VERSIFICATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les langues où la longueur de la syllabe est pertinente (soit par la nature de la voyelle, soit par sa position, c'est-à-dire son environnement consonantique de droite), les vers sont construits et identifiés d'après un nombre relativement fixe de pieds (séquence rythmée de syllabes longues, notées ▂, et de syllabes courtes, notées ⌣). Les vers de six pieds sont dits hexamètres, et sont surtout employés dans la poésie épique (Homère, Virgile). Il existe aussi des pentamètres, des tétramètres et des trimètres. Chaque genre (ode, satire, poésie dramatique) utilise un type de vers, voire un arrangement en strophes qui lui sont spécifiques. Pour les principaux mètres, ou pieds, on distingue notamment :

En français, où seul est retenu comme critère métrique le nombre de syllabes ou pieds, du moins dans le vers régulier, on dénomme les vers selon leur longueur arithmétique, en observant certaines règles phonétiques comme la distribution du e muet. Les plus fréquents sont l'alexandrin (vers de douze pieds), le décasyllabe et l'octosyllabe (respectivement dix et huit pieds). Les vers à structure impaire sont des effets exceptionnels, parfois utilisés par contraste (dans les Fables de La Fontaine) ou par recherche (Verlaine). On donne ci-dessous la définition de quelques termes utilisés en versification française : certains renvoient à des propriétés du vers, d'autres au groupement des vers en strophes ou poèmes.

Acrostiche : un poème est dit acrostiche lorsque les initiales des vers qui le composent forment le nom de la personne à laquelle il est dédié.

Assonance : répétition de la même voyelle phonique en position finale accentuée, quelle que soit la consonne d'appui ; c'est la forme la plus ancienne de la rime (bise/dire/mie... dans La Chanson de Roland).

Ballade : genre fixe formé de trois couplets et d'un envoi construit sur les mêmes rimes.

Césure : pause requise par la syntaxe ainsi que par l'élocution, après une syllabe accentuée à l'intérieur du vers ; les césures sont très diverses et forment différentes sous-structures, parfois caractéristiques (le trimètre hugolien 4+4+4) ; l'alexandrin classique est, sauf exception, coupé après le sixième pied : on appelle hémistiche les deux sous-ensembles égaux ainsi délimités.

Distique : ensemble de deux vers rimant entre eux et formant à eux seuls un poème, généralement une épigramme.

Dizain : poème construit sur une seule strophe de dix vers, ou plutôt, si l'on considère la disposition des rimes, sur deux de cinq (1-3-, 2-4-5, 6-7-9-,8-10).

Enjambement : non-coïncidence entre une structure de vers et une structure syntaxique, comme lorsque l'épithète est renvoyée au début du second vers, tandis que le nom auquel elle se rapporte termine le premier. On appelle rejet l'élément ou le groupe syntaxique par où commence le second vers (« Il va falloir qu'enfin se rejoignent les/Sept péchés aux trois vertus théologales », Verlaine).

Huitain : poème de huit vers construit sur trois rimes dont la disposition fait de l'ensemble deux strophes de quatre vers (ABABBCBC ou ABBAACAC).

Iambe : ce mètre ancien était surtout utilisé dans la poésie satirique ; en versification française, le terme désigne un poème dont la structure est fondée sur l'alternance de l'alexandrin et d'un décasyllabe à rimes croisées ; Chénier a fondé ce genre, repris notamment au xixe siècle par Hugo dans Les Châtiments.

Laisse : série de vers assonants, sorte de strophe dont l'ensemble formait une unité narrative, structure de base de la poésie du Moyen Âge.

Octosyllabe : vers de huit pieds, d'abord utilisé pour les formes didactiques et théâtrales du Moyen Âge, et se spécifiant ensuite comme vers lyrique, dans l'ode notamment.

Pantoum : forme importée (chant malais) par Hugo et Gautier, et comportant des strophes de quatre vers à rimes croisées ; la particularité formelle du poème est telle que des vers entiers y sont répétés à différentes places : le deuxième et le quatrième se retrouvent comme cinquième et septième, le sixième et le huitième en neuvième et onzième, etc. En outre, le premier vers doit également, au moins dans les pantoums réguliers, terminer le poème.

Quatrain : ensemble de quatre vers construit sur deux rimes croisées ou embrassées.

Rejet : cf. enjambement.

Rimes : homophonie en dernière syllabe, fondée sur la répétition d'une voyelle de même timbre et de la suite consonantique de cette voyelle. On accole à « rimes » des adjectifs désignant tantôt la nature de la rime, tantôt la combinaison des rimes entre elles. Les rimes croisées sont faites de la succession d'un vers masculin et d'un vers féminin (MFMF) ou (FMFM). Les rimes embrassées avec les mêmes conventions que ci-dessus répondent à la disposition MFFM ou FMMF. La rime féminine dépend d'un critère orthographique désignant des rimes de même timbre terminées par un e muet (gloire/mémoire). Les rimes masculines sont des rimes terminées par une consonne (sort/mort). Les rimes plates obéissent à la disposition MMFF, etc. Les rimes riches sont des rimes présentant un élément de plus dans l'homophonie que l'ensemble : voyelle + consonne d'appui (rime suffisante : rosées/apaisées ; rime riche : aisée/apaisée).

Rondeau : genre fixe, qui, sous sa forme classique, comprend treize vers construits sur deux rimes, l'une employée huit fois et l'autre cinq, et comportant une strophe de cinq vers, une autre de trois suivie d'un refrain, et une autre de cinq suivie du refrain.

Sixain : strophe de six vers construits sur trois rimes, AABCBC ou AABCCB.

