Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les prophètes d'Israël occupent une place importante dans l'Ancien Testament et ont fait l'objet de commentaires nombreux et variés. Pour la tradition juive, ils continuèrent l'œuvre de Moïse et furent ses fidèles interprètes ; pour l'Église chrétienne, ils ont prédit la venue du Christ et annoncé notamment ses souffrances (Is., liii) et son règne glorieux (Is., ix et xi) ; au début du xxe siècle, des critiques ont vu en eux avant tout des prédicateurs intervenant dans les affaires publiques de leur temps, ils ont souligné cependant la modernité de leurs préoccupations éthiques. Les spécialistes sont aujourd'hui encore loin d'être unanimes sur les divers problèmes posés à ce sujet : traits caractéristiques de ces prophètes ; formes et contenu de leurs oracles ; origine et finalité du mouvement prophétique en Israël ; histoire du prophétisme biblique.

Situation du prophétisme en Israël

Grâce au développement récent de sciences telles que l'histoire des religions, la psychologie, l'orientalisme, le prophétisme israélite est sorti de son isolement et n'apparaît plus comme un phénomène unique en son genre.

Les prophètes d'Israël appartiennent à la famille des « porteurs de parole » (G. Van der Leeuw) qu'on rencontre aussi dans l'ancien Proche-Orient, en Grèce, en Asie centrale. Ils se distinguent des autres inspirés divins moins par leur comportement ou par la forme de leurs oracles que par le contenu de leur message. Celui-ci est déterminé par le fait que les prophètes hébreux parlent au nom d'un Dieu particulier, Yahvé, à un peuple particulier, Israël ; la spécificité du prophétisme israélite repose sur le caractère propre des relations entre Yahvé et Israël telles qu'elles ont été vécues au cours de l'histoire.

Le prophétisme en Israël a un passé lointain, puisqu'il remonte vraisemblablement à l'époque nomade ; il a ressemblé sans doute pendant longtemps à certaines formes du prophétisme attestées en Mésopotamie (lettres de Mari, xviiie s.) et en Syro-Phénicie (témoignage de Wen-Amon, xiie s.) avant de connaître un épanouissement prodigieux entre le viiie et le vie siècle, avec ceux qu'on a appelés à tort les « prophètes écrivains » (les prophètes de cette époque ont été plutôt des orateurs, et ce sont en général leurs disciples qui ont mis leurs oracles par écrit), c'est-à-dire Amos, Osée, Isaïe, au temps de l'expansion assyrienne (viiie s.) ; Jérémie, Ézéchiel, le Second Isaïe, sous l'occupation babylonienne (vie s.). Après l'exil et pendant la période perse, l'importance du prophète décline au profit du prêtre et du scribe, alors que, sous les Grecs et sous les Romains, le prophétisme reprend vie dans le cadre de l'apocalyptique (dès le iie s. av. J.-C.).

On peut noter enfin que les avis des spécialistes divergent sur le rôle joué par les prophètes au temps des Assyro-Babyloniens. On a fait d'eux des conservateurs, des réformateurs, voire des révolutionnaires. Certains estiment qu'ils ont occupé une fonction officielle dans le cadre du yahvisme traditionnel ; d'autres voient dans leur intervention un événement absolument imprévisible et soulignent qu'ils se sont violemment heurtés aux autorités établies d'Israël et de Juda. Pour les uns, ils sont venus à la rescousse d'un clergé défaillant ; pour les autres, ils ont prêché un monothéisme moral jusque-là inédit dans le Proche-Orient ancien. En fait, les prophètes ne se sont pas réclamés directement de Moïse ; ils n'ont pas davantage voulu innover ; ils se sont compris comme les envoyés de Yahvé auprès de leur peuple ; ils n'ont cherché ni à sauvegarder, ni à bouleverser à tout prix la tradition religieuse d'Israël ; ils se sont sentis libres à son égard dans la mesure où ils se savaient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Robert MARTIN-ACHARD. PROPHÈTES D'ISRAËL [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ABDIAS LIVRE D'

    • Écrit par
    • 226 mots

    « Abdias » signifie « serviteur de Yahveh ». Le livre qui porte ce nom (Vision d'Abdias dans la version des Septante, Vision d'Obadyah dans la Bible hébraïque) est celui de l'un des douze « petits » prophètes bibliques et le plus court des livres de l'Ancien Testament (21 versets)....

  • AGGÉE LIVRE D'

    • Écrit par
    • 190 mots

    Le dixième des douze livres de l'Ancien Testament qui portent le nom d'un des douze « petits » prophètes. Aggée, dont les prophéties constituent ce livre, a contribué à la mobilisation morale de la communauté juive appelée, après son exil à Babylone, à reconstruire le temple de Jérusalem (~ 516). L'ouvrage...

  • AMOS LIVRE D'

    • Écrit par
    • 530 mots

    Cataloguée dans la liste biblique des Douze Petits Prophètes, l'œuvre d'Amos est sans doute le premier des messages prophétiques de l'Ancien Testament qui ait été conservé sous la forme d'un livre. Amos était un paysan du village de Téqoa, à quelques kilomètres de Bethléem, dans le royaume du Sud (Juda)....

  • APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

    • Écrit par et
    • 9 934 mots
    ... siècles avant J.-C. Aussi, le fondement, la structure et le cadre éthique d'Israël furent-ils, dans un premier temps, secoués et, dans un second temps, transformés. Et, de leur côté, la voix et la plume desprophètes furent elles-mêmes contraintes d'intervenir dans un tout autre sens.
  • Afficher les 39 références