TŌKYŌ PROCÈS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression commune « procès de Tōkyō » désigne le procès mené par le tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient (International Military Tribunal for Far East, I.M.T.F.E.), qui avait été créé pour châtier les criminels de guerre nippons conformément au point no 10 de la Proclamation de Potsdam du 26 juillet 1945. En prélude à ce procès, les arrestations de suspects débutèrent dès le 11 septembre 1945, sur ordre du général Douglas MacArthur, commandant suprême des puissances alliées au Japon (Supreme Commander for the allied forces, S.C.A.P.).

Ce tribunal d'exception constitué de onze juges représentant les onze puissances alliées dans la guerre du Pacifique (États-Unis, Union soviétique, Chine, Royaume-Uni, Pays-Bas, Australie, Canada, France, Philippines, Inde et Nouvelle-Zélande) fut formellement institué le 19 janvier 1946 sur ordre de MacArthur pour juger les crimes contre la paix, les crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis par les dirigeants japonais entre le 1er janvier 1928 et le 1er septembre 1945. Inauguré officiellement le 3 mai 1946 sous la présidence de l'Australien Sir William Webb, après l'inculpation de vingt-huit personnalités nippones, le tribunal militaire international de Tōkyō rendit son verdict 12 novembre 1948, en prononçant sept condamnations à mort, – dont celle du général et ancien Premier ministre Tôjô – seize peines de réclusion à perpétuité, et deux peines de prison, respectivement de 20 et de 7 ans. Le 24 novembre 1948, MacArthur rejeta l'appel formé par les condamnés. Les sept condamnés à mort furent exécutés le 23 décembre 1948, après le rejet d'un ultime pourvoi devant la Cour suprême des États-Unis.

Le procès de Tōkyō devait être l'équivalent pour l'Asie du procès de Nuremberg pour l'Europe. Les dirigeants japonais ayant fait cause commune avec les puissances de l'Axe, il apparaissait normal à l'opinion publique alliée que, vaincus, ils rendissent compte des crimes et atrocités commis ou couverts par eux, au même titre que les dignitaires nazis n'avaient pu échapper à un juste châtiment. Ce parallélisme avait cependant ses limites. La longueur du procès et un verdict tardif finirent par lasser les opinions publiques. La définition des responsabilités individuelles y fut plus ardue que pour le procès de Nuremberg et la culpabilité des accusés d'autant moins évidente qu'ils n'avaient pas agi au nom d'un parti ou d'une idéologie hégémoniques. Dans une déclaration du Cabinet du 5 novembre 1945, le gouvernement japonais, arguant que la guerre avait été inévitable et que l'empereur n'avait fait que se ranger à l'avis de ses conseillers, refusa de s'impliquer dans la question des criminels de guerre qui, selon lui, ne regardait que les autorités d'occupation. Au lendemain de l'exécution, les personnes encore suspectées de crimes de rang A (crimes contre la paix), mais non encore jugées, furent relaxées et certaines d'entre elles, comme Kishi Nobusuke, futur chef du gouvernement, firent une brillante carrière politique. Désormais la question des criminels de guerre était définitivement close.

La fin du procès de Tōkyō marque ainsi un terme à l'élucidation des responsabilités de l'État et de la nation japonaise dans le déclenchement de la guerre. Mais le verdict laissait un goût amer : l'empereur Shôwa, pour des raisons de haute politique, n'avait pas été inquiété, malgré les pressions des Soviétiques, des Australiens, des Chinois et des Néo-zélandais qui estimaient que le monarque devait être jugé ou, à tout le moins, entendu comme témoin. Il en fut de même pour les responsables de la sinistre unité 731 qui s'était livrée – on le sut bien plus tard – à la vivisection et à des expérimentations sur des cobayes humains en vue de la production d'armes chimiques et bactériologiques, dans un premier centre installé dès 1931 près de Harbin, en Mandchourie, et qui essaimerait plus tard en d'autres lieux de la Chine occupée. Du coup, les inculpés apparurent tantôt comme des boucs émissaires, tantôt comme des martyrs. L'opinion publique japonaise eut tôt fait de se défausser sur les condamnés pour éviter une introspection douloureuse et l'expérience unique du bombardement atomique de Hiroshima et de Nagasaki acheva d'occulter en grande partie la conscience collective : d'agresseur, le Japon devenait victime. Enfin, les contraintes du régime d'administration indirecte puis le basculement de la politique américaine à la fin des années 1940 amenèrent Washington à circonscrire la question des criminels de guerre et le champ de l'épuration, de telle sorte que la continuité du personnel et des structures gouvernementales fut plus forte au Japon qu'en Italie ou en Allemagne.

