MACARTHUR DOUGLAS (1880-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Débarquement aux Philippines, 1945

Débarquement aux Philippines, 1945
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Douglas MacArthur et Harry Truman, 1950

Douglas MacArthur et Harry Truman, 1950
Crédits : Hulton Getty

photographie


Officier toujours brillant et toujours controversé, Douglas MacArthur, qui était sorti de West Point en 1903, sert aux Philippines, au Japon, devient aide de camp du président Theodore Roosevelt et se retrouve à l'état-major général. Son père, le général MacArthur, lui fournit un appui qui n'est pas négligeable. Aussi est-il en 1918 le plus jeune général de l'armée américaine : chef d'état-major de la 42e division, commandant de la 84e brigade, enfin, chef de la 42e division, il se couvre de gloire, mais suscite la critique par son panache et son goût de l'exploit. Après un séjour en Allemagne occupée, il accède au poste de directeur de l'Académie militaire, sert de nouveau aux Philippines, et, en 1930, est général d'armée. De 1930 à 1935, il est le chef de l'état-major général ; c'est à ce titre qu'en 1932 il réprime par la force la manifestation des anciens combattants venus à Washington réclamer le versement de leurs pensions. En 1935, il repart pour les Philippines ; c'est là que la guerre le surprend, alors qu'il a pris sa retraite depuis 1937. Il est rappelé au service, reçoit en 1941 le commandement des forces américaines en Extrême-Orient, et en 1942 celui des forces alliées sur le même théâtre d'opérations.

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944

MacArthur, Roosevelt et Nimitz, 1944

Photographie

Le président des États-Unis Franklin Roosevelt (1882-1945), lors d'une inspection des installations militaires de Hawaii, en 1944. Il est accompagné du général MacArthur (1880-1964) et de l'amiral Nimitz (1885-1966). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Pour MacArthur, le Pacifique devrait être le théâtre privilégié des armées alliées. Peu à peu, il en est venu à l'idée que les États-Unis peuvent à la rigueur se désintéresser de l'Europe ; leur avenir est en Extrême-Orient. Aussi s'impatiente-t-il de ne pas recevoir tous les renforts qu'il réclame. Néanmoins, il parvient, par la tactique dite « des sauts de puce », à reprendre aux Japonais leurs conquêtes, et, général d'armée en 1944, il signe en septembre 1945 la reddition sans conditions des armées japonaises.

Débarquement aux Philippines, 1945

Débarquement aux Philippines, 1945

Photographie

Le commandant des forces alliées en Extrême-Orient, Douglas MacArthur (1880-1964), au centre, débarque avec ses troupes dans le golfe de Lingayen, aux Philippines, en 1945. Fidèle à son engagement de revenir, il reprend toutes les positions japonaises. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Proconsul des États-Unis au Japon, il est un héros vivant pour ses compatriotes, un oracle pour Washington, bien qu'il n'ait pas prévu la possibilité d'une attaque communiste en Corée. Pourtant, Truman n'hésite pas à lui confier les plus hautes responsabili [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MACARTHUR DOUGLAS (1880-1964)  » est également traité dans :

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « L'Australie dans la guerre, et l'après-guerre sous l'influence travailliste »  : […] En 1940-1941, l'Australie se voit encore comme un dominion très éloigné des lieux d'affrontements de la Seconde Guerre mondiale, qui envoie des hommes et des matières premières au Royaume-Uni. À l'abri des menaces militaires internationales, le débat politique interne se focalise sur les conséquences profondes de la crise économique des années 1930 : chômage, misère, bas salaires et mauvaises con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australie/#i_13766

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 267 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La guerre de Corée, 1950-1953 »  : […] Après la création des deux républiques , les armées soviétique et américaine évacuèrent leur zone d'occupation respective en 1949. Le 12 janvier 1950, parlant devant le club national de la presse, Dean Acheson, secrétaire d'État américain, déclara : « Le périmètre de défense des États-Unis va des îles Aléoutiennes au Japon », ce qui excluait la Corée et Taiwan. En mars, le général MacArthur lui-mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-histoire/#i_13766

