GAMBETTA LÉON (1838-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La forte personnalité de Léon Gambetta domine les débuts de la IIIe République, dont il est l'un des principaux fondateurs, sinon même l'incarnation aux yeux des Français. À la fin du second Empire, ce jeune avocat, né à Cahors dans une famille d'origine italienne et qui était venu chercher fortune à Paris, est révélé par le procès Baudin (1868). La plaidoirie qu'il prononce à ce procès intenté par le second Empire aux journaux favorables à une souscription pour élever un monument à la mémoire du député Baudin le rend célèbre du jour au lendemain. Son élection à Belleville en 1869, après avoir lancé un programme que les radicaux reprendront plus tard à leur compte, fait de lui le porte-parole des républicains intransigeants face à l'Empire. Membre du gouvernement de la Défense nationale en 1870-1871 et partisan de la guerre à outrance, il sait faire preuve d'un dynamisme et d'un sens de l'organisation qui lui permettent de lever de nouvelles armées et consacrent ses qualités d'homme de gouvernement.

Léon Gambetta

Léon Gambetta

Photographie

Léon Gambetta (1838-1882), l'un des fondateurs de la IIIe République. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le 4 septembre 1870, Gambetta est, avec Jules Favre, à la tête des « légalistes » qui veulent l'établissement de la République dans l'ordre. Il accepte l'armistice en janvier 1871, mais pour permettre de reprendre la « lutte à outrance », et c'est de Bordeaux qu'il lance son appel à tous les Français, des légitimistes aux ouvriers des villes, pour la défense du sol sacré. Gambetta se retrouve parmi les cent douze républicains de l'Assemblée conservatrice élue en février, mais démissionne avec éclat lorsque ses électeurs du Bas-Rhin sont abandonnés à l'Allemagne. Les élections complémentaires de juillet 1871 le renvoient cependant à la Chambre ; les partisans d'une restauration proclament que c'est avec la complicité de Thiers, dont les déclarations encouragent l'institutionnalisation de la république. Il attaque pourtant Thiers dans son discours de février 1873, en disant qu'il refuse la république co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-XII

Classification


Autres références

«  GAMBETTA LÉON (1838-1882)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Empire libéral »  : […] À la veille des élections de 1869, l'opposition au régime est à la fois très puissante et très diversifiée. Des députés républicains modérés sont menacés par des candidats radicaux et socialistes. Gambetta se fait donner par une « opposition irréconciliable » un « mandat impératif », celui de la démocratie radicale qui veut la séparation de l'Égli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22484

FERRY JULES (1832-1893)

  • Écrit par 
  • Jean GARRIGUES
  •  • 2 146 mots

Dans le chapitre « Le fondateur de la IIIe République »  : […] Né le 5 avril 1832 à Saint-Dié, dans les Vosges, dans une famille bourgeoise et fortunée, il est le fils de l'avocat Charles-Édouard Ferry et d'Adèle Jamelot. Son père, libre-penseur, lui donne une éducation classique, libérale et agnostique. Il est notamment influencé par la pensée d'Auguste Comte, qui propose de renoncer à la recherche des causes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-ferry/#i_22484

FREYCINET CHARLES LOUIS DE SAULCES DE (1828-1923)

  • Écrit par 
  • Pierre BARRAL
  •  • 366 mots

Élève de l'École polytechnique lors de la révolution de février 1848, Charles Louis de Saulces de Freycinet se porte volontaire comme aide de camp du gouvernement provisoire. Puis sous le Second Empire, il fait carrière, à partir de 1856, dans l'administration des chemins de fer. En octobre 1870, il se trouve à Tours où Gambetta est à la recherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freycinet-charles-louis-de-saulces-de/#i_22484

GRÉVY JULES (1807-1891)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 535 mots
  •  • 2 médias

Le sang-froid de Grévy, avocat, théoricien du droit, n'avait d'égal que sa maîtrise du langage : « Ses mots sont frappés en médaille » disait-on. La finesse d'esprit était réelle dans ce corps de grenadier. La fermeté de ses convictions républicaines ne se démentit jamais. Il avait débuté en 1848 en proposant un amendement fameux contre l'élection […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-grevy/#i_22484

OPPORTUNISME, politique française

  • Écrit par 
  • Pierre BARRAL
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Terme désignant l'attitude de ceux qui estiment nécessaire en politique de tenir largement compte des circonstances et qui admettent des atténuations aux principes doctrinaux. Mais ce terme désigne particulièrement, dans l'histoire de France la fraction centrale du parti républicain, animée par Grévy , Gambetta et Ferry, au début de la III e  Répub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opportunisme-politique-francaise/#i_22484

PROUST ANTONIN (1832-1905)

  • Écrit par 
  • Véronique PREST
  •  • 1 192 mots

Artiste, critique, commissaire d'expositions, collectionneur, député, Antonin Proust fut, en France, le premier ministre des Arts en 1881, avant Malraux (1959), avant Jack Lang qui en revendiquait, lors de son ministère, un siècle plus tard, la filiation. Il eut le premier, dans l'histoire de la politique culturelle française, la conviction qu'il f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-proust/#i_22484

ROUVIER MAURICE (1842-1911)

  • Écrit par 
  • Pierre BARRAL
  •  • 342 mots

Né à Aix, Rouvier travaille pendant sa jeunesse dans la branche marseillaise de la banque grecque Zafiropoulos et y acquiert une excellente formation financière. Élu député en 1871, il appartient aussitôt à l'équipe qui entoure Gambetta au journal La République française  ; il se prépare ainsi à devenir, dix ans plus tard, un des jeunes ministres d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-rouvier/#i_22484

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La crise du 16 mai 1877 et la République des républicains »  : […] Mac-Mahon se trouva en face d'une Chambre à majorité républicaine et d'un Sénat où les conservateurs l'emportaient de peu. Le suffrage universel continuait à renforcer la gauche. Les conservateurs tentèrent un coup d'arrêt avant d'être débordés : le 16 mai 1877, Mac-Mahon renvoya le président du Conseil, Jules Simon, républicain modéré et le rempla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_22484

Pour citer l’article

Henri LERNER, « GAMBETTA LÉON - (1838-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-gambetta/