KISHI NOBUSUKE (1896-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bureaucrate, ministre de l'Économie de guerre, criminel de guerre acquitté par le tribunal militaire de Tōkyō, Premier ministre du Japon, de février 1957 à juillet 1960.

Kishi Nobusuke a attaché son nom à trois événements historiques : la signature de la déclaration de guerre aux États-Unis en 1941, en compagnie du Premier ministre Tōjō ; la fusion des partis conservateurs qui conduisit à la formation du Parti libéral-démocrate en 1955 ; la révision des accords de sécurité mutuelle avec les États-Unis, en 1960, traité d'alliance qui a déterminé la politique extérieure japonaise pour longtemps. Il a voulu relever le Japon et restaurer sa puissance.

Né le 13 novembre 1896 dans la préfecture de Yamaguchi, il est le frère aîné de Satō Eisaku (Premier ministre de 1964 à 1972) mais il a été adopté par un oncle Kishi. Il fait ses études à l'Université impériale de Tōkyō, dont il est diplômé en 1920, puis débute au ministère de l'Agriculture et du Commerce. Il fait partie des nouveaux technocrates (shinkanryō) convertis à la planification et disposés à collaborer avec les militaires, et se trouve détaché auprès du gouvernement du Mandchoukouo de 1936 à l939. Il devient ensuite vice-ministre du Commerce et de l'Industrie, pour le passage à l'économie de guerre, en 1939-1940, puis ministre dans le gouvernement de Tōjō Hideki, à partir de 1941. Responsable de l'industrie des munitions en 1944, il prend un risque personnel en étant des premiers à préconiser la démission du cabinet.

Après guerre, il est traduit devant le tribunal militaire comme criminel de guerre. Son acquittement est peut-être facilité par la tension américano-soviétique. Il s'engage bientôt dans la coopération politique avec les Américains et reprend place parmi les dirigeants des partis conservateurs (élu député en 1953). La disparition rapide d'Ogata Taketora et de Miki Takeyoshi, la retraite d'Hatoyama Ichirō et la maladie de son rival Ishibashi Tanzan lui donnent accès au pouvoir. Il ne le conserve que peu de temps. Lors des débats pour le renouvellement des accords de sécurité, il se trouve exposé à des m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KISHI NOBUSUKE (1896-1987)  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 058 mots
  •  • 47 médias

Dans le chapitre « Croissance et frustrations (1955-1980) »  : […] Pour beaucoup de Japonais, c'est l'année 1955 qui a sonné la fin de l'après-guerre. En novembre, le P.L.D., coalition regroupant les deux grands partis libéraux, est créé et se maintiendra au pouvoir sans interruption jusqu'en 1993 . En septembre, l'admission du Japon dans le G.A.T.T. (General Agreement on Tariffs and Trade) marque la renaissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_99166

Pour citer l’article

Jean ESMEIN, « KISHI NOBUSUKE (1896-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kishi/