FABRE ROBERT (1915-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière politique de Robert Fabre illustre les hésitations et les incertitudes d'un radicalisme mal à l'aise dans les structures et les pratiques d'une Ve République dont la bipolarité heurte la vocation centriste des radicaux et dont l'aspiration à la modernité convient mal à un parti qui représente traditionnellement la classe moyenne indépendante de province.

De cette dernière, Robert Fabre est un typique représentant. Né dans l'Aveyron, à Villefranche-de-Rouergue, le 21 décembre 1915, il suit les traces de son père et devient pharmacien. Notable local, il est élu maire de sa commune de naissance, membre du conseil général de l'Aveyron et, en 1962, député de son département d'origine, mandats qu'il conservera durant la totalité de sa vie politique. Laïque convaincu, tenant de la conception républicaine des institutions qui voit dans le Parlement le seul délégataire légitime de la souveraineté nationale, il est naturellement membre du Parti radical, adversaire du gaullisme et siège à l'Assemblée nationale au sein du groupe du Rassemblement démocratique, qui réunit les radicaux et des députés de centre gauche, tel François Mitterrand.

Le rôle politique national de Robert Fabre débute avec la candidature de ce dernier à la présidence de la République contre le général de Gaulle en 1965. Ferme soutien du « candidat unique de la gauche », il participe au lendemain du scrutin à la tentative de création d'une Fédération de la gauche démocrate et socialiste qui rassemble la S.F.I.O., le Parti radical et les clubs de la Convention des institutions républicaines (C.I.R.) regroupés par François Mitterrand. Ce dernier le nommera membre du « contre-gouvernement » qu'il constitue en mars 1966, le chargeant de la responsabilité du développement régional.

Aussi, c'est sans enthousiasme que Robert Fabre considère l'ascension au sein du Parti radical de Jean-Jacques Servan-Schreiber, nommé secrétaire général en 1969 et qui é [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Les derniers événements

25 février 1992 • FranceRenouvellement de trois membres du Conseil constitutionnel.

siéger au Conseil constitutionnel. Les trois nouveaux membres rejoignent Robert Badinter, président, Maurice Faure, Jacques Latscha, Jean Cabannes, Robert Fabre et Jacques Robert.  [...] Lire la suite

19 février 1986 • FranceNomination de Robert Badinter à la présidence du Conseil constitutionnel et remaniement ministériel

de cette fonction tout en restant membre du Conseil. Louis Mermaz, président de l'Assemblée nationale, nomme Robert Fabre, et Alain Poher, président du Sénat, reconduit Maurice-René Simonnet qu'il avait déjà nommé en 1984 pour terminer le mandat de Louis Gros après son décès. Le départ de Robert [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « FABRE ROBERT - (1915-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-fabre/