PRÉFET, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Institué en l'an VIII, le préfet succède à l'intendant de l'Ancien Régime. Véritable délégué du pouvoir central dans chaque département, principal agent de la centralisation, le préfet napoléonien est conçu comme essentiellement chargé de l'exécution des décisions ministérielles. Selon la formule de Chaptal, rapporteur de la loi du 28 pluviôse an VIII, le préfet est chargé de transmettre « la loi et les ordres du gouvernement jusqu'aux dernières ramifications de l'ordre social avec la rapidité du fluide électrique ».

Avec la loi du 10 août 1871, qui consacre une lente évolution, le département, doté de la personnalité morale, devient une véritable collectivité locale, et le préfet se voit doté de pouvoirs et d'attributions très étendues, en qualité d'organe exécutif de cette collectivité territoriale. Le préfet est à la fois le représentant de l'État dans le département, circonscription administrative de l'État, et le représentant du département, collectivité locale. Ce dédoublement fonctionnel a caractérisé l'institution préfectorale jusqu'à la loi du 2 mars 1982 sur les libertés des communes, des départements et des régions, qui a retiré au préfet la fonction d'exécutif départemental pour l'attribuer au président du conseil général.

Cependant, les mesures destinées à développer une véritable décentralisation dans notre pays n'ont pas fait disparaître l'institution préfectorale comme certains l'auraient souhaité.

Aujourd'hui, le préfet exerce une triple compétence : il assure la représentation de l'État, il dirige les services de l'État dans le cadre départemental, il est chargé du contrôle des collectivités territoriales.

La mission de représentation de l'État dont est investi le préfet est affirmée clairement par la loi du 2 mars 1982, qui précise que le représentant de l'État « représente chacun des ministres », qu'il « est seul habilité à s'exprimer au nom de l'État devant le conseil général » et qu'il a « la charge des intérêts nationaux, du respect des lois, de l'ordre public ». Le préfet assure, en premier lieu, la fonction de représentation juridique de l'État. C'est lui qui représente l'État auprès des personnes morales bénéficiaires de concours financiers de l'État et dont l'action ne dépasse pas le cadre départemental. De même, le préfet a seul compétence pour négocier et signer au nom de l'État toute convention avec le département, les communes et leurs établissements publics. Il est également compétent pour représenter l'État en justice. Sa qualité de « dépositaire de l'autorité de l'État » implique qu'il ait « en toute circonstance [...] la prééminence dans les cérémonies publiques sauf lorsqu'un membre du gouvernement est personnellement présent ». Sa mission de représentation de l'État implique qu'il détienne des pouvoirs importants en matière de réglementation et de sécurité générale. La loi de 1982 réaffirme que le représentant de l'État a la charge des intérêts nationaux, du respect des lois, de l'ordre public. Il est seul compétent pour prendre des mesures relatives au bon ordre, à la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques, dont le champ d'application excède le territoire d'une commune.

Le préfet est également investi de pouvoirs de police judiciaire. Prévues à l'origine par l'article 10 du Code d'instruction criminelle, dont le texte, très discuté en raison des pouvoirs qu'il conférait à une autorité administrative subordonnée au gouvernement, a été supprimé par la loi du 7 février 1933 sur la liberté individuelle, puis rétabli par la loi du 25 mars 1935 avec une rédaction précisant des limites et des garanties, enfin repris par l'article 30 du nouveau Code de 1957, lui-même modifié par l'ordonnance du 13 février 1960 et le décret du 20 juillet 1971. Ces mesures lui permettent, en matière de crimes et délits contre la sûreté de l'État et seulement s'il y a urgence, de faire « personnellement » ou requérir les officiers de police judiciaire de faire « tous actes nécessaires à l'effet de constater les crimes et délits ci-dessus spécifiés ». Il doit aviser immédiatement le procureur de la République et lui transmettre le dossier en respectant un délai de quara [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : assistante en sciences juridiques à l'université de Paris-V-René-Descartes

Classification

Autres références

«  PRÉFET, France  » est également traité dans :

CONCENTRATION & DÉCONCENTRATION DES POUVOIRS

  • Écrit par 
  • Louis-Jérôme CHAPUISAT
  •  • 330 mots

Système de répartition de tâches administratives quand il est admis que les organes centraux de l'État forment une structure unique et hiérarchisée. Alors que la centralisation et la décentralisation concernent les rapports entre les organes centraux et les organes locaux, la concentration et la déconcentration des pouvoirs ne visent que les rapports entre les divers échelons des organes centraux  […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 007 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'entourage »  : […] L'empereur ne trouve guère d'appui parmi ses proches. Après de vaines démarches auprès de deux maisons princières, il épouse en janvier 1853 une jeune fille de grande noblesse espagnole, d'une éblouissante beauté, Eugénie de Montijo , dont il aura en 1856 un fils unique, le prince impérial, qui, devenu lieutenant dans l'armée anglaise, sera tué dans une embuscade au Zoulouland en 1879. L'impératri […] Lire la suite

HAUSSMANN GEORGES EUGÈNE baron (1809-1891)

