MAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Désigné en son sein, pour la durée de son mandat (six ans), par le conseil municipal aussitôt après son élection, le maire, qui est souvent présenté comme le « premier magistrat de la commune », exerce des tâches variées qui reflètent le dédoublement de la fonction. Le maire agit tantôt au nom de l'État, tantôt au nom de la commune.

En tant qu'agent de l'État, placé sous l'autorité hiérarchique de l'administration supérieure, le maire est chargé de la publication des lois et règlements et de l'exécution des mesures de sûreté générale. En outre, des dispositions particulières lui ont conféré des fonctions spéciales : établissement des listes électorales, recensements, délivrance des permis de construire, contrôle de la fréquentation et de l'assiduité scolaire... Le maire exerce également des fonctions d'ordre judiciaire ; il est officier de police judiciaire et doit, à ce titre, constater et réprimer les infractions ; enfin, il est officier d'état civil.

Lorsqu'il agit au nom de la commune, le maire est chargé de l'exécution des délibérations du conseil municipal, qui peut d'ailleurs accroître ses responsabilités en lui consentant des délégations. En fait, le maire a une influence prépondérante sur l'assemblée délibérante, puisqu'il en prépare les débats, en particulier sur le budget, et en préside les séances. Le maire exerce également au nom de la commune des pouvoirs qui lui sont propres. Ainsi, il est le chef hiérarchique du personnel communal et peut, à ce titre, nommer, suspendre ou révoquer les titulaires d'emplois communaux. Il est chargé de la gestion des biens de la commune et peut prendre toutes les mesures nécessaires à l'administration du domaine communal. Enfin, et surtout, il est personnellement chargé de la police municipale, ce qui lui permet de prendre par arrêté toutes mesures pour assurer le bon ordre, la tranquillité, la salubrité et la sécurité publiques.

Détenteur de larges pouvoirs, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAIRE  » est également traité dans :

ALCADE

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 211 mots

Terme d'origine arabe ( al-qāḍī  : le cadi, le juge ; en espagnol : alcalde ) qui apparaît dans le vocabulaire politique du x e siècle dans le nord de l'Espagne. À cette époque, l'alcade est généralement élu et il exerce surtout des fonctions judiciaires. Au xv e siècle, des conflits surgissent avec l'autorité royale qui préfère procéder à la nomination de ces fonctionnaires. Selon la nature de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcade/#i_80678

CINÉMA (Aspects généraux) - Le droit du cinéma

  • Écrit par 
  • Gaëlle ROMI, 
  • Raphaël ROMI
  •  • 5 707 mots

Dans le chapitre « La police locale du cinéma »  : […] L'arrêt du Conseil d'État Société les films Lutetia, du 18 décembre 1959, a confirmé ce pouvoir du maire, même si le film a obtenu du ministre un visa d'exploitation sans restriction (un recours en excès de pouvoir avait été formé contre l'interdiction par le maire de Nice du film Le Feu dans la peau de Marcel Blistène). L'histoire du cinéma montre que les pressions provenant de petits groupes au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-le-droit-du-cinema/#i_80678

CONSEIL MUNICIPAL

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 552 mots

Héritier du conseil de paroisse de l'Ancien Régime, « le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune » (art. L. 2121-29 du Code général des collectivités territoriales). Les conseils municipaux comprennent de 9 à 69 membres, selon l'importance de la population, à l'exception de Lyon (73), Marseille (101), Paris (163), élus pour six ans. Les modalités de scrutin varient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-municipal/#i_80678

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « Une droite de plus en plus divisée »  : […] L'avantage relatif en termes de popularité que conservent la gauche et le gouvernement tient pour une large part à la division accentuée de la droite. Malgré les appels à l'union lancés par certains ténors du R.P.R. (notamment Édouard Balladur et Alain Juppé), la droite apparaît peu apte à définir une doctrine capable de la rassembler. Pour autant, quoique mis en cause dans les « affaires », le pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2000/#i_80678

MICHEL CHARLES (1975- )

  • Écrit par 
  • Joseph TORDOIR
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ministre fédéral et président du MR »  : […] Nommé porte-parole du MR après le scrutin régional de 2004, Charles Michel expose sa vision politique dans l’ouvrage Le Libéralisme sans complexe , publié la même année. Il devient bourgmestre de Wavre le 1 er  décembre 2006. Réélu député fédéral en juin 2007, il est nommé le 21 décembre suivant ministre de la Coopération au développement du gouvernement fédéral Verhofstadt III. Il détiendra le mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-michel/#i_80678

POLICE EN FRANCE DE 1814 À 1870

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 3 129 mots

Dans le chapitre « « Haute police » et libéralisme »  : […] La première Restauration (avril 1814-mars 1815) illustre les incertitudes du moment : le décret des 16-21 mai 1814 supprime le ministère de la Police générale et la préfecture de police parisienne, symboles du despotisme napoléonien. Après les Cent-Jours, toutefois, la Police générale est de nouveau confiée à Joseph Fouché, le terrible ministre de la Police de Napoléon I er , tandis que la préfect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-en-france-de-1814-a-1870/#i_80678

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un louvoiement entre principe municipal et tentations centralisatrices »  : […] À la question qui court depuis l'Ancien Régime de savoir si les pouvoirs de police appartiennent au pouvoir municipal ou au pouvoir central, la III e  République répond par la loi de 1884 qui confirme à des maires élus – alors que, de 1795 à 1882, ils étaient essentiellement désignés et révoqués par l'exécutif – leurs prérogatives définies par la législation de 1789-1790 : « Il appartient à l'adm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-iiie-republique/#i_80678

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « MAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maire/