PROPULSION NAVALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un navire, comme tout corps se déplaçant dans un fluide, est soumis à une force qui s'oppose à son mouvement ; pour vaincre cette « résistance à l'avancement », il faut donc lui fournir une certaine énergie.

Cette énergie peut provenir de l'extérieur, du vent qui s'exerce sur les voiles (cf. voiliers) ou d'un autre véhicule remorqueur ou pousseur, mais elle est le plus souvent fournie par un moteur propre au navire. Le système propulsif comprend alors :

– en aval, le propulseur (hélice sauf exception) qui engendre une poussée s'opposant à la résistance ;

– en amont, un appareil moteur, ou un ensemble moteur, dont le rôle est de transformer une énergie fossile (ou exceptionnellement nucléaire) en énergie mécanique, après éventuellement un passage par une énergie électrique ;

– entre les deux, des éléments destinés à adapter et à transmettre à l'hélice la puissance mécanique ainsi produite.

Le propulseur

Hélice classique

L'hélice est le propulseur qui équipe la quasi-totalité des navires. On se reportera à l'article navires - Hydrodynamique navale pour ce qui concerne le principe de son fonctionnement, ses performances ou encore certains phénomènes (cavitation, vibrations) dont elle peut être le siège.

D'un point de vue pratique, une hélice est constituée d'un ensemble de pales, au nombre de trois à six en général, sortes d'ailes portantes d'envergure limitée et vrillées, qui sont montées sur un moyeu, lui-même entraîné en rotation par un arbre reliant l'hélice au système moteur. L'ensemble pales et moyeu constitue en général un corps solide unique coulé en alliage cuivreux (laiton, cuivre-manganèse, cuivre-aluminium, etc.), ou exceptionnellement en acier, et usiné.

Le choix du propulseur (ou des propulseurs) à installer sur un navire donné ne se fait pas dans l'absolu. Ce qu'il faut en principe, c'est réaliser le meilleur compromis entre les trois composants majeurs que sont la carène, le moteur et le propulseur. Mais, comme les caractéristiques principales de la carène sont à peu près fixées dès le début du projet, et celles du moteur ensuite, la nécessaire adaptation carè [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : ingénieur général de l'armement (génie maritime), expert agréé par la Cour de cassation, membre de l'Académie de marine
  • : adjoint au chef de la section machines, Service technique des constructions et armes navales, Paris
  • : ingénieur en chef de l'Armement
  • : ingénieur en chef de l'Armement

Classification


Autres références

«  PROPULSION NAVALE  » est également traité dans :

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les carburants lourds »  : […] Encore appelés « carburants marine », les carburants lourds sont utilisés dans des moteurs Diesel servant à la propulsion des gros navires et développant des puissances comprises entre 2 000 et 50 000 kilowatts. Ils se répartissent en deux grandes catégories : les « distillats » et les « résidus ». Les premiers, plus nobles, sont réservés à l'alimentation des bateaux d'un tonnage moyen, tandis que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carburants/#i_28471

DIESEL RUDOLF (1858-1913)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 455 mots

Ingénieur allemand, né à Paris. Ingénieur frigoriste dans une entreprise parisienne de machines à glace, Diesel étudie le projet d'un moteur à ammoniac. Des circonstances particulières l'obligent à s'installer en Allemagne où, finalement, avec l'aide d'une société augsbourgeoise, la Maschinenfabrik Augsbourg, il concevra la moins onéreuse et la plus efficace des machines thermiques à combustible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-diesel/#i_28471

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 608 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La propulsion mécanique »  : […] La troisième grande étape de l'histoire de la propulsion du navire commence au xviii e  siècle lorsque, pour s'affranchir du vent, l'homme a l'idée d'utiliser l'énergie produite par la détente de la vapeur d'eau. Denis Papin (1690) puis Jonathan Hulls (1736) ouvrirent la voie en associant la roue à aubes à une machine à vapeur. Ce système porta ses fruits lorsque, en 1783, Jouffroy d'Abbans réuss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navigation-maritime/#i_28471

GREAT WESTERN

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 230 mots

En 1838, le Great Western , bateau à vapeur en bois de 1 340 tonneaux, relie Bristol à New York en quinze jours et demi. Il arrive quelques heures après le Sirius (mais ce dernier était parti quelques jours auparavant), premier bateau à traverser l'Atlantique en se servant exclusivement de la vapeur. Conçu par l'ingénieur Isambard Kingdom Brunel, le Great Western comporte deux chaudières associé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/great-western/#i_28471

MAÎTRISE DE LA NAVIGATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain BOULAIRE
  •  • 680 mots

Vers — 4000 Premières représentations de bateaux à voiles en Mésopotamie et en Égypte. L'essentiel de la manœuvre se fait toujours à la rame, la voile n'étant qu'un complément en cas de vents favorables. 553 Procope de Césarée parle de la voile latine : triangulaire, elle permet de mieux manœuvrer que les seules voiles carrées pour lesquelles un vent portant fort et bien orienté est nécessaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitrise-de-la-navigation-reperes-chronologiques/#i_28471

MARINE MARCHANDE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise ODIER, 
  • Yves POULIZAC, 
  • Martine RÉMOND-GOUILLOUD
  • , Universalis
  •  • 4 862 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La marine à vapeur »  : […] En 1819, l'Atlantique était pour la première fois franchi à bord d'un navire des États-Unis équipé d'un système de propulsion à vapeur : le Savannah. Mais c'est au cours de la seconde moitié du xix e  siècle que l'utilisation de la houille bouleverse les données du commerce maritime. Il s'agit alors de révolution : l'aléa qui pesait sur chaque traversée du fait du caprice des vents disparaissait ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-marine-marchande/#i_28471

