PRESSELa presse et ses lecteurs

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'absent des salles de rédactions et, sauf exception, de la propriété des journaux, le lectorat est un acteur déterminant du monde de la presse. Un journal est un instrument de publicité, au sens où il rend publiques des informations et, en cela, il est fait pour être lu par des lecteurs. Par ailleurs, d'un point de vue économique, il ne peut se perpétuer sans lecteur. Il se doit même, s'il veut susciter des investissements publicitaires, avoir un lectorat attractif pour les annonceurs. Les lecteurs, enfin, sont au cœur d'une question régulièrement débattue dans le débat public : l'influence et le pouvoir de la presse. Depuis le xixe siècle, et même en un sens depuis l'invention de l'imprimerie, la presse, en effet, a été créditée d'un pouvoir d'influer sur les comportements politiques et les mœurs de ses lecteurs.

La connaissance de la lecture de la presse est cependant limitée. Les journalistes, du moins les simples rédacteurs, connaissent généralement mal leurs publics. Ils n'ont souvent de contacts avec eux qu'au travers des lecteurs nécessairement atypiques qui écrivent aux journaux. Les sciences sociales, pour leur part, peinent à étudier une activité souvent solitaire et silencieuse. La lecture de la presse, en effet, ne laisse guère de trace pour l'historien et elle se prête mal à l'observation directe en sociologie. Au total, les faits établis à son sujet reposent bien souvent sur des sources imparfaites : particulièrement, des déductions obtenues à partir de données sur la diffusion des journaux et des enquêtes statistiques enregistrant non pas ce que les personnes lisent, mais ce qu'elles déclarent lire.

Extension du lectorat et dualisation de la presse

Jusqu'au xixe siècle, le lectorat de la presse est très réduit et pratiquement limité aux milieux aristocratiques et à la bourgeoisie. Ainsi, sous l'Ancien Régime, La Gazette, qui, depuis 1631, est le seul journal autorisé à traiter des informations à caractère politique, ne recrute guère ses abonnés que dans les groupes directement intéressés aux affaires publiques : la noblesse et certaines franges de l'artisanat et du commerce. Une large majorité de la population reste analphabète et le prix des journaux est élevé. Leur tirage est très modeste ; il se chiffre au mieux en milliers d'exemplaires. Le lectorat, certes, est un peu plus large dans les faits. Les journaux sont en effet parfois consultés dans des cabinets fonctionnant à la façon de bibliothèques publiques. Par ailleurs, il leur arrive de faire l'objet de lectures publiques. Mais il est certain qu'ils ne touchent presque pas les milieux populaires dans les villes, et encore moins les campagnes où vit alors la très grande partie de la population.

Augmentation des tirages et diversification

Au xixe siècle, une très forte extension du lectorat de la presse se produit. Le tirage global des quotidiens à Paris aide à cerner l'ampleur du phénomène. Alors qu'il se situe aux alentours de 36 000 exemplaires en 1800, il passe à 150 000 en 1845, puis à près de 1 million dans les années 1860. Vers 1910, il est de 2 millions. Les possibilités techniques d'imprimer une grande quantité de journaux et de les acheminer sur l'ensemble du territoire s'améliorent au cours du siècle. Surtout, les lois scolaires, votées entre 1880 et 1886, et l'instauration du régime républicain après la chute du second Empire élargissent considérablement le public potentiel de la presse. Le lectorat s'étend à de nouvelles couches sociales, la petite bourgeoisie puis les milieux populaires. L'élargissement du lectorat, par ailleurs, permet de vendre à plus bas prix un beaucoup plus grand nombre d'exemplaires. Il favorise ainsi le développement de quotidiens bien différents de la presse d'opinion visant à diffuser des informations ou des idées politiques. Ces nouveaux journaux visent surtout à maximiser les recettes issues des ventes et de la publicité. Ceux qui les dirigent privilégient, en termes de contenu rédactionnel, ce qui peut plaire à un public populaire. L'information politique y occupe une place relativement faible, au profit, par exemple, des faits-divers et des romans-feuilletons.

