RUSSE PLATE-FORME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Plate-forme européenne : tectonique

Plate-forme européenne : tectonique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plate-forme européenne : socle

Plate-forme européenne : socle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plate-forme européenne au Protérozoïque

Plate-forme européenne au Protérozoïque
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Synéclise de Moscou

Synéclise de Moscou
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Tectonique du socle

Le socle apparaît essentiellement à la faveur de deux soulèvements : celui du bouclier baltique et celui du bouclier ukrainien (dit aussi massif de Podolie-Azov). Alors que le premier a des bords bien dessinés ainsi qu'une pente douce (0030′ à 30), et que la couverture s'y est conservée dans seulement quelques grabens (lacs Vättern, Siljan, d'Onega) et dans des fossés peu profonds (golfe de Botnie, notamment) sous forme de sédiments précoces (Jotnien, Sparagmite, série varégienne, Paléozoïque inférieur) d'une puissance de quelques centaines de mètres, le bouclier ukrainien, beaucoup moins vaste, est une sorte de lambeau du gigantesque bouclier sarmatien qui avait existé aux premiers stades de l'évolution de la dalle russe, lambeau dont le bord nord-est s'effondre en failles, tandis que ses bords ouest et sud sont relativement peu inclinés. De vastes surfaces en sont cachées sous une pellicule (quelques dizaines de mètres) de sédiments paléogènes.

Plate-forme européenne au Protérozoïque

Plate-forme européenne au Protérozoïque

Dessin

La plate-forme européenne au Protérozoïque tardif 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La surface du socle de la dalle russe est accidentée par des sillons linéaires, relativement étroits (quelques dizaines de kilomètres) mais assez allongés (plusieurs centaines de kilomètres) et profonds (3 à 7 km), nommés «  aulacogènes », qui se sont mis en place aux étapes finales de la consolidation du socle des régions orientales de la plate-forme européenne, et dont les principaux sont ceux de la Russie moyenne, de Moscou et de la Patchelma. Ils sont remplis de sédiments, en partie volcanogènes, du Protérozoïque ultime (Riphéen) que surmonte une série de sédiments vendiens (Éocambrien) et paléozoïques ; au-delà des aulacogènes, ceux-ci se déposent directement sur le socle cristallin. Les dépôts comblant les aulacogènes représentent une sorte de complexe intermédiaire entre le socle et la couverture. Ils se distinguent des séries de la couverture par le nombre plus élevé de dislocations, par la présence des séries volcanogènes et, parfois, par un faible métamorphisme.

Synéclise de Moscou

Synéclise de Moscou

Dessin

Coupe géologique de la synéclise de Moscou 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans les limites des dalles se distinguent nettement de vastes zones de subsidence (synéclises) et de larges voûtes à structure très di [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUSSE PLATE-FORME  » est également traité dans :

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 012 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Au Carbonifère : la chaîne hercynienne et les bassins houillers »  : […] Le Carbonifère débute par une large transgression marine sur le continent nord-européen comme en témoignent les calcaires à Coraux, Crinoïdes et Brachiopodes des séries d'âge dinantien de l'Ardenne, de l'Irlande et de la chaîne Pennine en Grande-Bretagne. L'étalement des mers épicontinentales se maintient plus longuement sur la plate-forme russe (bassin de Moscou au Carbonifère moyen), tandis qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geologie/#i_34685

LADOGA LAC

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 372 mots

Situé au nord-est de Saint-Pétersbourg, le lac Ladoga est le plus vaste des lacs européens : son plan d'eau couvre 17 700 kilomètres carrés — 18 400 kilomètres carrés s'il est tenu compte de la superficie des six cent soixante îles de plus d'un hectare qui le parsèment — et renferme 908 kilomètres cubes d'eau, ce qui représente trente et une fois la superficie du lac Léman et vingt-quatre fois son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-ladoga/#i_34685

OURAL

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 4 070 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Géologie »  : […] La chaîne varisque de l'Oural, dont la genèse était amorcée dès le Précambrien et pratiquement achevée à l'aurore du Mésozoïque, sépare la plate-forme russe, européenne (dite aussi d'Europe orientale), de la plate-forme sibérienne, asiatique. D'orientation méridienne, elle présente dans sa partie occidentale des courbures légères, notamment dans la région d'Oufimsk, face à une saillie anticlinale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oural/#i_34685

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 550 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Avantages et contraintes de l'immensité »  : […] De Kaliningrad au détroit de Béring, la Russie s'étend sur 10 000 kilomètres ; des îles Severnaïa Zemlia (îles de la Terre du Nord) à la frontière chinoise, sur 3 500 kilomètres. Une telle étendue multiplie les ressources minières, mais de telles distances ne peuvent qu'en contrarier la mise en valeur. À l'ouest, la plate-forme russe alterne vastes dépressions (100 à 200 m d'altitude) et immenses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_34685

Voir aussi

Pour citer l’article

Alekseï BOGDANOFF, « RUSSE PLATE-FORME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plate-forme-russe/