Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GODELIER MAURICE (1934- )

Maurice Godelier est un anthropologue français né le 28 février 1934 à Cambrai (Nord), spécialiste de l’Océanie, dont les recherches se situent à l’interface du marxisme et du structuralisme. Normalien et agrégé de philosophie, licencié de la Sorbonne en psychologie et en lettres, il se forme à l’économie et à l’histoire aux côtés de Charles Bettelheim et de Fernand Braudel, qui le recommande à Claude Lévi-Strauss pour devenir son assistant au Collège de France et rejoindre ainsi son équipe au Laboratoire d’anthropologie sociale. Élu à la chaire d’anthropologie économique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1975, il y fait sa carrière académique, couronnée par le prix international Alexander von Humboldt en sciences sociales en 1990 et la médaille d’or du CNRS en 2001.

Ses premiers travaux proposent une critique de la rationalité utilitaire propre aux théories économiques néoclassiques sur l’autorégulation des marchés concurrentiels par les prix, ouvrant à une comparaison des économies politiques « précapitalistes » comme celle de l’empire inca ou des chasseurs-cueilleurs Pygmées et Aborigènes (il est le premier en France à traduire les travaux de Karl Polanyi et des textes inédits de Karl Marx). Par le dialogue constant établi avec les autres sciences sociales, l’éthologie ou la psychologie, son œuvre contribue à étendre les connaissances sur le don, le sacré, la sexualité, la monnaie, la souveraineté, la propriété, la pensée, et sur ce qui, de façon générale, est « au fondement des sociétés humaines » pour reprendre le titre de l’un de ses ouvrages, paru en 2007.

Ethnographie des Baruya

Entre 1967 et 1969, Godelier entreprend une enquête de terrain sur les hautes terres de Nouvelle-Guinée (où il retournera à plusieurs reprises jusqu’en 1988) auprès des Baruya, une tribu d’horticulteurs et éleveurs de cochons, entrée en contact avec l’Occident en 1960. Il en tire une monographie devenue classique, La Production des grands hommes, qui expose la reproduction des hiérarchies et les ressorts de la domination consentie entre clans allochtones et autochtones, great men (chamanes, guerriers, chasseurs) et hommes ordinaires, à partir de la différenciation des genres et de la supériorité légitimée des hommes sur les femmes. Ces dernières sont en effet exclues de la fabrication et de la possession des outils, des armes, des monnaies de sel végétal et des objets rituels. Elles ont un accès restreint à la propriété des terres et à la prise de parole dans les assemblées politiques. En outre, elles sont échangées comme épouses entre les hommes des différents lignages.

Selon Godelier, si cette domination masculine se retrouve à tous les niveaux de la hiérarchie sociale, c’est parce que s’y joue depuis le plus jeune âge l’adhésion à une idéologie commune mise en scène et transmise lors de cycles rituels initiatiques auxquels participent tous les clans de la tribu, où le sperme est utilisé comme une force de croissance à l’origine de la vie des êtres humains et de leurs substances corporelles, telles que le lait maternel. En dépréciant ainsi la contribution des femmes à la procréation par le transfert ritualisé du pouvoir imaginaire de l’engendrement aux hommes initiés, sous la supervision des clans conquérants dépositaires des objets sacrés nécessaires à la transformation des jeunes garçons en hommes accomplis et différenciés en fonction de leur appartenance ou pas aux great men, les hommes baruya se reconnaissent ainsi distincts hiérarchiquement les uns des autres au nom de leur supériorité commune envers les femmes.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences, École des hautes études en sciences sociales, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale

Classification

Pour citer cet article

Laurent BERGER. GODELIER MAURICE (1934- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 30/04/2024

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...d'une société ou encore à souligner l'exploitation des cadets par les aînés, qui rempliraient alors une « fonction de classe ». La tentative originale de Maurice Godelier (Horizons, trajets marxistes en anthropologie, 1973) consistait à vouloir réconcilier marxisme et structuralisme. Sa description minutieuse...
  • QUAI BRANLY-JACQUES CHIRAC MUSÉE DU, Paris

    • Écrit par et
    • 3 199 mots
    • 1 média
    ...(250 000 pièces) et du MAAO (24 000 pièces), eut pour effet de plonger les ethnologues dans une profonde inquiétude, à peine tempérée par la nomination de Maurice Godelier – remplacé ensuite par un autre ethnologue, Emmanuel Desveaux – à la tête du projet pour l'enseignement et la recherche de l'établissement...