NAUTILE, submersible

  • Écrit par 
  • Vincent RIGAUD
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractéristiques du « Nautile » »  : […] Le Nautile se caractérise par un poids faible (19,5 tonnes dans l'air, pour une plongée à 6 000 mètres) et des dimensions compactes au regard de ses performances (8 mètres de longueur, 2,7 mètres de largeur et 3,81 mètres de hauteur). Il peut ainsi être déployé à partir d'un navire support de faible tonnage comme L'Atalante et le Pourquoi Pas ? , deux des bateaux océanographiques de l'Ifremer. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nautile-submersible/#i_28471

NAVIRES - Architecture navale

  • Écrit par 
  • Michel BENICOURT, 
  • Raymond SERVIÈRES
  •  • 5 289 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Équilibre du navire immobile et choix des formes »  : […] La résultante des pressions hydrostatiques s'exerçant sur la carène d'un navire immobile est une poussée verticale, dirigée vers le haut, égale au déplacement et appliquée au centre de carène (principe d'Archimède). En position d'équilibre (fig. 2a) , le centre de gravité G et le centre de carène C 0 sont sur une même verticale, et la poussée π est égale au poids Δ. Le relevé des tirants d'eau, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-architecture-navale/#i_28471

NAVIRES - Hydrodynamique navale

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 8 139 mots
  •  • 9 médias

L'hydrodynamique navale, qui traite des rapports du navire avec l'eau qui l'entoure, constitue sans nul doute l'une des disciplines fondamentales que doit maîtriser l'architecte naval au moment d'élaborer un nouveau projet. Ces rapports conditionnent en effet très directement non seulement les formes et les dimensions principales de la carène, mais aussi la puissance de l'appareil propulsif, cell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-hydrodynamique-navale/#i_28471

NAVIRES - Navires de commerce

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 9 540 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Navires de transport de gaz liquéfiés »  : […] C'est au début du xx e  siècle que le développement des industries parapétrolières et chimiques a conduit à envisager le transport maritime de gaz liquéfiés. Le navire hollandais Agnita fut le premier navire construit spécialement pour cet usage en 1931. À titre anecdotique, son exploitation répondait au modèle idéal qui consiste à n'effectuer aucun voyage sans cargaison : il transportait de l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-commerce/#i_28471

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 476 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Propulsion »  : […] Un des premiers objectifs poursuivis dans le dessin d'un appareil propulsif de sous-marin est d'obtenir une vitesse aussi élevée que possible pour un appareil propulsif déterminé ou de définir l'appareil propulsif de volume et de poids aussi réduits que possible permettant d'atteindre la vitesse requise. On s'efforce donc de choisir les formes les plus appropriées à la navigation en plongée. Or, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-guerre/#i_28471

NAVIRES - Navires de plaisance

  • Écrit par 
  • Jean-Charles NAHON
  •  • 4 816 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des systèmes propulsifs »  : […] Des évolutions importantes ont permis d'améliorer les performances des navires en dépit de la tendance inflationniste des devis de poids : dans les petites dimensions, les progrès des moteurs hors-bord à 2 temps, puis à 4 temps, toujours plus puissants, plus fiables, plus silencieux ; dans les puissances plus élevées, l'évolution remarquable des moteurs Diesel turbo vers la compacité, les grandes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-plaisance/#i_28471

PÉTROLE - Le transport

  • Écrit par 
  • Pierre HOUSSIN, 
  • Georges WESSELS
  •  • 6 966 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Aspects techniques et nautiques du transport maritime pétrolier »  : […] La construction et la maintenance des navires pétroliers, dont la valeur représente des sommes souvent considérables, particulièrement pour les plus gros d'entre eux, font l'objet de la plus grande attention de leurs armateurs. Les sociétés de classification (comme le bureau Véritas en France et le Lloyd's Register en Grande-Bretagne) exercent également une étroite surveillance et délivrent aux p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-le-transport/#i_28471

QUEEN MARY 2, paquebot

  • Écrit par 
  • Alain CROUZOLS
  •  • 1 184 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La propulsion du « Queen Mary 2 » »  : […] Pour assurer la vitesse maximale requise de 29 nœuds, le choix de la propulsion s'est porté sur quatre pods . Ce sont des nacelles suspendues à la coque du navire et qui comprennent un moteur électrique entraînant en prise directe une hélice à pas fixe. Deux des quatre nacelles sont orientables pour assurer la gouverne. Au total, 90 mégawatts assurent la propulsion de ce paquebot. La puissance req […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/queen-mary-2-paquebot/#i_28471

SOL EFFET DE

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Phénomène aérodynamique qui se traduit par une légère augmentation de la pression atmosphérique de l'air qui se trouve entre un véhicule aérien et le sol. Cet effet est très faible en temps normal, d'une part parce que son intensité est inversement proportionnelle à l'altitude du véhicule, d'autre part parce que l'air ainsi comprimé a tendance à s'échapper dans toutes les directions. Si l'on opère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-de-sol/#i_28471

SOUS-MARINS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain BOULAIRE
  •  • 608 mots

1624 Le physicien hollandais Cornelius Van Drebbel fait naviguer un bateau en bois couvert de cuir suiffé sous la surface de la Tamise (Grande-Bretagne) pendant quelques instants : le bateau est propulsé par douze rameurs. 1775 L'Américain David Bushnell invente un submersible, le Turtle , engin en bois de forme ovoïde rappelant celle de la tortue (d'où son nom), occupé par un seul homme qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sous-marins-reperes-chronologiques/#i_28471

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge BINDEL, Michel BONNOTTE, Jacques HARTWEG, Roger ROUDIL, « PROPULSION NAVALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/propulsion-navale/