PROCRÉATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aléas de la procréation naturelle

Comme chez tous les mammifères, la fécondation est interne dans l'espèce humaine. C'est donc l'organisme féminin qui est le lieu de la procréation. Le rôle biologique de l'homme se limite à la production de spermatozoïdes et à l'insémination, c'est-à-dire l'acte de déposer ces spermatozoïdes dans les voies génitales féminines ; le rôle de la femme est beaucoup plus vaste puisqu'il comprend la production des ovules, la fécondation, le développement de l'embryon, puis du fœtus, jusqu'à la naissance, l'allaitement et les soins postnatals. On doit donc reconnaître la suprématie féminine dans la procréation, non seulement parce que l'organisme féminin en est le cadre exclusif mais aussi parce que l'ovule participe davantage que le spermatozoïde à la conception : il apporte les réserves nécessaires au début du développement (jusqu'au troisième jour) et, grâce à ses mitochondries, il contient des organites cellulaires qui sont le support d'une information génétique distincte...

L'espèce humaine se singularise par la faible efficacité de sa procréation. On ignore la fréquence des conceptions qui n'aboutissent pas à une grossesse diagnostiquée car il existe des avortements précoces pour lesquels la conception reste indétectable. Cependant on constate que c'est seulement une fois sur quatre que le cycle féminin, quand il est exposé au risque de procréation, est à l'origine d'une naissance. On peut citer quelques-uns des phénomènes qui expliquent ce résultat. Contrairement aux animaux chez lesquels l'accouplement est réservé aux périodes fécondes de la femelle, les rapports sexuels des hommes et des femmes sont soumis aux aléas du psychisme plutôt qu'aux automatismes de la physiologie, d'où l'inefficacité de la plupart de ces rapports, en termes de conception. On estime en effet que les spermatozoïdes ne survivent que deux ou trois jours après l'éjaculation tandis que l'ovule ne serait fécondable que dans les vingt-quatre heures qui suivent l'ovulation. Ainsi un rapport sexuel réalisé quatre ou cinq jours avant l'ovulation n'a guère de chances de permettre la fécondation.

Par ailleurs, de nombreux gamètes humains portent des anomalies génétiques dont certaines empêchent le développement de l'œuf fécondé. Environ 10 p. 100 des spermatozoïdes et 25 p. 100 des ovules présentent une aberration du nombre de leurs chromosomes, mais les gamètes portent aussi de nombreuses mutations de gènes, dont la fréquence et la létalité sont largement inconnues. Ainsi, même quand la fécondation prend place, la conception peut s'avérer pathologique, par suite d'anomalies des gamètes ou d'accidents chromosomiques survenant au moment de la fécondation. De telles conceptions génétiquement anormales sont le plus souvent abortives très précocement, mais elles affectent encore 2 p. 100 des enfants qui naissent. Notons aussi de nombreuses causes de stérilité ou d'hypofertilité dans l'espèce humaine dont la plupart concernent les étapes de la conception et affectent presque aussi souvent l'homme que la femme, même si c'est d'abord la femme qui va consulter les médecins. Ainsi une femme sur sept en France consulte au moins une fois pour cause d'infécondité au cours de sa vie procréative. Parmi ces problèmes féminins on découvre le plus souvent des désordres de l'ovulation (32 p. 100) ou des lésions des voies génitales, en particulier des trompes (26 p. 100), tandis que les problèmes masculins concernent surtout les altérations du sperme (48 p. 100) ou l'absence de spermatozoïdes (9 p. 100). Il reste que pour 8 p. 100 des couples inféconds les examens disponibles ne permettent d'avancer aucune explication. On dit alors que la stérilité est « idiopathique ».

Parmi les causes variées de l'infécondité, l'âge de la femme influe davantage que celui de l'homme. On admet que la mortalité embryonnaire après conception augmente chez la femme dès l'âge de vingt ans mais aussi que la probabilité de mener à bien la grossesse diminue fortement à partir de trente-cinq ans. Nous verrons plus loin quelles sont les conditions de la vie fœtale qui expliquent certaines de ces difficultés.

Des évolutions récentes de l'environnement social ou écologique semblent avoir gravement perturbé la procréation humaine dans les pays industrialisés. Il s'agit d'abord du vieillissement des mères, la femme souhaitant de plus en plus être engagée dans la vie active avant de procréer : la baisse sensible de la fécondité avec l'âge maternel est une des causes du recrutement en A.M.P. D'autre part, plusieurs études montrent une diminution de la qualité du sperme au cours des dernières décennies. Ce phénomène est potentiellement redoutable par sa soudaineté, si on admet que la fécondance du sperme fut stable pendant des millénaires ; il a été attribué à la pollution mais ses causes précises sont encore inconnues. Là aussi, l'A.M.P. propose des solutions (injection du spermatozoïde dans l'ovule) qui sont de plus en plus sollicitées. Mais c'est aussi l'A.M.P. elle-même qui vient modifier la norme naturelle de procréation en multipliant par vingt la fréquence des naissances multiples...

