YAHVÉ ou YAHWEH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Dieu d'Israël, Yahvé, était connu avant Moïse chez d'autres peuples que les Hébreux : les anciens Phéniciens semblent avoir adoré un dieu Yo. Dans la Bible hébraïque, on trouve les formes abrégées Yahu, Yo ou Yah, la plupart du temps en composition, préposées ou postposées, dans des noms théophores (Yoiakin, Abia) ou dans des formules liturgiques (alléluia). Dans les papyrus juifs d'Éléphantine, on parle de Yaho.

Les traditions bibliques associent Yahvé, le Dieu d'Israël, au mont Sinaï (ou Horeb) ; c'est le cas dans la poésie (Deut., xxxiii, Jug., v et Ps. LXVIII). Il est probable que cette montagne (dans l'Orient ancien, la montagne, demeure du dieu, était la réduction du cosmos, la Grande Montagne) fut considérée comme le lieu classique d'une manifestation d'une divinité, Yahvé, bien longtemps avant que les Israélites ne la connussent. Quand ils eurent adopté Yahvé, les Hébreux adorèrent en lui leur Dieu, unique : c'est ainsi que d'un dieu tribal ou national, ils allaient faire le Dieu cosmique.

À lui seul, dans la religion biblique, Yahvé était de soi l'expression même du monothéisme israélite. Dans l'Exode (iii, 14), il semblerait que Yahvé (YaHWéH) dérive de la racine hébraïque HâYâH (« être », « devenir »). Or, la racine du mot n'est pas HYH, mais HWH, qui, en hébreu, signifie « désirer ». Aussi pense-t-on que Yahvé viendrait de dialectes amorrhéens, que parlaient les Patriarches et dans lesquels HWH (comme en araméen) signifie « être », « devenir ». Dès lors, Yahvé (YaHWéH) serait une forme verbale, causative, et voudrait dire : « Il fait être ». Les documents akkadiens fournissent des parallèles intéressants : des noms divins résultant de l'assemblage de cette forme causative et d'un substantif comme objet. À l'origine, Yahvé n'était peut-être que le premier élément d'un titre divin composé dont la Bible a conservé quelques exemples : Yahvé-Sabbaot (« Il fait être les armées ») ou Yahvé-Shalom (« Il fait être la paix »).

—  André PAUL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  YAHVÉ ou YAHWEH  » est également traité dans :

ANGES & ARCHANGES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 338 mots

Venu du latin angelus , transcription de aggelos qui, en grec profane, désigne un messager, le mot « ange », dans la version des Septante, traduit l'hébreu maleak (« messager » [de Dieu]), terme qui s'applique surtout aux anges, mais aussi quelquefois aux prophètes (Is., xiv , 32) et aux prêtres (Mal., ii , 7). L'Ancien Testament appelle les anges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anges-et-archanges/#i_12390

DÉBORA

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 348 mots

La fameuse « prophétesse » qui apparaît dans le livre biblique des Juges ( iv et v ) et chez laquelle les Israélites se rendaient pour demander la justice ( iv , 5), sous le palmier, entre Rama et Béthel. C'est par un oracle que Débora engagea Baraq à marcher victorieusement contre Siséra, le général de Yabin, roi de Hasor. Elle fait penser à ce q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debora/#i_12390

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le nom de Dieu »  : […] On rencontre dans la Bible deux expériences du divin qui correspondent aux deux noms : celui d' El (autre forme : Elohim ) et celui de Yahvé , par lesquels Dieu se trouve désigné. El (pluriel Elohim) désigne la divinité dans presque tout le monde sémitique et suggère donc la continuité entre le « Dieu des nations » et le Dieu d'Israël. Mais quand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_12390

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « Alliance et fidélité dans la Bible »  : […] Nous avons pris l'habitude de parler globalement de « la foi biblique », de « la foi chrétienne », de « la foi juive »..., en supposant que le mot « foi » résume la totalité du rapport de l'homme à Dieu. Il n'existe pas de mot en hébreu qui corresponde à cette acception. Les seuls termes capables d'évoquer dans sa totalité le message biblique sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_12390

GÉDÉON, juge d'Israël (-XIIe ou -XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 560 mots

L'un des plus célèbres des grands juges d'Israël durant la période qui sépare la conquête de la Palestine des premiers essais de royauté, Gédéon (en hébreu, Gideôn) est l'auteur de faits de guerre éclatants qui sont racontés dans le Livre biblique des Juges. Il y est surnommé Yerub-baal (« Que Baal se montre grand », Juges, vi , 32 ; vii , 1) ; dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gedeon-juge-d-israel/#i_12390

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Composantes caractéristiques »  : […] Qu'est-ce donc qui caractérise le gnosticisme ? Pourquoi a-t-il été rejeté aussi bien par Clément d'Alexandrie que par Plotin ? Il y a tout d'abord une raison commune aux chrétiens et aux philosophes. À leurs yeux, le gnosticisme ruine toute morale. Plotin reproche aux gnostiques de ne jamais parler de la vertu : « Or, dit, sans la vertu, Dieu n'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_12390

