QUECHUA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'organisation sociale

Des communautés agraires divisées en sections

La communauté agraire est la forme la plus élaborée de l'organisation sociale des Quechua. Les solidarités supracommunautaires, sur la base desquelles s'étaient constituées de petites chefferies, ont été complètement démantelées par les Espagnols, après avoir été diversement érodées par les Incas. D'ailleurs, la communauté actuelle est moins une survivance de l'époque précolombienne que la création délibérée des autorités coloniales. À la fin du xvie siècle, le vice-roi Francisco de Toledo entreprit de concentrer systématiquement en villages situés dans les fonds de vallées les établissements localisés à la limite des cultures (ager) et des pâturages (saltus), vers 3 800 mètres d'altitude, entre lesquels s'éparpillait alors la population andine. Ces établissements, ou ayllu, se caractérisaient par la possession d'un terroir, ou marka. Ils étaient formés par des familles unies par des liens de consanguinité ou d'affinité, qui se reconnaissaient des ancêtres communs.

Les sections que comportent actuellement les communautés quechua procèdent vraisemblablement des anciens ayllu à partir desquels ces communautés ont été créées. La communauté est en effet divisée en deux ou trois sections par des lignes imaginaires. Ces sections sont des unités à la fois territoriales et sociales auxquelles les individus appartiennent de par leur naissance, leur résidence ou leurs intérêts fonciers. En général, l'individu relève de la section de son père qui est aussi celle de sa mère, car les sections sont endogames. Toutes les sections sont égales en droits et en devoirs, et chacune possède ses propres autorités, son propre saint patron, parfois ses propres lieux de culte, qui garantissent son autonomie. Mais, si elles sont égales, les sections ne sont pas pour autant équivalentes. La ligne de départ des sections recoupe la ligne de pente ou coïncide avec elle, de sorte qu'il y a toujours une section de la droite (allauqa) et une section de la gauche (ičoka), ou bien une section du haut (hurin ou qollana) et une section du bas hanan ou kayao), auxquelles s'ajoutent parfois une section intermédiaire (čawpi ou payan). L'organisation binaire allauqa/ičoka apparaît plus fréquemment dans le sud des cordillères, tandis que l'organisation ternaire hanan/čawpi/hurin ou qollana/payan/kayao est plus répandue au nord. Partout cependant, la section du haut ou de la droite jouit d'une prééminence d'ordre cérémoniel. Elle entretient avec les autres sections, le plus souvent alliées, des relations hautement compétitives qui se manifestent à l'occasion des fêtes communautaires et des travaux collectifs. La rivalité traditionnelle qui oppose les sections, s'exprime en particulier dans des jeux tels que la čweka (ou « jeu de la crosse ») qui est pratiquée dans les Andes du Pérou central.

Filiation et mariage

La filiation semble avoir été régie, jusqu'au xviiie siècle, par un système de type parallèle. Ce système, selon lequel les hommes descendent de leur père et les femmes de leur mère, s'est profondément bilatéralisé en accusant toutefois une certaine tendance à la patrilinéarité. La bilatéralisation de la descendance s'est accompagnée d'un remaniement substantiel des rapports de parenté. Ainsi, l'identification du frère de la mère au beau-père et de la sœur du père à la belle-mère, qui suggérerait l'existence d'un ancien modèle d'union préférentielle entre cousins croisés ambilatéraux, a disparu. Mais l'époux de la sœur est toujours distingué du frère de l'épouse, pour être confondu terminologiquement avec l'époux de la fille. De même, les enfants sont toujours distingués selon le sexe du locuteur et non selon leur sexe, tandis que les cousins continuent d'être assimilés aux germains. Les rapports de consanguinité et d'affinité sont fréquemment étayés ou prolongés à l'extérieur de la famille par des relations spirituelles qui s'établissent lors de la célébration des rites de passage jalonnant le cycle de vie. Le baptême, le mariage, la première coupe de cheveux (umarutuy ou warkaruti) font l'objet d'un parrainage d'où découle un double lien entre le parrain et le filleul d'une part, et entre le parrain de l'enfant et le père [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Femmes quechua, Bolivie

Femmes quechua, Bolivie
Crédits : Hulton Getty

photographie

Contestation des cocaleros boliviens, 1998

Contestation des cocaleros boliviens, 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUECHUA  » est également traité dans :

ALTIPLANO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 550 mots
  •  • 3 médias

Une partie des Andes est occupée par de hautes plaines, appelées altiplano, dont on distingue plusieurs types, de la Bolivie à la Colombie. L'Altiplano péruvo-bolivien est un ensemble de hautes plaines, entre 3 600 et 4 200 mètres, coupées de petits chaînons montagneux, qui s'étire sur 1 000 kilomètres entre le 15 e et le 25 e degré de latitude sud. L'Altiplano occupe un secteur subsident rempli […] Lire la suite

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pauvreté et inégalités »  : […] Souvent qualifié de pays le plus pauvre d'Amérique latine (après Haïti), la Bolivie cumule des indicateurs de développement faibles : 114 e  rang mondial pour l'indicateur de développement humain (I.D.H.), selon le rapport du P.N.U.D. en 2004, environ 60 p. 100 de pauvres, près de la moitié de la population vivant avec moins de deux dollars par jour (les indigents), une espérance de vie de 65 ans […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale et l'Amérique du Sud : les musiques indiennes »  : […] Bien que le Mexique appartienne, du point de vue géographique, au continent nord-américain, il est plus logique de l'inclure dans un traitement musicologique de l'Amérique latine pour des raisons historiques et culturelles bien évidentes. Les Mexicains distinguent la musique métissée, música mestiza , de la musique indienne, música indígena , mais ces deux traditions se manifestent dans presque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 juin 2001 Pérou. Élection d'Alejandro Toledo à la présidence de la République

L'économiste centriste d'origine quechua Alejandro Toledo remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 52,8 p. 100 des suffrages, contre 47,2 p. 100 pour l'ancien président social-démocrate Alan García, en exil de 1992 à janvier 2001. Les deux candidats se situent au centre gauche de l'échiquier politique. Le score obtenu par Alan García, arrivé en deuxième position lors du premier tour, le 8 avril, devant la candidate conservatrice, Lourdes Flores, surprend. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri FAVRE, « QUECHUA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quechua/