PICHOIS CLAUDE (1925-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 21 juillet à Paris, Claude Pichois fut élève de H.E.C. avant de se tourner vers l'histoire littéraire. Monument d'érudition, sa thèse principale, Philarète Chasles et la vie littéraire au temps du romantisme (1965), que prolongeait sa thèse complémentaire, L'Image de Jean-Paul Richter dans les lettres françaises, publiée dès 1963, aurait suffi à lui assurer une carrière de pur comparatiste. Celle-ci fut en réalité relativement tardive et volontairement brève. Succédant à Etiemble dans la chaire qui, de l'ancienne Sorbonne, était passée à la Sorbonne nouvelle, il y connut quelques déceptions. Pourtant, en quelques années, il avait, comme son prédécesseur, honoré cette chaire de son prestige, de son talent et de son érudition sans égale. À une discipline qui reste mal connue et mal aimée, il avait donné un manuel, rédigé avec Pierre Brunel et André-Michel Rousseau (La Littérature comparée, 1967), mis à jour et complété en 1983 avec un titre nouveau : Qu'est-ce que la littérature comparée ? Et il pratiquait un comparatisme vivant : avant de rejoindre la Sorbonne, il avait été professeur ordinaire à la faculté de philosophie et d'histoire de l'université de Bâle, et il resta fidèle à la Vanderbilt University, à Nashville, où il fut également directeur du W. T. Bandy Center for Baudelaire Studies.

Depuis longtemps, en effet, une passion intellectuelle l'habitait : l'œuvre de Charles Baudelaire. Prenant appui sur les travaux considérables de ses grands devanciers, Eugène et Jacques Crépet, Jean Pommier, Georges Blin, continuant leur œuvre ou collaborant avec eux, il sut porter à son point de perfection l'édition des Fleurs du Mal (1968), fournir à la Bibliothèque de la Pléiade une nouvelle édition des Œuvres complètes (1975 et 1976) en deux volumes, très supérieure à la précédente, réunir la Correspondance, d'abord pour les éditions Conard, puis pour la Pléiade [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de littérature comparée à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification


Autres références

«  PICHOIS CLAUDE (1925-2004)  » est également traité dans :

DICTIONNAIRE BAUDELAIRE (C. Pichois et J.-P. Avice)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 028 mots

Le nom de Claude Pichois est inséparable de ceux de Baudelaire, Nerval et Colette, auxquels il a consacré des éditions et des biographies qui font date. Avec ce Dictionnaire Baudelaire (Du Lérot, 2003), cosigné par Jean-Paul Avice, conservateur à la bibliothèque historique de la Ville de Paris, avec qui il avait réalisé en 1993 une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictionnaire-baudelaire/#i_38610

Pour citer l’article

Pierre BRUNEL, « PICHOIS CLAUDE - (1925-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-pichois/