En bref, le procès de Tōkyō laissa une double impression : celle d'une justice inachevée, entravée pour des raisons d'opportunité politique. Mais aussi, pour une partie de la classe politique nippone, celle d'une justice partiale et d'un système de valeurs imposé par le vainqueur au vaincu. La légitimité du procès de Tōkyō s'en trouva entamée : en octobre 1978, le gouvernement japonais procéda en secret à l'incorporation des mânes de quatorze criminels de rang A, dont Tôjô Hideki, au sanctuaire de Yasukuni, où sont honorés les esprits des Japonais morts au champ d'honneur ou pour la cause impériale. De 2001 à 2006, les pèlerinages réitérés du Premier ministre Junichiro Koizumi à ce sanctuaire, symbole pour les uns du militarisme japonais, ou manifestation salutaire de patriotisme pour les autres, ont ravivé la polémique, tant sur le plan interne qu'international. Depuis le milieu des années 1990, une frange du parti libéral-démocrate et les courants révisionnistes, voire négationnistes, groupés autour d'universitaires tels que Fujioka Nobukatsu, Nishio Kanji et SakamotoTakao n'hésitent pas à dépasser les interrogations légitimes sur la conduite et l'exemplarité du procès de Tōkyō pour réhabiliter publiquement la « guerre de la Grande Asie » comme instrument de libération des peuples asiatiques du joug occidental.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  TOKYO PROCÈS DE  » est également traité dans :

PROCÈS DE NUREMBERG ET DE TOKYO

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des tribunaux internationaux ad hoc furent chargés de juger les grands criminels de guerre. Pour la première fois, une sanction judiciaire internationale des crimes contre la paix, des crimes de guerre et de la nouvelle catégorie des crimes contre l'humanité e […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « L'ambition réformiste des forces d'occupation »  : […] Le 2 septembre 1945, la reddition officielle du Japon était signée sur le cuirassé Missouri ancré dans la baie de Tōkyō, et le général MacArthur prenait le titre de commandant suprême des puissances alliées, au sein desquelles les États-Unis, en tant que puissance occupante, exerceront une autorité sans partage. Dès le 6 septembre 1945, le programme politique défini pour l'immédiat après-guerre […] Lire la suite

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  De l'ordre interne à l'ordre international »  : […] La justice est traditionnellement l'une des composantes majeures de la souveraineté de chaque État. Néanmoins, l'intensité des conflits internationaux contemporains et les crimes de guerre commis ont soulevé le problème de la responsabilité de ceux qui les ont ordonnés ou perpétrés. La fin de la Première Guerre mondiale a posé le principe de la mise en accusation de l'ex-empereur Guillaume II (ar […] Lire la suite

Les derniers événements

8 janvier 2021 Corée du Sud – Japon. Condamnation de Tōkyō à indemniser des « femmes de réconfort ».

procès civil sur ce sujet. Tōkyō proteste, affirmant que la question a été réglée par l’accord bilatéral de décembre 2015 qui prévoyait une indemnité de 1 milliard de yens (7 millions d’euros) destinée à financer la création d’une fondation. Le tribunal estime que cet accord ne prévaut pas sur le droit des victimes à demander réparation. […] Lire la suite

12-28 octobre 1983 Japon. Condamnation de Tanaka Kakuei en première instance

procès qui durait depuis 1977, à quatre ans de prison ferme et à une très forte amende. Les jours suivants, plusieurs manifestations ont lieu à Tōkyō pour réclamer sa démission de son siège de député. Le retentissement de cette conclusion judiciaire s'explique par la personnalité de l'ancien Premier ministre, chef du plus puissant des clans du Parti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric SEIZELET, « TŌKYŌ PROCÈS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-tokyo/