VERS LIBRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des contes. Il a cru que les vers irréguliers ayant un air qui tient beaucoup de la prose, cette manière pourrait sembler la plus naturelle, et par conséquent la meilleure. »

Un siècle plus tard, il n'est pas indifférent qu'à l'aube du romantisme on traduise si volontiers nombre de textes de littératures étrangères, souvent exotiques même, soit en prose, soit en un vers « libre » avant la lettre. On retrouve les traces de cette préférence jusque dans le choix de poèmes orientaux que Victor Hugo tient à joindre aux « Notes » de ses Orientales, le souci étant de ne pas trop « franciser » ces perles d'Orient.

Pour s'accomplir vraiment, la subversion radicale de la régularité métrique doit passer par toute une série de manifestations d'irrévérence : contestation hugolienne de la raideur de l'alexandrin, dans l'usage même de l'alexandrin (césure de position variable, unités sémantiques décalées par rapport aux limites du vers, etc.). Dans le sillage de Victor Hugo s'engouffrent bientôt la plupart des poètes, Rimbaud le jongleur prodigieux (Marine, Mouvement), Verlaine qui assouplit par l'impair, Corbière ou Laforgue, maîtres d'un vers accidenté, Mallarmé qui force la syntaxe...

Tout comme son allié en « modernité » le poème en prose, le vers libre naissant s'affirme libérateur, fruit d'une nécessité profonde : le rythme du vers ne doit pas être donné une fois pour toutes au poème, il doit être en mesure de s'adapter aux mouvements de l'esprit et en devenir, vers à vers, le symbole.

En 1886, Laforgue traduit, en vers libres, imitant la forme originale, deux poèmes de Walt Wh [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERS LIBRE  » est également traité dans :

APOLLINAIRE GUILLAUME (1880-1918)

  • Écrit par 
  • Michel DECAUDIN
  •  • 4 292 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands recueils »  : […] Dans Alcools voisinent des poèmes de jeunesse et des poèmes écrits en 1912. Près de la moitié du recueil se rattache au séjour en Allemagne de 1901-1902 et à ses suites sentimentales. Mais Apollinaire a renoncé à l'ordre chronologique ou à l'ordre thématique, pour disposer ses poèmes selon un subtil dosage des sujets et des techniques. Il crée ainsi un climat de mélancolie qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-apollinaire/#i_41714

JAMMES FRANCIS (1868-1938)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 568 mots
  •  • 1 média

Poète et romancier, Francis Jammes ne quittera jamais son Béarn natal, et il y trouvera les sources de son inspiration. Après des études à Bordeaux, il s'installe à Orthez auprès de sa mère ; travaillant comme clerc de notaire, il mène la vie paisible d'un provincial en harmonie avec la nature et les hommes. Il se promène dans la montagne, discute dans les salons et écrit des poèmes. Sans aucun a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-jammes/#i_41714

KAHN GUSTAVE (1859-1936)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 376 mots

Le critique d'art et poète Gustave Kahn, ami de Jules Laforgue et disciple de Mallarmé, eut un rôle important au sein du mouvement symboliste. Après des études de lettres et d'histoire à la Sorbonne et à l'École des chartes, il effectue son service militaire en Tunisie ; on retrouvera souvent dans son œuvre le décor et l'atmosphère de l'Orient. À partir de 1886, il dirige La Vogue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-kahn/#i_41714

MALĀ'IKA NĀZIK AL- (1923-2007)

  • Écrit par 
  • Gilles LADKANY
  •  • 747 mots

Issue d'une famille de lettrés, Nāzik al-Malā'ika — née à Bagdad — baigne dans un milieu littéraire dès son plus jeune âge. Elle revient en 1951 des États-Unis, où elle a poursuivi ses études supérieures, et enseigne la littérature arabe à l'université de Bagdad. De son œuvre, deux figures émergent : poète du vers libre, Nāzik al-Malā’ika en fit également la théorie. C'est en décembre 1947 que par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazik-al-mala-ika/#i_41714

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers libres »  : […] Depuis la fin du xix e siècle, beaucoup de poètes, dont certains considéraient la versification comme un ensemble d'obligations appauvrissantes, ont publié des textes en « vers libres ». Généralement, les poèmes ainsi qualifiés se présentent typographiquement comme des suites de « vers »-lignes (passage à la ligne, avant d'atteindre la marge dro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_41714

MOCKEL ALBERT (1866-1945)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 339 mots

Poète belge d'expression française, Albert Mockel est originaire de Liège, et il y fonde une importante revue poétique, La Wallonie (qu'Henri de Régnier dirigera par la suite) alors qu'il est encore étudiant à l'université (1886) ; presque tous les poètes subissant l'influence du symbolisme lui donneront des textes pour sa revue. Venu à Paris dès 1889, il fréquente les Mardi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-mockel/#i_41714

OLSON CHARLES (1910-1970)

  • Écrit par 
  • Jacques DARRAS
  •  • 719 mots

Né à Worcester (Massachusetts), le poète Charles Olson demeure associé pour nous au célèbre Black Mountain College, institution privée inaugurée dans les années 1930 et dont il fut le directeur. Mais Olson, auteur d'un essai sur Melville ( Call me Ishmael , 1947), est d'abord celui qui, dans son manifeste « projectiviste » (1951), introduisit la notion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-olson/#i_41714

POÈME EN PROSE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 014 mots

La frontière qui sépare la poésie de la prose n'est guère indiscutable qu'aux yeux de ceux qui réduisent la poésie à la seule versification. Pourtant, cette frontière — son tracé ou bien son existence même — n'a jamais cessé d'être contestée de toutes parts, à toutes les époques. Le poème en prose , depuis le romantisme, est un des lieux privilégiés de cette contestation. Aup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-en-prose/#i_41714

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernité et altérité »  : […] D'une façon générale, la « révolution » qui a bouleversé le langage poétique en Occident, depuis le milieu du xix e  siècle, paraît souvent comme une contestation systématique de la prédominance du principe d'équivalence. À tous les niveaux de l'organisation du poème, elle a multiplié les ruptures, libérant la différence du cadre rassurant de l'al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_41714

RÉGNIER HENRI DE (1864-1936)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 322 mots

Né d'une vieille famille de l'aristocratie de Honfleur, Henri de Régnier poursuit des études de droit avant de se consacrer à la littérature. Il collabore à diverses revues sous le pseudonyme de Hughes Vitrix, soulignant ainsi son admiration pour Hugo et Vigny. Son premier recueil, Lendemains (1855), porte l'empreinte de cette influence. Puis il fréquente, avec son ami Franc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-regnier/#i_41714

VERS

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 746 mots

Dans le chapitre « Le romantisme et la désarticulation du vers »  : […] Les règles de versification et la naissance de formes fixes ouvrent au xix e  siècle une période de renouveau pour le vers. Si l'école romantique conserve le principe du syllabisme, la rime et l'interdiction de l'hiatus, elle prône en revanche un assouplissement du vers. Victor Hugo indique ainsi une façon de désarticuler l'alexandrin en substitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers/#i_41714

VIELÉ-GRIFFIN FRANCIS (1864-1937)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 307 mots
  •  • 1 média

Né aux États-Unis d'une famille de lointaine origine française, Vielé-Griffin vint en France à huit ans et s'y installa définitivement, à Paris, puis en Touraine et à Bergerac. Condisciple d'Henri de Régnier au collège Stanislas, il publie, en 1886, son premier recueil de poèmes, Cueille d'avril . Les deux amis sont introduits ensemble aux mardis de la rue de Rome ; Mallarmé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-viele-griffin/#i_41714

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « VERS LIBRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers-libre/