QUECHUA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'économie

La législation espagnole instituant la communauté prévoyait que celle-ci devait être pourvue d'une assise foncière suffisante pour satisfaire aux nécessités de la population. Les pâturages demeuraient indivis. Les terres de cultures étaient réparties au début de chaque cycle agraire entre les ménages. À la fin du cycle, les parcelles réintégraient le fonds commun qui était à nouveau alloti et distribué au début du cycle suivant. Toutefois, les menaces que ne cessèrent de faire peser les grands propriétaires métis ou blancs sur les tenures collectives, pourtant protégées par la loi jusqu'au xixe siècle, amenèrent peu à peu les Quechua à se saisir privativement des lopins qu'ils détenaient en usufruit et dont ils n'avaient qu'une jouissance précaire. Ce mouvement d'individualisation de la propriété foncière et les modalités par lesquelles elle allait dorénavant se transmettre ont provoqué l'atomisation de bien des terroirs. L'héritage est en effet égalitaire et bilatéral. Les enfants des deux sexes possèdent des droits égaux sur les biens de leur père et de leur mère, et souvent chaque champ compris dans la succession est divisé en autant de lots qu'il y a d'ayants droit.

Le fond des vallées, exposé à des précipitations relativement moins abondantes et protégé du gel et de la grêle, est consacré à la culture du pois, de la fève et du haricot, ainsi qu'à celle de diverses variétés de maïs dont les unes servent à la confection de la kanča (maïs grillé) et d'autres à la préparation du mote (maïs bouilli). Sur les flancs, jadis savamment aménagés en terrasses, s'étagent le blé et l'orge que les Quechua ont empruntés très tôt aux Européens et qu'ils apprécient pour leur résistance aux rudes conditions du climat. Blé et orge sont réduits en poudre, ou mačka, qui est ensuite grillée. Enfin, aux confins de la steppe prend place l'agriculture andine traditionnelle. Elle est caractérisée par une céréale, la kinwa (Chenopodium quinoa) et par plusieurs espèces de tubercules comme la pomme de terre, la mašwa (Tropaeolum tuberosum), l'ulluku (Ullucus tuberosus) et l'uka (Oxalis tuberosa). Ces tubercules sont conservés par déshydratation sous forme de čuñu, après avoir été soumis à des changements brutaux de température. Quant à la steppe où croît par touffes drues une courte graminée, l'iču, elle n'est propre qu'à l'élevage.

Les activités agricoles s'effectuent à l'aide d'instruments rudimentaires tels que la houe (lakwaš) et la bâton à fouir (čakitaqlla), que l'araire tiré par une paire de taureaux tend à remplacer. Le travail des champs commence en septembre, à la veille de la saison des pluies, par le labour et les semailles, et il s'achève avec la récolte, entre mai et juillet. Il met en jeu des systèmes d'entraide qui s'organisent sur la base de la parenté ou du voisinage. L'ayni est une aide réciproque et non cérémonielle. La personne au bénéfice de laquelle l'ayni est réalisé offre aux prestataires de la coca et de l'alcool, mais elle doit restituer à ces derniers l'exacte quantité de travail qu'elle a reçue d'eux lorsqu'ils en feront la demande. En revanche, la minka est une aide cérémonielle et non réciproque. Le bénéficiaire de cette aide se libère de l'obligation de rendre le travail qui lui est fourni en faisant preuve de générosité envers les prestataires, en leur offrant boisson et nourriture en abondance et en les divertissant par des danses et par des chants tout au long du labeur.

L'élevage est toujours étroitement associé à l'agriculture, bien que l'importance de ces deux activités varie en fonction de l'altitude à laquelle se situe la communauté. Mais le troupeau représentant un investissement à la fois économique et affectif, même les communautés à vocation nettement agricole entretiennent un certain nombre d'animaux. L'alpaga (alpaca) et le mouton sont élevés pour leur laine. Le lama qui, comme l'alpaga, dérive d'un camélidé d'Amérique est utilisé comme bête de charge. Il a beaucoup perdu de son utilité depuis que les routes ont rendu les communications plus aisées, et il a pratiquement disparu en Équateur et dans le nord du Pérou. La chair de ces animaux est découpée en fines lamelles qui sont séchées au soleil avant d'être consommées en čarki. Leurs déjections servent d'engrais et aussi de combustible partout où le bois est rare et la végétation clairsemée. En général, les produits bruts ou élaborés de l'élevage font l'objet de troc entre communautés des terres hautes et communautés des terres tempérées. Chaque année, en juillet et en août, les premières descendent en longues caravanes dans les vallées pour acquérir chez les secondes le blé et le maïs qu'elles ne peuvent produire, en échange de laine, de tissus et de viande. Ces déplacements de pasteurs coïncident le plus souvent avec la célébration d'une fête ou la réalisation d'un culte. Toutefois, le développement des marchés animés par les métis leur a fait perdre le caractère massif qu'ils possédaient il y a encore quelques années.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Femmes quechua, Bolivie

Femmes quechua, Bolivie
Crédits : Hulton Getty

photographie

Contestation des cocaleros boliviens, 1998

Contestation des cocaleros boliviens, 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUECHUA  » est également traité dans :

ALTIPLANO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 550 mots
  •  • 3 médias

Une partie des Andes est occupée par de hautes plaines, appelées altiplano, dont on distingue plusieurs types, de la Bolivie à la Colombie. L'Altiplano péruvo-bolivien est un ensemble de hautes plaines, entre 3 600 et 4 200 mètres, coupées de petits chaînons montagneux, qui s'étire sur 1 000 kilomètres entre le 15 e et le 25 e degré de latitude sud. L'Altiplano occupe un secteur subsident rempli […] Lire la suite

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pauvreté et inégalités »  : […] Souvent qualifié de pays le plus pauvre d'Amérique latine (après Haïti), la Bolivie cumule des indicateurs de développement faibles : 114 e  rang mondial pour l'indicateur de développement humain (I.D.H.), selon le rapport du P.N.U.D. en 2004, environ 60 p. 100 de pauvres, près de la moitié de la population vivant avec moins de deux dollars par jour (les indigents), une espérance de vie de 65 ans […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale et l'Amérique du Sud : les musiques indiennes »  : […] Bien que le Mexique appartienne, du point de vue géographique, au continent nord-américain, il est plus logique de l'inclure dans un traitement musicologique de l'Amérique latine pour des raisons historiques et culturelles bien évidentes. Les Mexicains distinguent la musique métissée, música mestiza , de la musique indienne, música indígena , mais ces deux traditions se manifestent dans presque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 juin 2001 Pérou. Élection d'Alejandro Toledo à la présidence de la République

quechua Alejandro Toledo remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 52,8 p. 100 des suffrages, contre 47,2 p. 100 pour l'ancien président social-démocrate Alan García, en exil de 1992 à janvier 2001. Les deux candidats se situent au centre gauche de l'échiquier politique. Le score obtenu par Alan García, arrivé en deuxième position lors […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri FAVRE, « QUECHUA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quechua/