Parmi les actions pour maîtriser la procréation, la plus fréquente est le recours à la contraception. Grâce aux techniques les mieux répandues (pilule et stérilet en Europe, stérilisation en Amérique du Nord), le nombre moyen d'enfants par famille est d'environ 1,7 en moyenne dans les pays industrialisés. En sens inverse, diverses interventions médicales, dont l'A.M.P., aident les couples stériles ou peu fertiles à procréer mais, contrairement à la contraception, ces méthodes ne concernent qu'une minorité de la population. Il y a, bien sûr, une dimension démographique de la procréation : l'« explosion démographique » est un phénomène récent qui peuplera la terre de huit milliards d'humains vers 2025 ; ce phénomène historiquement exceptionnel démontre que la fonction procréatrice dépend de très nombreux facteurs (économique, sanitaire, sociologique, psychologique...) capables de moduler les caractéristiques physiologiques de notre espèce.

Principales méthodes de contraception

Dessin : Principales méthodes de contraception

De nombreuses méthodes de contraception permettent d'empêcher la fécondation et ainsi d'éviter les naissances non désirées. Les plus modernes de ces méthodes, qui donnent également aux femmes la possibilité de contrôler leur fécondité, sont encore ignorées ou inaccessibles dans de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Principales méthodes de contraception

Principales méthodes de contraception
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Œuf humain fécondé

Œuf humain fécondé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ségrégation du trophoblaste

Ségrégation du trophoblaste
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Œuf humain de 7 jours

Œuf humain de 7 jours
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 15 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROCRÉATION  » est également traité dans :

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 650 mots
  •  • 5 médias

Les causes de faible fertilité sont nombreuses. Les façons de les traiter le sont également. L’assistance médicale à la procréation (A.M.P.), expression préférable à celle plus courante de procréation médicalement assistée (P.M.A.), est relativement récente. La première naissance après fécondation in vitro chez l’homme date de 1978. L’A.M.P. regroupe l’ensemble des techniques qui nécessitent une […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 135 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  La fécondation et l'héritage génique »  : […] Le terme savant pour désigner l'œuf, «  zygote », dérive d'un mot grec zugon qui signifie le « joug ». C'est la même racine que l'on trouve à l'origine des termes « conjugaison » ou « conjugal ». Lors de la reproduction sexuée, le programme génétique paternel et le programme génétique maternel vont « conjuguer » leurs possibilités. Les données génétiques pour l'enfant à naître sont irréversibl […] Lire la suite

FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)

  • Écrit par 
  • Jean COHEN
  •  • 3 527 mots
  •  • 2 médias

Robert G. Edwards, physiologiste de Cambridge, a réalisé en 1977 la première fécondation in vitro humaine avec transfert d'embryon. Elle a conduit à la naissance de Louise Brown en juillet de l'année suivante . Depuis cette date, plusieurs centaines de milliers de bébés sont nés dans le monde grâce à cette technique. Les techniques médicales destinées à faciliter la procréation et qui ont en commu […] Lire la suite

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 469 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réhabilitation libérale de l’eugénisme »  : […] Les discussions relatives à l’édition du génome germinal qui se tiennent dans l’espace public se situent davantage sur un plan moral et interrogent le droit des parents de configurer le génotype de l’enfant à naître. Ce sont surtout les arguments favorables qui diffèrent de ceux avancés par les professionnels : ils recommandent une sélection anténatale, génétiquement assistée et accessible à tous […] Lire la suite

GODELIER MAURICE (1934- )

  • Écrit par 
  • Laurent BERGER
  •  • 2 424 mots

Dans le chapitre « Ethnographie des Baruya »  : […] Entre 1967 et 1969, Godelier entreprend une enquête de terrain sur les hautes terres de Nouvelle-Guinée (où il retournera à plusieurs reprises jusqu’en 1988) auprès des Baruya, une tribu d’horticulteurs et éleveurs de cochons, entrée en contact avec l’Occident en 1960. Il en tire une monographie devenue classique, La   P roduction des grands hommes , qui expose la reproduction des hiérarchies et […] Lire la suite

MASCULIN / FÉMININ (F. Héritier)