Sonnet : genre fixe, de quatorze vers, soit deux quatrains suivis de deux tercets (en réalité une strophe de six vers qu'on a coutume de présenter avec un blanc typographique). La disposition des rimes est dite régulière lorsqu'elle affecte la forme ABBA-ABBA-CCD-EDE. De fait, il y a beaucoup de liberté chez les auteurs de sonnets (depuis la Pléiade jusqu'au xixe siècle) par rapport à ces injonctions un peu mécaniques.

Stance : nom de la strophe poétique lorsqu'elle se rencontre dans un poème roulant sur une méditation morale ou philosophique.

Tercet : voir sonnet.

Terza-rima : genre italien acclimaté quelque temps en France et qui reparut sous la plume de Gautier. Les vers y riment trois par trois, les pairs entre eux et les impairs entre eux ; la première et la dernière rime toutefois ne se rencontrent que deux fois. On présente la terza-rima par groupes de trois vers, avec le dernier à part.

Villanelle : forme fixe en strophes de trois vers (la dernière est toutefois un quatrain). Les rimes sont croisées. On doit répéter alternativement le premier et le troisième vers à la fin de chaque strophe et ensemble à la fin du po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VERSIFICATION  » est également traité dans :

VERS

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 746 mots

Contrairement au vers latin, divisé en mesures, le système du vers français s'appuie d'abord sur la syllabe. Cette versification est ainsi soumise depuis le xviie siècle, avec Malherbe notamment, à un ensemble de règles. La délimitation de la syllabe se heurte notamment au problème du -e […] Lire la suite

ACROSTICHE, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 320 mots

La règle de ce jeu littéraire est simple : il suffit d'écrire des vers dont les initiales, lues verticalement et dans l'ordre, forment un mot en rapport avec le poème. La typographie particulière peut faciliter le décryptage du message qui concerne le plus souvent le nom de l'auteur, celui du dédicataire ou le sujet de l'œuvre. Cicéron attribue l'invention de l'acrostiche à Ennius. Apollinaire ins […] Lire la suite

LAISSE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 271 mots

La cellule de base, le couplet de la chanson de geste, unité de contenu et versification. De dimension variable, la laisse se caractérise par une même assonance ou rime. Elle est très souvent encadrée par un vers d'intonation et un vers de conclusion, le développement intérieur étant plus libre, mais structuré par le vers, généralement décasyllabe de coupe 4/6. Certains remanieurs terminent la lai […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La forme qaṣīda ou le lyrisme d'un langage »  : […] On connaît la division tripartite de la qaṣīda. C'est d'abord le nasīb , prélude élégiaque né de la visite d'un campement déserté, d'une séparation au petit jour, ou de l'apparition de l'ombre de la Dame ; à partir de ces situations conventionnelles, utilisant souvent la fiction de réminiscences lointaines, l'amant évoque sa passion en termes érotiques ou courtois. Le nasīb se présente comme un a […] Lire la suite

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique syllabique simple : le vers français classique »  : […] L'expression Léandre le sot , qui peut, isolée ou placée dans un roman, être de la prose non rimée, est un vers, et rime, dans le sizain cité ci-dessus. Ce vers n'est donc pas plus vers en soi, que sa rime en -ot n'est rime en soi. De même que la qualité de rime de sot n'existe, ici, que par l'équivalence contextuelle des fins de lignes en sot et en saut , de même la qualité de vers de Léandre […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 839 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prose chrétienne et rhétorique classique »  : […] La production littéraire médiévale latine et romane, tant en prose qu’en vers, a lieu dans un même horizon rhétorique et discursif. Dans la Rome classique, les poètes suivaient une formation rhétorique et les rhétoriqueurs tiraient des enseignements et des exemples des œuvres en vers, par exemple grâce à la pratique des paraphrases. Parfois, les deux modes d’expression sont en contact comme dans […] Lire la suite

PINDARIQUE ODE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 330 mots

Nous sont parvenus quatre des dix-sept livres de poèmes pindariques recensés par Aristophane de Byzance : les Olympiques , les Pythiques , les Isthmiques , et les Néméennes , toutes « épinicies », ou odes triomphales, mais nous manquent presque toujours les indications du lyrisme choral ; parfois on ne sait établir ni traduire le texte même. Leur forme est à la fois fixe et extrêmement libre : cha […] Lire la suite

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernité et altérité »  : […] D'une façon générale, la « révolution » qui a bouleversé le langage poétique en Occident, depuis le milieu du xix e  siècle, paraît souvent comme une contestation systématique de la prédominance du principe d'équivalence. À tous les niveaux de l'organisation du poème, elle a multiplié les ruptures, libérant la différence du cadre rassurant de l'alternance, pour faire surgir une véritable altérité. […] Lire la suite

QUEL AVENIR POUR LA CAVALERIE ? (J. Reda) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 044 mots

Poète, auteur de récits en prose et d’essais, directeur de La   Nouvelle Revue f rançaise de 1987 à 1996, éditeur et chroniqueur de jazz, Jacques Réda occupe une place à part dans la poésie contemporaine . Né en 1929 à Lunéville, ville de garnison où il a passé son enfance, Jacques Réda en a gardé l’image des régiments de cavalerie alignés. D’où ce titre insolite : Quel avenir pour la cavalerie   […] Lire la suite

RIMES SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 539 mots

« Quel enfant sourd ou quel nègre fou / nous a forgé ce bijou d'un sou », s'exclame Verlaine, tout en rime et en multipliant les échos sonores à l'intérieur des vers. La poésie ne peut se passer de la rime — grâce à laquelle celle-là se distingue de la prose —, sauf si d'autres éléments rythmiques (système métrique, isomorphismes sonores divers) viennent occuper la fonction qui est la sienne. Cepe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « VERSIFICATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/versification/