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 100 mots

Dans le chapitre « L'Ancien Testament »  : […] Chén , c'est d'abord une autre façon de désigner JHVH, le Dieu vivant, Seigneur d'Israël, dans les bonnes dispositions qui sont les siennes à l'égard des hommes ; c'est aussi, par extension, le rapport nouveau qu'il crée entre lui et les hommes en les appelant, en les interpellant incessamment par les messagers de sa Parole (Ps., XXXI, 17 ; XXXIII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/#i_12390

ISAÏE (-VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 2 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier Isaïe »  : […] Citoyen de Jérusalem, à laquelle il est profondément attaché, marié et père de plusieurs enfants, aux noms symboliques (ainsi Shear Yashub : « un reste reviendra »), Isaïe est issu d'une grande famille – la tradition rabbinique en a fait un parent du roi – et a fréquenté les milieux des « sages » ou fonctionnaires de l'État, dont il utilise le voca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaie/#i_12390

JÉHOVAH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 194 mots

Barbarisme pris pour le nom propre de Dieu chez les Juifs. Le tétragramme divin YHWH se lisait très probablement à l'origine YaHWeH , à une époque où les voyelles hébraïques n'étaient pas notées. Cependant, par respect pour leur divinité, les Juifs ne prononçaient jamais ce nom dans la liturgie synagogale. Ils lui substituaient soit adônay  : « Se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jehovah/#i_12390

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Israël et les origines de la foi juive »  : […] La naissance du judaïsme a suivi un processus profondément original, caractérisé, à ses débuts, par une longue série d'expériences spirituelles – ou de « révélations » pour le croyant –, dont les bénéficiaires furent les Hébreux (ou Israélites). Ces derniers étaient un groupement de tribus sémites, dont certaines avaient séjourné en Égypte et dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/#i_12390

MONOTHÉISME

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 3 567 mots

Dans le chapitre « L'époque des patriarches »  : […] Si l'on définit le monothéisme comme la croyance en un seul Dieu, comportant la négation explicite de tout autre dieu, on ne trouve aucune mention nette d'un tel monothéisme à l'époque des patriarches. On peut tout au plus parler de « monolâtrie ». La question de l'existence ou de la non-existence des dieux des autres peuples ne se pose même pas. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monotheisme/#i_12390

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 177 mots

Dans le chapitre « Situation du prophétisme en Israël »  : […] Grâce au développement récent de sciences telles que l'histoire des religions, la psychologie, l'orientalisme, le prophétisme israélite est sorti de son isolement et n'apparaît plus comme un phénomène unique en son genre. Les prophètes d'Israël appartiennent à la famille des « porteurs de parole » (G. Van der Leeuw) qu'on rencontre aussi dans l'anc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prophetes-d-israel/#i_12390

SALUT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 4 781 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien »  : […] À de rares exceptions près, « sauveur » est, dans l'Ancien Testament, un titre réservé à Yahvé ; mais le salut que promet ou procure le Dieu sauveur se situe à plusieurs niveaux différents, entre lesquels on discerne une progression du moins spirituel au plus spirituel. Il s'agit d'abord de la préservation ou de la libération de maux ou de dangers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salut/#i_12390

SEM

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 290 mots

Le premier, dans l'ordre biblique, des trois fils de Noé. Avec Cham et Japhet, il apparaît dans la Genèse ( v , 32) au terme d'une longue généalogie qui relie Adam à Noé ( v , 1-32). On retrouve les trois frères juste avant le déluge ( vi , 10) et lors de l'entrée dans l'arche ( vii , 13) ; rescapés de la catastrophe universelle, ils sont à l'origi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sem/#i_12390

STÈLE DE MÉSHA

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 725 mots
  •  • 1 média

Cette stèle de basalte noir (106 × 68 × 36 cm) a été découverte le 19 août 1868 par Frederick Augustus Klein , Alsacien au service de la Christian Missionary Society anglicane de Jérusalem, alors qu’il était en visite auprès du cheikh de la tribu des Beni Hamideh à Dhibân, à l’est de la mer Morte. Elle comporte les restes de trente-quatre lignes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stele-de-mesha/#i_12390

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sacralisation et sanctification »  : […] À première vue, il n'y a pas de différence entre les termes de sacralisation et de sanctification. Le saint, comme le sacré, est séparé, fondateur et idéal. Comme lui, il appelle des interdits et il contient des promesses. C'est ainsi que Roger Caillois écrit : « Le sacré est un univers de prohibitions transcendantes, capitales, arbitraires, ou qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre-religion/#i_12390

Pour citer l’article

André PAUL, « YAHVÉ ou YAHWEH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yahve-yahweh/