PIERRE ACTES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La première mention de l'ouvrage intitulé Actes de Pierre se trouve chez Eusèbe (Histoire ecclésiastique, III, iii, 2). Pourtant il est cité par Hippolyte, Origène et plusieurs autres. Il semble avoir été composé en 190 environ, en Syrie ou en Palestine. On n'en possède pas le texte complet, mais divers recoupements permettent d'en reconstituer les trois quarts.

La plus grande partie nous est parvenue dans une version latine appelée Actes de Verceil (Actus Vercellenses) à cause du lieu où fut découvert le manuscrit. Le véritable titre en est Actus Petri cum Simone. L'ouvrage raconte, en effet, qu'après le départ de Paul de Rome pour l'Espagne (récit probablement ajouté après coup), Simon le Magicien arrive à Rome et trouble les chrétiens par ses miracles. À Jérusalem, le Christ apparaît à Pierre et lui apprend que la communauté romaine a succombé au charme de Simon. Pierre arrive en hâte à Rome et va reconquérir les fidèles par un grand concours de miracles, où Simon et lui rivalisent d'originalité. La lutte suprême a lieu sur le Forum où, après diverses merveilles, Simon s'envole vers le ciel. Mais il en retombe et meurt. C'est le triomphe pour Pierre ; beaucoup de païens viennent à lui et adoptent la chasteté totale. Mais c'est aussi sa perte, car le préfet de Rome va le livrer à la mort. Ce récit, conservé en latin, se trouve aussi dans un texte grec (Martyre du saint apôtre Pierre). On y lit l'épisode bien connu du Quo vadis et l'histoire de la crucifixion la tête en bas. On trouve les textes grec et latin de cet ouvrage dans R. A. Lipsius et M. Bonnet, Acta apostolorum apocrypha (Leipzig, 1891) ; une édition française en a été donnée par L. Vouaux (Les Actes de Pierre, Paris, 1922).

La Chute de Simon le Magicien

La Chute de Simon le Magicien

photographie

La Chute de Simon le Magicien, chapiteau du collatéral sud de la nef, basilique Sainte-Madeleine de Vézelay, XIIe siècle. Le style expressionniste de la sculpture romane sert le message transmis aux fidèles : récit structuré, effet dynamique, et surtout distinction claire des figures entre... 

Crédits : Laurence Caillaud

Afficher

Les Actes de Pierre présentent d'emblée les caractéristiques d'un christianisme très archaïque dans lequel s'expriment des doctrines qui furent très tôt suspectes de subordinatianisme, de docétisme, et surtout de l'ascétisme accusé qu'on appellera plus tard « encratisme » et qui s'oppose au mariage et à la propriété des biens. Ces doctrines entraînèrent le discrédit de l'ouvrage, qui fut mis de côté au ve siècle, mais continua d'être lu. En raison de son allure romanesque, on ne peut pas en tirer des renseignements historiquement sûrs. En revanche, son contenu doctrinal est une mine inépuisable pour ceux qui s'intéressent aux diverses formes du christianisme primitif.

—  Jean HADOT

Écrit par :

  • : professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  PIERRE ACTES DE  » est également traité dans :

SIMON LE MAGE ou LE MAGICIEN (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 286 mots
  •  • 2 médias

Selon les Actes des Apôtres ( viii , 9-24), Simon était un magicien, qui opérait en Samarie et se faisait appeler la Puissance de Dieu, la Grande. Converti par la prédication de Philippe, il reçut le baptême. Mais, quand il offrit de l'argent à Pierre pour obtenir le pouvoir de donner lui aussi le Saint-Esprit en imposant les mains (de là vient le nom de simonie), Pierre le repoussa violemment. Se […] Lire la suite

Les derniers événements

21 mars 2005 • France • Remise du rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l'homme.

La Commission nationale consultative des droits de l'homme remet son rapport pour 2004 au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, à l'occasion de la Journée internationale contre le racisme. Évoquant une évolution « dangereuse » de la situation en France, le document relève une augmentation de 88 p. 100 des faits racistes et antisémites enregistrés par rapport à 2003, soit 1 565 contre 833. Les actes antisémites représentent 62 p. 100 du total.  [...] Lire la suite

4 septembre 2001 • France • Condamnation de l'évêque de Bayeux et Lisieux pour non-dénonciation d'actes de pédophilie.

Le 4, le tribunal correctionnel de Caen condamne Mgr Pierre Pican, évêque de Bayeux et Lisieux (Calvados), à trois mois de prison avec sursis pour « non-dénonciation de mauvais traitements ou d'atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ». Mgr [...] Lire la suite

3-25 mai 1999 • France • Mise en examen du préfet Bernard Bonnet et arrestation des assassins du préfet Claude Érignac.

pour l'État, la République, le gouvernement aussi et pour la Corse ». Le 5, le Conseil des ministres nomme Jean-Pierre Lacroix préfet de la région Corse. Le même jour, Bernard Bonnet et son directeur de cabinet sont mis en examen pour « complicité de destruction de biens par incendie en bande [...] Lire la suite

1er-20 février 1993 • France • Controverse autour d'un prêt de Roger-Patrice Pelat à Pierre Bérégovoy.

Le 1er, le juge d'instruction manceau Thierry Jean-Pierre établit l'existence d'un prêt sans intérêt de 1 million de francs accordé en septembre 1986 par Roger-Patrice Pelat à l'actuel Premier ministre Pierre Bérégovoy – alors ancien ministre de l'Économie et député [...] Lire la suite

5-31 mai 1988 • France • Polémique autour de la libération sanglante des otages d'Ouvéa et recherche de solutions politiques en Nouvelle-Calédonie

de conciliation est chargée de « rétablir le dialogue » sur le territoire. Sous la coordination du préfet Christian Blanc, elle regroupe six personnes, dont trois représentants de l'Église catholique, de la Fédération protestante, et du Grand Orient de France. Le 19, Jean-Pierre Chevènement, nouveau ministre [...] Lire la suite

7-28 septembre 1987 • Afrique - France • Libération d'un coopérant français et visites à Paris des chefs d'État angolais et mozambicain

Le 7, Pierre-André Albertini, coopérant français détenu depuis octobre 1986 dans le bantoustan du Ciskei (enclave du sud-est de l'Afrique du Sud, dont seule Pretoria reconnaît l'indépendance), et condamné le 20 mars à quatre ans de prison pour avoir refusé de témoigner à charge contre cinq détenus [...] Lire la suite

23-28 février 1987 • France • Condamnation de Georges Ibrahim Abdallah à la peine maximale

Le 23 s'ouvre au palais de justice de Paris le procès de Georges Ibrahim Abdallah. Le chef présumé des Fractions armées révolutionnaires libanaises (F.A.R.L.) comparaît devant la cour d'assises sans jurés, habilitée à juger les actes de terrorisme par la loi du 9 septembre 1986 ; cette loi [...] Lire la suite

6-20 février 1985 • France • XXV<SUP>e</SUP> Congrès du P.C.F.

de la crise au profit du grand capital » suivie par les gouvernements Mauroy et Fabius et les « contradictions entre les engagements et les actes du Parti socialiste », le secrétaire général du P.C.F. insiste sur la nécessité de « construire un nouveau rassemblement populaire majoritaire » et critique [...] Lire la suite

2-31 juillet 1984 • France • Remplacement du Premier ministre Pierre Mauroy par Laurent Fabius

Le 2 s'ouvre à l'Assemblée nationale la session extraordinaire du Parlement : le Conseil des ministres autorise Pierre Mauroy à engager la responsabilité de son gouvernement sur le vote en deuxième lecture du projet de loi sur la presse. L'opposition multiplie les manœuvres d'obstruction visant à [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean HADOT, « PIERRE ACTES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actes-de-pierre/