PIERRE saint (mort en 64)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cours de l'histoire de l'Église, on a de plus en plus considéré Pierre comme le premier pape. Mais l'on ne sait que peu de choses sur le personnage historique de Simon Barjona. Sa théologie reste à peu près inconnue, puisqu'on ne peut pas assurer quelles traditions remontent réellement jusqu'à lui. Pour l'Église romaine, la signification théologique de Pierre repose principalement sur la prééminence de ce dernier dans l'histoire du salut. Pour rester l'Église apostolique, la communauté chrétienne doit se référer constamment à ses origines historiques.

Le problème historique

Ce n'est qu'en procédant avec la plus grande prudence que l'on peut tenter d'évaluer le rôle joué par Simon Barjona avant Pâques. D'après les Évangiles, Jésus lui-même aurait donné à ce pêcheur galiléen – qui apparaît partout comme le porte-parole des disciples – le nom de « Pierre » (c'est-à-dire « Rocher », en araméen Képha, en grec Petros).

On se trouve sur un terrain un peu plus sûr lorsqu'on aborde la question du rôle de Simon dans l'Église primitive. On peut admettre que Pierre assuma la direction de la communauté pendant les premières années. Mais il dut bientôt céder sa place à Jacques, le frère de Jésus, à la suite de quoi il exerça une activité missionnaire à l'extérieur de Jérusalem.

Au début du livre des Actes des Apôtres, l'auteur décrit assez clairement comment Pierre dirigeait la communauté mère de Jérusalem. Toutefois, le détail du récit de Luc n'est pas historique. En revanche, Paul rapporte – dans son Épître aux Galates (i, 18), qui date du milieu des années cinquante et dont l'authenticité n'est pas mise en doute – qu'il s'était rendu, trois ans après sa conversion, à la Cité de Dieu pour une quinzaine de jours afin d'y faire la connaissance de « Céphas ». Il en ressort que Simon était probablement, aux yeux de Paul, l'homme le plus important de l'Église, et cela même si Paul ne lui a pas reconnu une primauté particulière.

Au cours des années quarante, Simon semble avoir quitté le centre de l'Église. Peut-être y fut-il contraint par la fraction judéo-chrétienne de stricte obédience qui s'était groupée autour de Jacques et qui estimait que Pierre était trop favorable à la liberté devant la loi et à l'évangélisation des gentils et qu'il se rapprochait un peu trop de la position de Paul. Dans son récit concernant la réunion des Apôtres dans la Ville sainte, Paul cite un ancien procès-verbal conciliaire, selon lequel le Ressuscité aurait confié à Pierre (peut-être lorsqu'il apparut pour la première fois à celui-ci ; cf. I Cor., xv, 5) « l'Évangile pour les circoncis » (Gal., ii, 7). Dans la seconde moitié des années cinquante, Paul atteste indirectement une activité missionnaire de Pierre : « N'avons-nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres Apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas ? » (I Cor., ix, 5). On peut supposer qu'au cours de ses voyages Simon s'est également rendu en Galatie et à Corinthe, où il y avait un parti de Céphas (I Cor., i, 12).

Après avoir dirigé l'Église d'abord avec les Douze, Pierre semble mener la barque pendant un certain temps comme membre du collège des « colonnes » (Gal., ii, 9), triumvirat auquel appartiennent également Jacques, le « frère du Seigneur », et Jean, fils de Zébédée, et qui agit avec les Apôtres et les anciens. À l'époque où Paul le réprimande à Antioche (Gal., ii, 11 sqq.), Pierre, qui vit maintenant dans la « crainte » de Jacques, semble avoir perdu son autorité. Selon les Actes (xxi, 17-26), Paul, lors de son dernier passage dans la capitale juive, trouve Jacques comme seul responsable – avec les anciens – de la communauté chrétienne. Dans les Actes, Simon disparaît de la scène à partir de xv, 7. Aussi la fin de la vie de Pierre reste-t-elle pour l'historien dans l'obscurité. Toujours est-il qu'on peut supposer, d'après les sources et les dernières découvertes archéologiques, que Pierre a bel et bien subi l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PIERRE saint (mort en 64)  » est également traité dans :