  • Écrit par 
  • Pierre PINON
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Préfet de la Seine »  : […] Georges Eugène Haussmann est nommé préfet de la Seine, le 23 juin 1853, sur les conseils de Victor Fialin de Persigny, ministre de l’Intérieur. Une commission des Embellissements chargée de la transformation de Paris, présidée par le comte Henri Siméon, se réunit pour la première fois le 16 août suivant. Haussmann en fait partie. Dès avant 1853, Napoléon III avait dessiné un « plan colorié » de Pa […] Lire la suite

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 099 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'État et la Ville »  : […] La Révolution de 1789 a rendu aux Parisiens le goût d'un pouvoir municipal capable, au besoin, de faire et de défaire les gouvernements. Les « journées » révolutionnaires, œuvre de la nouvelle administration parisienne centrale présidée par un maire (la commune) et des organisations de quartier (les sections), journées au cours desquelles les Parisiens eurent l'impression d'écrire chaque jour l'hi […] Lire la suite

POLICE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ALGRE, 
  • Universalis
  •  • 8 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La préfecture de police »  : […] La situation spécifique de Paris, la capitale, à la fois ville et département, siège des pouvoirs publics ainsi que de plusieurs organismes internationaux, fait de la préfecture de police une administration unique en France. Placé sous l'autorité directe du ministre de l'Intérieur, son chef est responsable de la sécurité d'un territoire qui s'étend progressivement sur l'ensemble de la région : pr […] Lire la suite

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 210 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La police de Napoléon (1800-1815) »  : […] On relativise aujourd'hui les innovations de la police à l'époque napoléonienne, tout comme l'image d'une police toute-puissante et omnisciente, créée par les policiers eux-mêmes. La police de Napoléon est en effet une construction évolutive, qui connaît une phase particulièrement instable d'expérimentations de 1799 à 1804, pour s'adapter à la construction impériale et à son expansion en Europe c […] Lire la suite

POLICE EN FRANCE DE 1814 À 1870

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 3 129 mots

Dans le chapitre « « Haute police » et libéralisme »  : […] La première Restauration (avril 1814-mars 1815) illustre les incertitudes du moment : le décret des 16-21 mai 1814 supprime le ministère de la Police générale et la préfecture de police parisienne, symboles du despotisme napoléonien. Après les Cent-Jours, toutefois, la Police générale est de nouveau confiée à Joseph Fouché, le terrible ministre de la Police de Napoléon I er , tandis que la préfect […] Lire la suite

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un louvoiement entre principe municipal et tentations centralisatrices »  : […] À la question qui court depuis l'Ancien Régime de savoir si les pouvoirs de police appartiennent au pouvoir municipal ou au pouvoir central, la III e  République répond par la loi de 1884 qui confirme à des maires élus – alors que, de 1795 à 1882, ils étaient essentiellement désignés et révoqués par l'exécutif – leurs prérogatives définies par la législation de 1789-1790 : « Il appartient à l'adm […] Lire la suite

Les derniers événements

16 mai - 21 juin 2022 France. Autorisation controversée du burkini à Grenoble.

Le 16, le conseil municipal de Grenoble, à majorité écologiste, modifie le règlement des piscines municipales en permettant notamment le port de maillots de bains couvrant les bras et les jambes, ce qui autorise – sans le nommer – le burkini, tenue de bain adoptée par certaines femmes musulmanes. Cette disposition était une revendication d’Alliance citoyenne, une association regroupant des personnes issues des classes populaires qui luttent contre les injustices sociales et environnementales dont elles se disent victimes. […] Lire la suite

3-11 avril 2022 France. Report du processus de discussion entre l'État et la Corse.

Le 3, à Ajaccio, quatre mille personnes, selon la préfecture, manifestent de nouveau en hommage au militant nationaliste Yvan Colonna, derrière une banderole dénonçant l’« État français assassin ». Condamné pour l’assassinat en février 1998 du préfet Claude Érignac, Yvan Colonna est décédé en mars des suites d’une agression en prison. La fin de la manifestation est marquée par des violences. […] Lire la suite

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

Le 2, le militant nationaliste corse Yvan Colonna, condamné à perpétuité pour l’assassinat, en février 1998, du préfet Claude Érignac et détenu à la maison centrale d’Arles (Bouches-du-Rhône), est violemment agressé par un codétenu, qui accuse Yvan Colonna de « blasphème ». L’assaillant est un Franco-Camerounais réputé instable et violent, Franck Elong Abé, condamné en avril 2016 à neuf ans de prison pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ». […] Lire la suite

1er-28 février 2022 France. Allègement de l'obligation de port du masque sanitaire.

Le préfet de police de Paris a interdit les rassemblements dans la capitale au cours du week-end. Quelques dizaines de véhicules atteignent la place Charles-de-Gaulle. Les manifestants sont dispersés par la police. Les participants aux « convois de la liberté » projettent de se diriger ensuite vers Bruxelles. Le même jour, les manifestations hebdomadaires d’opposants aux mesures sanitaires rassemblent trente-deux mille personnes à travers la France selon le ministère de l’Intérieur. […] Lire la suite

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Dans le même temps, le préfet de police de Paris Didier Lallement dépose, « au nom du président de la République », une gerbe sur la sépulture commune des victimes de Charonne, au cimetière parisien du Père-Lachaise. Cette commémoration s’inscrit dans le cadre de la politique de réconciliation mémorielle engagée par le président Macron à la suite de la publication du rapport de l’historien Benjamin Stora en janvier 2021. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie GRUBER, « PRÉFET, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prefet-france/