Comme le remarque Pierre Bourdieu, l'élargissement du lectorat au xixe siècle a donné au monde de la presse une structure dualiste qu'il a, à peu de choses près, conservée de nos jours. Depuis la fin du xixe siècle en effet, un facteur de différenciation majeur entre les titres de presse réside dans la place très variable que chacun réserve à l'information et au commentaire politique (et, surtout pour les périodes récentes, économique et culturel). Cette place est généralement très importante dans les journaux dont le lectorat appartient aux milieux sociaux les plus instruits ou/et les plus riches. Elle est beaucoup plus faible, voire inexistante, dans les quotidiens et périodiques destinés à un public plutôt populaire : dans ces derniers priment par exemple le commentaire des événements sportifs, les « potins » ou les informations locales ou pratiques. Les journaux diffèrent donc simultanément par leur contenu et par la composition sociale de leur lectorat. Ils ne font pas non plus l'objet du même type de lecture. Les plus élitistes peuvent rentrer dans le cadre de lectures scolaires ou professionnelles et aspirer à permettre à leur public de se former une opinion. Les plus populaires revendiquent simplement une fonction de divertissement ou une finalité pratique. De même, quand ils sont pour ainsi dire des lectures obligées, ce n'est pas dans les mêmes milieux, ni dans les mêmes circonstances : les premiers ont ce statut dans le monde du pouvoir ou les conversations mondaines au haut de l'espace social, alors que les seconds ne s'imposent qu'en milieux populaires dans les conversations au sein des familles, des réseaux de voisinage ou des groupes de pairs.

Ces deux types de presse représentent des pôles, entre lesquels il peut bien sûr exister des positions intermédiaires. Mais l'opposition polaire entre ces deux modèles de journaux se retrouve dans tous les pays industrialisés. Elle sous-tend, par exemple, l'organisation de la presse quotidienne britannique, entre les « journaux de qualité » (The Guardian, The Independent, The Times...) et les tabloïds. En France, la presse quotidienne populaire, encore puissante au Royaume-Uni, en Allemagne ou au Japon, a largement disparu. En revanche, la presse magazine y est particulièrement développée : très peu de Français (environ 5 p. 100) ne lisent aucun magazine, alors que la plus grande part en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRESSE  » est également traité dans :

PRESSE - Mythes et réalités de la liberté de la presse

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 3 356 mots
  •  • 2 médias

Les auteurs de la Constitution américaine, quelques années seulement avant les acteurs de la Révolution française, ont fait de la liberté de la presse le principe cardinal de l'État moderne, la condition d'exercice des libert […] Lire la suite

PRESSE - Naissance et développement de la presse écrite

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 5 781 mots
  •  • 2 médias

L'histoire de la presse a une double vocation. Elle doit d'abord décrire la croissance du monde des périodiques depuis ses origines, analyser les facteurs de son développement, apprécier l'influence des journaux sur la vie des sociétés et sur le comportement des individus : elle doit identifier et suivre le courant par […] Lire la suite

PRESSE - Les différentes formes de presse

  • Écrit par 
  • Dominique MARCHETTI
  •  • 9 422 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la presse papier en France était diffusée à 4,33 milliards d'exemplaires répartis entre 4 234 titres. Pour être exhaustif, il faudrait ajouter l'audience de près de 40 000 autres publications (journaux d'entreprises, lettres confidentielles, etc.), mais, en raison de sa grande diffusion et de l'importance de son chiffre d'affaires, c'est seulement la première catégorie de titres, c'est-à- […] Lire la suite

PRESSE - Journalisme et journalistes

  • Écrit par 
  • Dominique MARCHETTI
  •  • 7 023 mots

Les historiens du journalisme ont décrit l'émergence et le développement de ce champ de production culturelle à partir de la fin du xixe siècle. Leurs travaux permettent de saisir la permanence des débats sur la profession de journaliste, sa responsabilité morale et juridique, sa formation, ses « dérives » ainsi que sur les mécanismes de défense que c […] Lire la suite

