjà été présidents du Conseil (Ferdinand Buisso […] Lire la suite

SOLIDARISME

  • Écrit par 
  • Jean MENDELSON
  •  • 688 mots

Doctrine politique dont le principal théoricien est le politicien radical français Léon Bourgeois (1851-1925). Bien qu'il ait son origine historique chez le socialiste français Pierre Leroux (1797-1871), le solidarisme se rattache aux courants de pensée du xix e  siècle en marge du socialisme. L'influence de Leroux fut très grande vers 1840, celui-ci voulant « remplacer la charité du christianisme […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La crise du 16 mai 1877 et la République des républicains »  : […] Mac-Mahon se trouva en face d'une Chambre à majorité républicaine et d'un Sénat où les conservateurs l'emportaient de peu. Le suffrage universel continuait à renforcer la gauche. Les conservateurs tentèrent un coup d'arrêt avant d'être débordés : le 16 mai 1877, Mac-Mahon renvoya le président du Conseil, Jules Simon, républicain modéré et le remplaça par Broglie. Mis en minorité par 363 voix répub […] Lire la suite

Les derniers événements

9-25 février 2018 Belgique. Interpellation controversée de sans-papiers dans les locaux d'une association.

radicalisme et au terrorisme. Le 25, après d’autres rassemblements les 17 et 19, près de dix mille personnes participent à Bruxelles à une manifestation en faveur d’une politique d’asile et de migration plus « humaine », à l’appel de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. […] Lire la suite

20-21 octobre 1991 Turquie. Défaite du parti au pouvoir aux élections législatives

radicalisme minoritaire. Le 21, le Premier ministre Mesut Yilmaz, dirigeant de l'A.N.A.P., remet sa démission au président Özal, tandis que Suleyman Demirel, qui a déjà été six fois Premier ministre depuis 1965, commence à négocier la formation de son septième cabinet.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « RADICALISME, politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/radicalisme-politique/