QUECHUA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question quechua

Bien que depuis longtemps intégrés à la société hispano-coloniale qui influença considérablement leur développement culturel, les Quechua n'ont commencé à peser dans la vie politique nationale des États andins qu'à une date relativement récente. Les bouleversements sociaux provoqués au Pérou par la guerre du Pacifique, et en Bolivie par celle du Chaco (1932-1935), ont contribué à faire prendre conscience aux élites blanches des problèmes de leurs compatriotes indiens. L'idéologie indigéniste que ces conflits affermirent a débouché sur des programmes gouvernementaux d'aide et d'assistance aux communautés montagnardes, tendant à résorber les disparités économiques, sociales et culturelles qui les séparent des autres secteurs de la population.

Par ailleurs, la croissance démographique des Quechua et le surpeuplement de leurs terroirs traditionnels sont à l'origine d'amples mouvements migratoires vers les villes que des réformes agraires plus ou moins radicales n'ont pu ni enrayer ni même ralentir. Au Pérou, les migrations ont déplacé des Andes vers la côte le centre de gravité du peuplement et entraîné le décuplement de la population de Lima entre 1940 et 1990. Les tensions qu'engendre la masse croissante de migrants déracinés, le plus souvent sous-employés et concentrés dans d'immenses bidonvilles, se sont transformées en violence, avec l'éclatement, en 1980, de la guérilla du Sentier lumineux, mouvement qui trouva dans ces zones de misère les plus solides de ses bases d'appui.

Les flux migratoires drainent une part plus modeste de l'excédent démographique vers les versants amazoniens de la cordillère andine, qui deviennent l'objet d'une colonisation spontanée. Depuis le milieu des années 1970, la demande croissante de cocaïne en Europe et surtout en Amérique du Nord incite les migrants à développer la culture de la coca dont ces terres chaudes orientales ont été de tout temps productrices. Le prix élevé auquel les narcotrafiquants achètent la récolte de feuilles procure aux petits producteurs, les cocaleros, un revenu annuel de trois à quatre fois supérieur à celui qu'ils obtiendraient de n'importe quelle autre culture. Aussi, les divers programmes de reconversion économique que les gouvernements des pays andins mettent en œuvre – avec une inégale conviction, d'ailleurs – sous la pression des États-Unis suscitent-ils de violentes réactions d'hostilité. Magnifiant la place qu'occupe la coca dans l'univers culturel des Quechua, la population que menacent ces programmes dénonce volontiers en eux une tentative planifiée d'ethnocide.

La crise dans laquelle s'enfoncent les pays andins avec le reste de l'Amérique latine au cours des années 1980 ruine définitivement les espérances longtemps placées par l'indigénisme dans l'intégration sociale et l'assimilation culturelle. Elle favorise le développement d'un processus nouveau de reviviscence ethnique auquel les Quechua prennent part, notamment en Équateur avec l'organisation Ecuarunari qui les représente. Dans ce pays, en association avec d'autres organisations ethniques que rassemble la Confédération des nationalités indiennes d'Équateur (Conaie), les Quechua militent en faveur de la reconnaissance de leurs droits linguistiques, culturels et politiques, ainsi que pour l'instauration d'un État multinational qui s'en porterait garant.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUECHUA  » est également traité dans :

ALTIPLANO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 550 mots
  •  • 3 médias

Une partie des Andes est occupée par de hautes plaines, appelées altiplano, dont on distingue plusieurs types, de la Bolivie à la Colombie. L'Altiplano péruvo-bolivien est un ensemble de hautes plaines, entre 3 600 et 4 200 mètres, coupées de petits chaînons montagneux, qui s'étire sur 1 000 kilomètres entre le 15 e et le 25 e degré de latitude sud. L'Altiplano occupe un secteur subsident rempli […] Lire la suite

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pauvreté et inégalités »  : […] Souvent qualifié de pays le plus pauvre d'Amérique latine (après Haïti), la Bolivie cumule des indicateurs de développement faibles : 114 e  rang mondial pour l'indicateur de développement humain (I.D.H.), selon le rapport du P.N.U.D. en 2004, environ 60 p. 100 de pauvres, près de la moitié de la population vivant avec moins de deux dollars par jour (les indigents), une espérance de vie de 65 ans […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale et l'Amérique du Sud : les musiques indiennes »  : […] Bien que le Mexique appartienne, du point de vue géographique, au continent nord-américain, il est plus logique de l'inclure dans un traitement musicologique de l'Amérique latine pour des raisons historiques et culturelles bien évidentes. Les Mexicains distinguent la musique métissée, música mestiza , de la musique indienne, música indígena , mais ces deux traditions se manifestent dans presque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 juin 2001 Pérou. Élection d'Alejandro Toledo à la présidence de la République

L'économiste centriste d'origine quechua Alejandro Toledo remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 52,8 p. 100 des suffrages, contre 47,2 p. 100 pour l'ancien président social-démocrate Alan García, en exil de 1992 à janvier 2001. Les deux candidats se situent au centre gauche de l'échiquier politique. Le score obtenu par Alan García, arrivé en deuxième position lors du premier tour, le 8 avril, devant la candidate conservatrice, Lourdes Flores, surprend. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri FAVRE, « QUECHUA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quechua/