Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VERS LIBRE

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des contes. Il a cru que les vers irréguliers ayant un air qui tient beaucoup de la prose, cette manière pourrait sembler la plus naturelle, et par conséquent la meilleure. »

Un siècle plus tard, il n'est pas indifférent qu'à l'aube du romantisme on traduise si volontiers nombre de textes de littératures étrangères, souvent exotiques même, soit en prose, soit en un vers « libre » avant la lettre. On retrouve les traces de cette préférence jusque dans le choix de poèmes orientaux que Victor Hugo tient à joindre aux « Notes » de ses Orientales, le souci étant de ne pas trop « franciser » ces perles d'Orient.

Pour s'accomplir vraiment, la subversion radicale de la régularité métrique doit passer par toute une série de manifestations d'irrévérence : contestation hugolienne de la raideur de l'alexandrin, dans l'usage même de l'alexandrin (césure de position variable, unités sémantiques décalées par rapport aux limites du vers, etc.). Dans le sillage de Victor Hugo s'engouffrent bientôt la plupart des poètes, Rimbaud le jongleur prodigieux (Marine, Mouvement), Verlaine qui assouplit par l'impair, Corbière ou Laforgue, maîtres d'un vers accidenté, Mallarmé qui force la syntaxe...

Tout comme son allié en « modernité » le poème en prose, le vers libre naissant s'affirme libérateur, fruit d'une nécessité profonde : le rythme du vers ne doit pas être donné une fois pour toutes au poème, il doit être en mesure de s'adapter aux mouvements de l'esprit et en devenir, vers à vers, le symbole.

En 1886, Laforgue traduit, en vers libres, imitant la forme originale, deux poèmes de Walt Whitman : One's-Self I Sing (Dédicaces) et O Star of France (Ô Étoiles de France). Plusieurs poètes, au même moment, s'engouffrent dans la brèche : Francis Vielé-Griffin, Émile Verhaeren, Gustave Kahn... Chacun forge individuellement ses propres « règles » du vers libre, si l'on peut se permettre cette contradiction. Gustave Kahn lui-même, dans la réédition de ses Palais nomades (1897, 1re éd. 1887), songe à formuler quelques principes assez simples : l'étendue du vers est déterminée par le sens (enjambement déconseillé), ce qui est au bout du compte une recommandation des plus « classiques » ; en revanche, compter l'e muet devant une consonne à l'intérieur d'un vers devient facultatif ; on préfère l'assonance éventuelle à la rime, pour cause de discrétion et pour mieux disséminer dans le vers tout entier les récurrences phonétiques ; la dimension de la strophe, comme celle du poème entier, suit les mêmes lois que celle du vers : c'est le sujet du poème qui en décide.

On peut considérer que le Mallarmé d'Un coup de dés..., une fois encore, déborde largement la question du vers libre en ceci que le blanc fait son apparition dans le poème comme élément constitutif.

Dès lors, la voie est tracée. Pour Cendrars, pour Apollinaire, pour Reverdy, la forme nouvelle accompagne l'explosion de la « modernité » poétique, tandis que le verset de Claudel, fondé sur le souffle qu'il pensait retrouver dans le verset biblique, ou celui de Saint-John Perse sont peut-être eux aussi un avatar du vers libre.

Walt Whitman s'insurge contre les « formes anciennes », qu'il convient de libérer une fois « importées en Amérique » en vue d'exprimer « la puissance et la passion les plus vraies ». Quant à la poésie allemande, Gottlieb Klopstock est le précurseur du vers[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • APOLLINAIRE GUILLAUME (1880-1918)

    • Écrit par Michel DECAUDIN
    • 4 277 mots
    • 2 médias
    ...Voyageur », « Le Brasier », « Les Fiançailles ». Apollinaire utilise les mètres les plus divers, avec une prédilection pour l'octosyllabe, pratique le vers libre sous toutes ses formes. Il préfère l'assonance au vers libre et se montre plus sensible au vers parlé qu'au vers écrit. La suppression de la...
  • JAMMES FRANCIS (1868-1938)

    • Écrit par Antoine COMPAGNON
    • 569 mots
    • 1 média

    Poète et romancier, Francis Jammes ne quittera jamais son Béarn natal, et il y trouvera les sources de son inspiration. Après des études à Bordeaux, il s'installe à Orthez auprès de sa mère ; travaillant comme clerc de notaire, il mène la vie paisible d'un provincial en harmonie avec la nature et les...

  • KAHN GUSTAVE (1859-1936)

    • Écrit par France CANH-GRUYER
    • 370 mots

    Le critique d'art et poète Gustave Kahn, ami de Jules Laforgue et disciple de Mallarmé, eut un rôle important au sein du mouvement symboliste. Après des études de lettres et d'histoire à la Sorbonne et à l'École des chartes, il effectue son service militaire en Tunisie ; on retrouvera souvent...

  • MALĀ'IKA NĀZIK AL- (1923-2007)

    • Écrit par Gilles LADKANY
    • 743 mots

    Issue d'une famille de lettrés, Nāzik al-Malā'ika — née à Bagdad — baigne dans un milieu littéraire dès son plus jeune âge. Elle revient en 1951 des États-Unis, où elle a poursuivi ses études supérieures, et enseigne la littérature arabe à l'université de Bagdad. De son œuvre, deux...

  • Afficher les 12 références

Voir aussi