Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RUSSE PLATE-FORME

La plate-forme ou, plus justement, la « dalle » russe fait partie de la vaste plate-forme qui occupe tout l'est et le nord-est de l' Europe (« plate-forme d'Europe orientale » de A. Arkhangelski ; « Fenno-Sarmatie » de H. Stille et S. von Bubnoff) avec extension vers l'ouest («  plate-forme européenne » de A. Bogdanoff). Elle en constitue la partie où la couverture sédimentaire est largement représentée, par opposition aux boucliers baltique et ukrainien, dans lesquels le socle affleure sur de vastes étendues. Ainsi définie, la dalle russe déborde en fait largement les limites de la « plaine russe » des géographes (cf. russie Géographie) ; elle comprend notamment comme annexe tout ou partie de la plaine germano-polonaise (cf. plainegermano-polonaise). Alors que les boucliers représentent des régions restées soulevées durant toute leur histoire géologique, stabilisées en régime de lent mouvement ascendant, les dalles ont constitué au cours de leur évolution des aires de subsidence. La structure de la dalle russe rend bien compte de ces mouvements verticaux descendants. Sur un socle cristallin précambrien (Archéen et Protérozoïque), semblable à celui qui affleure en Scandinavie, reposent des séries sédimentaires, généralement marines, dont l'âge s'échelonne du Néoprotérozoïque (Vendien) au Cénozoïque (Tertiaire et Quaternaire), avec parfois des venues volcaniques.

L'évolution de la dalle russe ne pouvant se comprendre que dans le cadre de la plate-forme européenne, les caractères généraux de cette dernière seront évoqués tout d'abord. Les éléments structuraux qui la composent sont définis suivant des caractéristiques interdépendantes : structure et surface du socle cristallin, structure de la couverture de plate-forme.

Caractères généraux de la plate-forme européenne

La plate-forme européenne est l'une des vieilles plate-formes de la Terre qui constituent le corps des continents, avec une croûte « granitique » épaisse (30-45 km). Elle affecte la forme d'un triangle aux angles effondrés mais aux côtés rectilignes, correspondant à des systèmes d'accidents très profonds et très anciens (compte tenu cependant du chevauchement des Calédonides sur la marge nord-ouest). Partout, elle est encadrée de chaînes plissées (cf. europe-Géologie) d'âges divers : varisque à l'est (Oural) ; calédonien au nord-ouest ; baïkalien (= cadomien) au nord (Timan, île Kildin, péninsules de Rybatchi et de Varanger) ; enfin, sur la bordure méridionale (Europe moyenne, Carpates, Caucase), calédonien, varisque ou alpin selon les points. Divers auteurs considèrent cependant le Timan comme un système plissé intracratonique, au-delà duquel la plate-forme ancienne se poursuivrait sous la plaine de la Petchora et la mer de Barents, jusqu'à la Nouvelle-Zemble.

Plate-forme européenne : tectonique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Plate-forme européenne : tectonique

La majorité des auteurs admettent de même, avec A. Bogdanoff, que la plate-forme se prolonge jusqu'en Angleterre centrale par la région d'affaissement péricratonique de la mer du Nord et de la plaine germano-polonaise, région où l'on constate, comme dans la fosse précaspique, des modifications de structure de la croûte (couverture sédimentaire pouvant dépasser 12 kilomètres de puissance, relèvement du « Moho »). Certains môles ont échappé, totalement ou en partie, à l'affaissement (bombement danois, Midlands anglais). Un autre trait commun aux angles affaissés ouest et sud-est est l'existence d'épaisses séries salifères avec tectonique saline (halocinèse) généralisée.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Plate-forme européenne : tectonique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Plate-forme européenne : tectonique

Plate-forme européenne : socle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Plate-forme européenne : socle

Plate-forme européenne au Protérozoïque - crédits : Encyclopædia Universalis France

Plate-forme européenne au Protérozoïque

Autres références

  • EUROPE - Géologie

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Pierre RAT
    • 10 020 mots
    • 6 médias
    ...Volga), soit synclinale (synéclises balte, de Moscou), soit en forme de synclinal-fossé (aulacogènes du Donetz, de Patchelma). Sur son bord méridional, la plate-forme russe est frangée d'une dépression marginale accentuée dans son angle sud-ouest (dépression germano-polonaise) et dans son angle sud-est (dépression...
  • LADOGA LAC

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE
    • 371 mots

    Situé au nord-est de Saint-Pétersbourg, le lac Ladoga est le plus vaste des lacs européens : son plan d'eau couvre 17 700 kilomètres carrés — 18 400 kilomètres carrés s'il est tenu compte de la superficie des six cent soixante îles de plus d'un hectare qui le parsèment — et renferme 908 kilomètres...

  • OURAL

    • Écrit par André BLANC, Pierre CARRIÈRE, Pascal MARCHAND, Guy MENNESSIER
    • 4 083 mots
    • 2 médias
    ...La chaîne varisque de l'Oural, dont la genèse était amorcée dès le Précambrien et pratiquement achevée à l'aurore du Mésozoïque, sépare la plate-forme russe, européenne (dite aussi d'Europe orientale), de la plate-forme sibérienne, asiatique. D'orientation méridienne, elle présente dans sa...
  • RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par Pascal MARCHAND
    • 8 602 mots
    • 11 médias
    À l'ouest, la plate-forme russe alterne vastes dépressions (100 à 200 m d'altitude) et immenses plateaux, culminant entre 300 et 400 mètres. Les différences d'altitude y ont été réduites par les grands glaciers quaternaires qui ont recouvert de moraines toute sa moitié nord. Leur fonte,...

Voir aussi