MACARTHUR DOUGLAS (1880-1964)

Médias de l’article

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944
Crédits : Hulton Getty

photographie

Débarquement aux Philippines, 1945

Débarquement aux Philippines, 1945
Crédits : Hulton Getty

photographie

Douglas MacArthur et Harry Truman, 1950

Douglas MacArthur et Harry Truman, 1950
Crédits : Hulton Getty

photographie


Officier toujours brillant et toujours controversé, Douglas MacArthur, qui était sorti de West Point en 1903, sert aux Philippines, au Japon, devient aide de camp du président Theodore Roosevelt et se retrouve à l'état-major général. Son père, le général MacArthur, lui fournit un appui qui n'est pas négligeable. Aussi est-il en 1918 le plus jeune général de l'armée américaine : chef d'état-major de la 42e division, commandant de la 84e brigade, enfin, chef de la 42e division, il se couvre de gloire, mais suscite la critique par son panache et son goût de l'exploit. Après un séjour en Allemagne occupée, il accède au poste de directeur de l'Académie militaire, sert de nouveau aux Philippines, et, en 1930, est général d'armée. De 1930 à 1935, il est le chef de l'état-major général ; c'est à ce titre qu'en 1932 il réprime par la force la manifestation des anciens combattants venus à Washington réclamer le versement de leurs pensions. En 1935, il repart pour les Philippines ; c'est là que la guerre le surprend, alors qu'il a pris sa retraite depuis 1937. Il est rappelé au service, reçoit en 1941 le commandement des forces américaines en Extrême-Orient, et en 1942 celui des forces alliées sur le même théâtre d'opérations.

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944

photographie

Le président des États-Unis Franklin Roosevelt (1882-1945), lors d'une inspection des installations militaires de Hawaii, en 1944. Il est accompagné du général MacArthur (1880-1964) et de l'amiral Nimitz (1885-1966). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Pour MacArthur, le Pacifique devrait être le théâtre privilégié des armées alliées. Peu à peu, il en est venu à l'idée que les États-Unis peuvent à la rigueur se désintéresser de l'Europe ; leur avenir est en Extrême-Orient. Aussi s'impatiente-t-il de ne pas recevoir tous les renforts qu'il réclame. Néanmoins, il parvient, par la tactique dite « des sauts de puce », à reprendre aux Japonais leurs conquêtes, et, général d'armée en 1944, il signe en septembre 1945 la reddition sans conditions des armées japonaises.

Débarquement aux Philippines, 1945

Débarquement aux Philippines, 1945

photographie

Le commandant des forces alliées en Extrême-Orient, Douglas MacArthur (1880-1964), au centre, débarque avec ses troupes dans le golfe de Lingayen, aux Philippines, en 1945. Fidèle à son engagement de revenir, il reprend toutes les positions japonaises. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Proconsul des États-Unis au Japon, il est un héros vivant pour ses compatriotes, un oracle pour Washington, bien qu'il n'ait pas prévu la possibilité d'une attaque communiste en Corée. Pourtant, [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MACARTHUR DOUGLAS (1880-1964)  » est également traité dans :

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 549 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « L'Australie dans la guerre, et l'après-guerre sous l'influence travailliste »  : […] Dès avril 1942, les États-Unis s'imposent comme le nouveau protecteur, avec l'arrivée du général MacArthur et l'installation du commandement en chef des forces alliées dans le Pacifique, à Melbourne, puis à Brisbane : 540 000 soldats australiens sont engagés aux côtés des 900 000 Américains dans la reconquête des îles du Pacifique, en particulier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australie/#i_13766

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 271 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La guerre de Corée, 1950-1953 »  : […] forces navales et aériennes américaines de soutenir la Corée du Sud et de protéger Formose. Trois jours après, il engagea l'infanterie américaine en Corée et autorisa l'aviation à attaquer le Nord. Le 1er juillet, le général Douglas MacArthur, alors gouverneur militaire du Japon, fut nommé commandant des forces de l'O.N.U […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-histoire/#i_13766

CORÉE GUERRE DE (1950-1953)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Après la Seconde Guerre mondiale, la Corée est occupée par les Soviétiques au nord et par les Américains au sud. En 1948 naissent officiellement, de part et d'autre du 38e parallèle, deux États distincts et bientôt rivaux : la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-coree/#i_13766

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 901 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « La guerre de Corée »  : […] aux soldats de l'O.N.U. de battre en retraite. Un débat dramatique s'engage entre le commandant en chef Douglas MacArthur, partisan de bombarder la Mandchourie en employant au besoin l'arme atomique, et Truman qui redoute une guerre mondiale et finalement le destitue. Bientôt le front se stabilise autour de l'ancienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_13766

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 587 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « Les Philippines reprises par les Américains »  : […] Américains, jusqu'à la fin de 1944, ont hésité entre l'attaque de Formose, préconisée par l'amiral Nimitz, et la reconquête des Philippines exigée par MacArthur qui en fait un problème d'honneur personnel. Ce qu'on sait de la faiblesse des Japonais aux Philippines et, par contre, des redoutables défenses de Formose, fait pencher la décision en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_13766

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 076 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « L'ambition réformiste des forces d'occupation »  : […] sur le cuirassé Missouri ancré dans la baie de Tōkyō, et le général MacArthur prenait le titre de commandant suprême des puissances alliées, au sein desquelles les États-Unis, en tant que puissance occupante, exerceront une autorité sans partage. Dès le 6 septembre 1945, le programme politique défini pour l'immédiat après-guerre au Japon était […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_13766

NIMITZ CHESTER WILLIAM (1885-1966) amiral américain

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 327 mots
  •  • 2 médias

Sorti de l'académie navale d'Annapolis en 1905, Chester William Nimitz est, au cours de la Première Guerre mondiale, chef d'état-major de la flotte sous-marine dans l'Atlantique. Contre-amiral en 1939, il dirige le bureau de navigation du ministère de la Marine. Après l'attaque japonaise sur Pearl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chester-william-nimitz/#i_13766

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 397 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Quezon, autocrate ou homme de la situation ? »  : […] les menaces d'une invasion nippone. Dès 1935, Quezon s'attache les services du général MacArthur qui avait déjà eu l'occasion de servir à trois reprises dans l'archipel, dont la dernière en qualité de commandant général des Philippines. Retraité de l'armée américaine, MacArthur prépare la défense du pays en équipant notamment une armée nationale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippines/#i_13766

TŌKYŌ PROCÈS DE

  • Écrit par 
  • Éric SEIZELET
  •  • 1 094 mots

nippons conformément au point no 10 de la Proclamation de Potsdam du 26 juillet 1945. En prélude à ce procès, les arrestations de suspects débutèrent dès le 11 septembre 1945, sur ordre du général Douglas MacArthur, commandant suprême des puissances alliées au Japon (Supreme Commander for the allied forces, S.C.A.P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-tokyo/#i_13766

TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 2 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les tribunaux de Nuremberg et de Tōkyō »  : […] Après la capitulation du Japon, le général MacArthur, commandant en chef des troupes d'occupation, décida seul, le 19 janvier 1946, la création du Tribunal international pour l'Extrême-Orient, plus connu sous le nom de Tribunal de Tōkyō. Les chefs d'inculpations étaient identiques à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribunaux-penaux-internationaux/#i_13766

Pour citer l’article

André KASPI, « MACARTHUR DOUGLAS - (1880-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-macarthur/