PRESSE - Sociologie de la presse

  • Écrit par 
  • Érik NEVEU
  •  • 2 570 mots
  •  • 2 médias

L'œuvre de Balzac mérite rarement le qualificatif de « sociologique » que lui prête la routine. Il est cependant un domaine où le rapprochement n'est pas déplacé. Balzac y parle d'un univers qu'il a connu de l'intérieur : la presse. Sa Monographie de la presse parisienne (1843) est le premier recensement des personnages qui produisent un journal. Illusions perdue […] Lire la suite

PRESSE - Droit de la presse

  • Écrit par 
  • Emmanuel DERIEUX
  •  • 4 278 mots

Le droit de la presse est constitué des règles applicables à ce secteur d'activité. Il est à l'origine de ce que l'on identifie plus généralement désormais sous l'appellation de droit de la communication ou des médias. L'évolution des techniques fait que la presse écrite a été le premier moyen de communication publique. Il fallut déterminer, pour elle, un certain nombre de règles, garantissant ses […] Lire la suite

LE SIÈCLE DE LA PRESSE 1830-1939 (C. Charle)

  • Écrit par 
  • Éric PHÉLIPPEAU
  •  • 1 083 mots

L'histoire retracée par Le Siècle de la presse 1830-1939 (Seuil, Paris, 2004) a la couleur d'une synthèse érudite. Et ce n'est pas là le moindre de ses mérites. Christophe Charle ne s'était pas encore signalé comme spécialiste de l'histoire de la presse française. Mais comment ses précédents travaux sur les élites républicaines (Les Élites de la République 1880-1 […] Lire la suite

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

AGENCE FRANCE-PRESSE (A.F.P.)

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  • , Universalis
  •  • 599 mots

L'Agence France-Presse est la première agence de presse généraliste francophone et la troisième du monde, derrière, Associated Press et Reuters. Héritière de l'Agence Havas fondée en 1932, elle est créée, à titre provisoire, par une ordonnance du 30 septembre 1944 et dotée d'un statut spécial définitif par la loi du 10 janvier 1957. Cette loi garantit à l'AFP une indépendance réelle par rapport au […] Lire la suite

AGENDA POLITIQUE, sociologie

  • Écrit par 
  • Nicolas HUBÉ
  •  • 545 mots

La «  mise à l’agenda » concerne la question des « effets » des médias sur le débat public et sur les électeurs, et en particulier lors des moments de « surchauffe symbolique » que sont les élections. Maxwell McCombs et Donald Shaw ont formulé en 1972 le principe suivant : il se peut que la presse échoue le plus souvent à dire aux gens « comment » il faut penser, mais elle réussit le plus souvent […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-23 septembre 2019 France. Octroi d'un droit d'agrément au pôle d'indépendance du groupe de presse Le Monde.

presse Le Monde, acceptent de signer un « droit d’agrément » au profit du pôle d’indépendance rassemblant employés, cadres, journalistes et lecteurs, qui contrôle 25 p. 100 du capital du groupe. Ce droit les obligerait, en cas de cession d’une majorité de leur participation, à obtenir l’accord préalable du pôle d’indépendance. Ils s’y étaient engagés […] Lire la suite

4-20 décembre 2005 France. Bilan de la crise des banlieues

presse rend compte d'un rapport des Renseignements généraux, daté du 23 novembre, sur les violences urbaines. Celui-ci évoque « une forme d'insurrection non organisée avec l'émergence [...] d'une révolte populaire des cités, sans leader et sans proposition de programme ». « Les jeunes des cités étaient habités d'un fort sentiment identitaire ne reposant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien DUVAL, « PRESSE - La presse et ses lecteurs », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-la-presse-et-ses-lecteurs/