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 494 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Premières affirmations de la primauté papale »  : […] Après la paix constantinienne (311-313), l'Église, enfin libre de vivre de façon publique, eut à préciser les structures de sa vie œcuménique. Devait-elle se créer, au plan canonique, une organisation de cette vie : conciles, ordre des sièges et des patriarcats ? Ce sera l'idée suivie en Orient. Ou bien en avait-elle déjà le principe dans sa structure apostolique ? C'était la position romaine. Dep […] Lire la suite

PIERRE ACTES DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 437 mots
  •  • 1 média

La première mention de l'ouvrage intitulé Actes de Pierre se trouve chez Eusèbe ( Histoire ecclésiastique , III, iii , 2). Pourtant il est cité par Hippolyte, Origène et plusieurs autres. Il semble avoir été composé en 190 environ, en Syrie ou en Palestine. On n'en possède pas le texte complet, mais divers recoupements permettent d'en reconstituer les trois quarts. La plus grande partie nous est […] Lire la suite

PIERRE APOCALYPSE DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 483 mots

La plus importante des Apocalypses apocryphes, l' Apocalypse de Pierre , a été regardée comme canonique par plusieurs Pères de l'Église ancienne, en particulier par Clément d'Alexandrie ainsi que dans le Canon de Muratori (Hippolyte ?). Eusèbe de Césarée, au iv e  siècle, puis Jérôme la rejetèrent. Le texte fut perdu, sauf quelques bribes, jusqu'à la fin du xix e siècle. Un fragment grec en fut […] Lire la suite

PIERRE ÉPÎTRES DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 778 mots

Dans le Nouveau Testament, deux textes revendiquent le nom de Pierre comme celui de leur auteur, la première Épître de Pierre et la seconde Épître de Pierre. L'une et l'autre présentent des caractères très particuliers. La première Épître de Pierre est plutôt une homélie habillée en lettre afin d'avoir les prétentions d'une véritable encyclique. Écrite à Rome, elle était destinée à des païens conv […] Lire la suite

PIERRE & DES DOUZE APÔTRES ACTES DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 163 mots

Assez bien conservé dans la bibliothèque gnostique de Nag Hammadi (Codex VI), le texte intitulé Actes de Pierre et des douze Apôtres est différent des Actes de Pierre . Il relate la mission de Pierre et des Apôtres, qui les entraîne dans une certaine ville où un marchand de perles, nommé Lithargoël, invite les pauvres à se rendre dans sa propre cité. Renonçant à tout, Pierre et ses compagnons par […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

Le 2, le pape Jean-Paul II meurt. Atteint de la maladie de Parkinson depuis neuf ans et très diminué physiquement depuis quelques années, il avait été admis à l'hôpital Gemelli de Rome, le 1er février, à la suite d'une mauvaise grippe. Une rechute avait nécessité une nouvelle hospitalisation le 24 février. Rentré le 10 mars au Vatican, il n'avait participé à aucune cérémonie de la semaine sainte et n'avait pu prononcer la bénédiction urbi et orbi lors de la fête de Pâques. […] Lire la suite

24-25 mai 1989 France. Arrestation de Paul Touvier

L'ancien chef du service de renseignements de la milice de Lyon en 1943 et 1944, condamné deux fois à la peine de mort par contumace, gracié en 1971 par le président Georges Pompidou, était recherché pour « crimes contre l'humanité » (crimes imprescriptibles) commis par la milice contre des juifs et des résistants pendant l'Occupation. Il est arrêté par la section de recherches parisienne de la gendarmerie au prieuré intégriste Saint-François de Nice, où il se cachait, avec sa femme et ses deux fils. […] Lire la suite

24-28 décembre 1982 France. Mort de Louis Aragon

Le 24, l'écrivain Louis Aragon s'éteint à son domicile parisien. Il était âgé de quatre-vingt-cinq ans. Le 28, le P.C.F. rend un hommage public, devant son siège, place du Colonel-Fabien, au poète qui était membre du comité. Après les déclarations de Pierre Mauroy et de Georges Marchais, la dépouille de l'écrivain est transportée à Saint-Arnoult-en-Yvelines où elle est inhumée aux côtés d'Elsa Triolet. […] Lire la suite

13 mai - 7 juin 1981 Vatican. Attentat contre le pape Jean-Paul II

Le 3 juin, le pape quitte la clinique pour regagner le Vatican, où il effectue sa première apparition publique le 7 juin, pour la Pentecôte, dans la basilique Saint-Pierre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Félix CHRIST, « PIERRE saint (mort en 64) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre/