PROPHÈTES D'ISRAËL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prophétisme classique

La tradition biblique accorde à Abraham (Gen., xx) et à Moïse (Os., xii ; Deut., xviii) le titre de prophète (pour la théologie judéo-chrétienne, ils inaugurent la successio prophetica) et rappelle ainsi le lien qui existe entre le mouvement prophétique et la période qui a précédé l'entrée du peuple de Yahvé en Canaan. Mais c'est sur sa terre qu'Israël verra se développer le prophétisme, d'abord avec Nathan à l'époque de David, au xie siècle (II Sam., vii et xii), et surtout avec Élie, au temps d'Achab, au ixe siècle (I Rois, xvii à II Rois, ii). Ce dernier brave le pouvoir et défend à peu près seul les droits du yahvisme en Israël ; sa figure quasi légendaire impressionnera les générations suivantes, lesquelles feront de lui le prophète par excellence qui doit revenir à la fin des temps (Malachie, iii).

À partir du viiie siècle, le prophétisme biblique atteint son apogée : Yahvé adresse à son peuple, qui court au-devant de la catastrophe, une série de messagers qui ont chacun leurs antécédents, leur style, leur personnalité, mais qui visent tous à replacer Israël devant sa présence immédiate.

Amos est le plus ancien des « prophètes écrivains » : originaire de la campagne, au sud de Jérusalem, il intervient dans le royaume du Nord, dirigé par Jéroboam II, dans la première moitié du viiie siècle. Le pays connaît à cette époque un temps particulièrement faste, surtout sur le plan politique et économique, mais la prospérité du royaume de Samarie conduit certaines grandes familles du pays à abuser de leurs privilèges au détriment du petit peuple. Amos stigmatise en termes cinglants les comptes frauduleux, les affaires louches, les jugements iniques ; il prend le parti des pauvres au nom de Yahvé et condamne l'appétit des riches, la mollesse du clergé, un culte abondant, mais hypocrite (Am., iv-vii). Rejetant les idées reçues par ses contemporains, il dénonce les illusions d'une nation qui se croit élue par Yahvé et attend son heure [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROPHÈTES D'ISRAËL  » est également traité dans :

ABDIAS LIVRE D'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 225 mots

« Abdias » signifie « serviteur de Yahveh ». Le livre qui porte ce nom (Vision d'Abdias dans la version des Septante, Vision d'Obadyah dans la Bible hébraïque) est celui de l'un des douze « petits » prophètes bibliques et le plus court des livres de l'Ancien Testament (21 versets). Il contient un violent oracle contre Édom (versets 1-15), qui s'élargit ensuite en prophétie à teneur apocalyptique : […] Lire la suite

AGGÉE LIVRE D'

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 190 mots

Le dixième des douze livres de l'Ancien Testament qui portent le nom d'un des douze « petits » prophètes. Aggée, dont les prophéties constituent ce livre, a contribué à la mobilisation morale de la communauté juive appelée, après son exil à Babylone, à reconstruire le temple de Jérusalem (~ 516). L'ouvrage consiste en quatre prophéties, faites en l'espace de quatre mois, au cours de la deuxième an […] Lire la suite

AMOS LIVRE D'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 531 mots

Cataloguée dans la liste biblique des Douze Petits Prophètes, l'œuvre d'Amos est sans doute le premier des messages prophétiques de l'Ancien Testament qui ait été conservé sous la forme d'un livre. Amos était un paysan du village de Téqoa, à quelques kilomètres de Bethléem, dans le royaume du Sud (Juda). Rien de surprenant qu'un Judéen se soit intéressé d'aussi près aux destinées du royaume du Nor […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

BIBLE - Ancien et Nouveau Testament

  • Écrit par 
  • Paul BEAUCHAMP, 
  • Xavier LÉON-DUFOUR, 
  • André PAUL
  •  • 10 302 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prophètes »  : […] La fonction du prophète est de faire valoir le moment en face du monument. Le rangement des livres historiques dont le contenu est postérieur à celui du Pentateuque sous le titre de « Prophètes antérieurs » est logique puisqu'il ne s'agit plus d'une histoire archétypale, comme celle de la Loi, mais d'une histoire adossée à la première, et que, à partir de Samuel, le destin des rois et celui des pr […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 682 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Deux « histoires de salut » »  : […] Dès la fin du x e  siècle avant J.-C., la succession catastrophique du roi Salomon entraîne le « schisme » entre Juda et Israël, qui vont évoluer dans des voies différentes. Dans le royaume de Juda (Sud), l'activité littéraire continue, bien que, selon l'attitude des rois, on constate une alternance de syncrétisme cananéen et de renouveau yahviste. L'activité littéraire se concentre autour du tem […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite

ÉLIE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 767 mots

Prophète d'Israël (en hébreu : elî-Yahû , « Yahvé est mon Dieu ») qui est l'un des personnages les plus populaires, aussi bien dans la Bible — Ancien Testament et Nouveau Testament — que dans les traditions juives tardives. Sa biographie, avec laquelle s'articule celle d'Élisée, son successeur, a pris la forme d'une ample légende. Un cycle de récits sur son personnage et ses miracles (uniques dans […] Lire la suite

ÉZÉCHIEL (env. 627-env. 570 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 857 mots

L'un des plus grands prophètes d'Israël, Ézéchiel a donné son nom à l'un des livres de l'Ancien Testament, livre qui rapporte son témoignage et son message, et dont il fut certainement en partie l'auteur. Il exerça son ministère à Jérusalem et à Babylone pendant les trois premières décennies du vi e  siècle avant J.-C., à l'époque où le petit royaume de Juda fut successivement soumis puis éliminé […] Lire la suite

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Dans le chapitre « Le rôle du peuple d'Israël »  : […] La providence s'exerce tout particulièrement en faveur du peuple d'Israël, élu par Dieu en raison de l'alliance avec les patriarches. La prophétie est une forme de révélation supérieure à toutes les autres dont il a été question ci-dessus (prémonitions, rêves, etc.), différente d'elles non pas en degré mais en nature. Le prophète doit nécessairement être un philosophe suréminent qui lit la loi gé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MARTIN-ACHARD, « PROPHÈTES D'ISRAËL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prophetes-d-israel/