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 1 005 mots

« Pour quelles raisons l'humanité en son entier a-t-elle développé des systèmes de pensée valorisant le masculin et dévalorisant le féminin, et traduit ces systèmes de pensée en actions et en situations de fait ? » Ou, autrement dit, comment, du constat irréfutable d'une différence, déduit-on une hiérarchie ? Dans Masculin/Féminin II : dissoudre la hiérarchie (Odile Jacob, Paris, 2002), Franço […] Lire la suite

NAISSANCE - Grossesse

  • Écrit par 
  • Yves MALINAS
  • , Universalis
  •  • 5 251 mots
  •  • 7 médias

Dans l'espèce humaine, la gestation, autrement dit l'état de grossesse commence à l'instant de la fécondation et se termine neuf mois plus tard environ, au moment de l'accouchement. L'habitude a prévalu de compter sa durée en semaines à partir du premier jour des dernières règles, ce qui situe le terme dans la 41 e  semaine (entre le 281 e et le 287 e  jour). Lorsque la naissance se produit avant […] Lire la suite

NAISSANCE DU PREMIER BÉBÉ-ÉPROUVETTE

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 245 mots
  •  • 1 média

La naissance de Louise Brown (Grande-Bretagne, 1978) venait couronner quinze années de travail du biologiste Robert Edwards avec le gynécologue Patrick Steptoe . Cet événement fit sensation dans le monde entier, mais de fortes réserves se sont alors exprimées. Outre la réticence des Églises (aujourd'hui la seule Église catholique s'y oppose), de larges courants d'idées portaient une inquiétude à l […] Lire la suite

SEXUALITÉ HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Michel BOZON
  •  • 6 732 mots
  •  • 1 média

Il n'existe pas d'état de nature de la sexualité humaine, qui est toujours déjà une expression de l'histoire et de la culture. La construction culturelle ne vient donc pas censurer un prétendu instinct naturel, mais elle établit ou modifie les bases sociales de l'interaction sans laquelle rien de sexuel ne saurait jamais advenir. Alors qu'au sein d'une espèce animale le comportement sexuel est uni […] Lire la suite

STÉRILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean COHEN
  •  • 2 521 mots

L'importance du problème de la stérilité est attestée par le fait qu'en France un couple sur sept a consulté un médecin du fait d'une certaine difficulté à obtenir la grossesse qu'il désire. Autrement dit, quarante mille couples français entament une démarche médicale pour stérilité chaque année. Le mot stérilité, consacré par l'usage courant, demande toutefois à être précisé par rapport à d'autre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 juin 2021 France. Adoption de la loi bioéthique autorisant la PMA pour toutes les femmes.

procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires et à celles vivant en couple lesbien. Le Comité consultatif national d’éthique, saisi par le président Emmanuel Macron, avait rendu un avis favorable à cette disposition en juin 2017. La France est le onzième pays de l’Union européenne (UE) à autoriser la PMA pour toutes les femmes après […] Lire la suite

4-15 octobre 2019 France. Manifestation contre la PMA.

procréation médicalement assistée (PMA). Les manifestants affirment que cette loi préfigure la légalisation de la GPA. Le 15, l’Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi sur la bioéthique, par 359 voix contre 114 et 72 abstentions. […] Lire la suite

12-13 juin 2019 France. Discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe.

procréation médicalement assistée à toutes les femmes. La réforme constitutionnelle est reportée. Dans le domaine sécuritaire, le Premier ministre annonce une loi de programmation, l’organisation d’un débat parlementaire annuel sur l’immigration, la lutte contre les abus du droit d’asile et l’interdiction du financement des imams par des pays étrangers […] Lire la suite

25 septembre 2018 France. Conclusions du Comité d'éthique sur le projet de loi de bioéthique.

procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes ou aux femmes seules, mais rejette le principe de la gestation pour autrui (GPA). Le CCNE se dit également favorable à l’autoconservation des ovocytes. Il souhaite la levée de l’anonymat des donneurs de sperme au bénéfice des enfants issus de ces dons. Il préconise que la loi sur la fin  […] Lire la suite

27 juin 2017 France. Avis favorable à la PMA du Comité consultatif national d'éthique.

procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules – celle-ci est jusque-là réservée aux couples hétérosexuels infertiles. Il déclare vouloir satisfaire « une revendication de liberté et d’égalité dans l’accès aux techniques pour répondre à un désir d’enfant ». Le président Emmanuel Macron s’était déclaré favorable à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard JAMAIN, Paul-François LEROLLE, Yves MALINAS, Jacques TESTART, « PROCRÉATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/procreation/