Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SONNET

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au xiiie siècle, le sonnet gagne la Toscane et de là, plus tard, est diffusé dans une grande partie de l'Europe occidentale. Il est introduit en France au xvie siècle par Marot et par Mellin de Saint-Gelais. Mais, tandis qu'il conquiert de nouveaux domaines, il perd l'un des traits qui assuraient sa cohérence. La forme archétypale comprend deux quatrains puis deux tercets. Les règles selon lesquelles, chez Pétrarque et ses successeurs, étaient disposées les rimes étaient impératives dans les quatrains (rimes embrassées et répétées, selon le schéma abba abba) et beaucoup plus souples dans les tercets : deux ou trois rimes, différentes de celles des quatrains, distribuées selon des schémas très variables, le plus souvent cde cde ou cdc dcd ; seules étaient exclues les combinaisons qui auraient permis de décomposer les six derniers vers en un distique et un quatrain. Or, ce sont justement des combinaisons de ce type qui seront retenues ailleurs : exceptionnelles en Angleterre, elles deviendront la règle en France. Alors que Spenser et, après lui, Milton puis, plus tard, Wordsworth, E. Barrett Browning restent fidèles au modèle italien, Shakespeare répartit les quatorze vers de ses célèbres sonnets de la manière suivante : une série de trois quatrains aux rimes différentes et croisées, et un distique final — soit le schéma abab cdcd efef gg. La transformation effectuée par Marot est beaucoup moins radicale : il conserve la disposition rigoureuse des deux quatrains italiens (abba abba), mais répartit les rimes des tercets de telle manière que les quatre derniers vers dessinent un troisième quatrain qui ne diffère des deux premiers que par ses rimes (mais non par leur disposition), ccd eed. Des autres formules utilisées par les poètes au xvie siècle (concurremment d'ailleurs, au moins dans un premier temps, avec le schéma italien), une seule s'imposera, celle que Du Bellay essaie dans l'Olive : ccd ede. En dépit de la variante introduite par les rimes croisées, l'effet y est le même que dans le sonnet marotique : les six derniers vers forment un distique suivi d'un quatrain. Mais, alors même qu'ils dénaturent ainsi le modèle italien et du même coup marquent leur originalité, les poètes français en gardent la disposition strophique : deux quatrains suivis de deux tercets. D'où un désaccord entre la distribution des rimes et celle des strophes, et (s'ajoutant aux caractéristiques générales du sonnet : régularité des quatrains favorable aux parallélismes ou aux antithèses, effet du dernier vers préparé par toute la pièce) d'intéressantes possibilités de distorsion entre la prosodie et la syntaxe (le découpage des phrases épousera volontiers celui des strophes ; Boileau exigera que les tercets soient « par le sens partagés »). Ronsard, qui adopte dans ses Amours le sonnet marotique, lui impose une loi nouvelle, l'alternance des rimes masculines et féminines, et un usage, l'emploi de ce qui devient à l'époque « le vers héroïque », l'alexandrin (qui se généralise dans le sonnet français — comme l'hendécasyllabe dans le sonnet italien ou le pentamètre iambique dans le sonnet anglais —, sans que les autres mètres soient exclus). Le sonnet français a dès lors acquis sa structure définitive, susceptible de deux variantes : le sonnet qui s'imposera (contrairement à la tendance première) comme le seul régulier, construit sur le schéma [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    ...de Serafino Aquilano, n'eut pas de suite, et lorsque Thomas Watson (1557 env.-1592 env.) et sir Philip Sidney (1554-1586) créèrent la vogue du sonnet élisabéthain à la fin du siècle, l'œuvre de la Pléiade était accomplie, et les noms de Ronsard, Du Bellay, Desportes étaient non moins...
  • BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

    • Écrit par Gilbert GADOFFRE
    • 3 517 mots
    ...démonstration du mouvement par la marche. On ne pourra plus, désormais, refuser à la langue française l'aptitude à se prêter aux grands sujets et au grand style. Avec L'Olive, Joachim du Bellay dote la littérature française de son premier recueil de sonnets, un recueil dont l'inspiration n'est pas seulement...
  • CHANSON

    • Écrit par Louis-Jean CALVET, Guy ERISMANN, Jean-Claude KLEIN
    • 7 139 mots
    • 6 médias
    Une civilisation se définit, en son temps, par la façon dont elle s'analyse elle-même (ce que l'on pourrait appeler son idéologie). Ainsi, lorsque Ronsard (1524-1585) infléchit la forme de ses sonnets (allant vers une plus grande régularité, vers une alternance de rimes masculines et féminines) afin...
  • ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par Jean CASSOU, Corinne CRISTINI, Jean-Pierre RESSOT
    • 13 749 mots
    • 4 médias
    ...L'italianisme a introduit en Espagne – malgré la résistance de la vieille muse rustique – des mètres nouveaux, des genres nouveaux, et particulièrement le sonnet. Il s'est formé en Europe toute une esthétique du sonnet, provenant de la tradition pétrarquisante et s'inspirant d'un merveilleux spiritualisme...
  • Afficher les 21 références

Voir aussi