CORÉE GUERRE DE (1950-1953)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Après la Seconde Guerre mondiale, la Corée est occupée par les Soviétiques au nord et par les Américains au sud. En 1948 naissent officiellement, de part et d'autre du 38 e  parallèle, deux États distincts et bientôt rivaux : la Corée du Nord, communiste, de Kim Il-sung et la Corée du Sud de Syngman Rhee, soutenue par les États-Unis. Le 25 juin 1950, les troupes nord-corée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-coree/#i_13766

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « La guerre de Corée »  : […] L'invasion de la Corée du Sud par les troupes du gouvernement communiste du Nord (25 juin 1950) renforce encore leur détermination . Les déclarations faites quelques mois plus tôt par le secrétaire d'État américain Dean Acheson, selon lesquelles la Corée du Sud « n'appartenait pas au périmètre de défense des États-Unis », ne pouvaient pas être passées inaperçues à Moscou qui avait certainement do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_13766

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « Les Philippines reprises par les Américains »  : […] Pour atteindre directement le Japon, les Américains, jusqu'à la fin de 1944, ont hésité entre l'attaque de Formose, préconisée par l'amiral Nimitz, et la reconquête des Philippines exigée par MacArthur qui en fait un problème d'honneur personnel . Ce qu'on sait de la faiblesse des Japonais aux Philippines et, par contre, des redoutables défenses de Formose, fait pencher la décision en faveur de Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-seconde/#i_13766

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « L'ambition réformiste des forces d'occupation »  : […] Le 2 septembre 1945, la reddition officielle du Japon était signée sur le cuirassé Missouri ancré dans la baie de Tōkyō, et le général MacArthur prenait le titre de commandant suprême des puissances alliées, au sein desquelles les États-Unis, en tant que puissance occupante, exerceront une autorité sans partage. Dès le 6 septembre 1945, le programme politique défini pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_13766

NIMITZ CHESTER WILLIAM (1885-1966) amiral américain

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 326 mots
  •  • 2 médias

Sorti de l'académie navale d'Annapolis en 1905, Chester William Nimitz est, au cours de la Première Guerre mondiale, chef d'état-major de la flotte sous-marine dans l'Atlantique. Contre-amiral en 1939, il dirige le bureau de navigation du ministère de la Marine. Après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, Nimitz reçoit le commandement de la flotte américaine dans le Pacifique. La fonction est l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chester-william-nimitz/#i_13766

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 391 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Quezon, autocrate ou homme de la situation ? »  : […] La Constitution limite les pouvoirs du président grâce à une Chambre unique qui lui fait contrepoids. Quezon s'ingénie à museler le pouvoir législatif. Ses hommes siégeant sur les bancs de l'Assemblée ne font pas un travail de législateur, car tous les textes de loi sont préparés par Malacanan (le palais présidentiel). En 1937, le système Quezon est à son apogée ; le président se sent même suffis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippines/#i_13766

TŌKYŌ PROCÈS DE

  • Écrit par 
  • Éric SEIZELET
  •  • 1 094 mots

L'expression commune « procès de Tōkyō » désigne le procès mené par le tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient (International Military Tribunal for Far East, I.M.T.F.E.), qui avait été créé pour châtier les criminels de guerre nippons conformément au point n o  10 de la Proclamation de Potsdam du 26 juillet 1945. En prélude à ce procès, les arrestations d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-tokyo/#i_13766

TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 2 710 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les tribunaux de Nuremberg et de Tōkyō »  : […] Les pays alliés de la Seconde Guerre mondiale savaient ce que faisaient les nazis. Ils ont très tôt décidé qu'il fallait agir. Dès le 17 avril 1940, les gouvernements de la France, du Royaume-Uni et de la Pologne ont dénoncé tant la persécution des Polonais que le traitement atroce infligé aux membres de la communauté juive et ont affirmé la responsabilité de l'Allemagne dans les crimes commis pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribunaux-penaux-internationaux/#i_13766

Pour citer l’article

André KASPI, « MACARTHUR DOUGLAS - (1880-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-macarthur/