LAPLACE PIERRE SIMON DE (1749-1827)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Exposition du système du monde »

Au fur et à mesure de la découverte de corrections à apporter à une conception simpliste de l'ordre de l'Univers, nul ne s'était hasardé au xviiie siècle à reprendre le projet d'une explication générale, cher aux auteurs du siècle précédent. Tandis que l'attraction newtonienne s'imposait à l'opinion savante, le problème de la stabilité d'un univers soumis à cette attraction apparaissait difficile, sinon paradoxal. Divers auteurs avaient été amenés à imaginer des actions compensatrices, soit en compliquant la loi des actions entre deux points matériels (Rudjer Josip Bošković), soit en introduisant la résistance d'un fluide, l'éther, baignant tous les corps célestes.

Laplace rend compte de la stabilité de l'Univers sans faire appel à aucune de ces hypothèses, en utilisant les compensations que les mouvements de rotation permettent par l'intervention de forces centrifuges dans la lutte contre les tendances à la concentration que les attractions devraient normalement entraîner.

Mais il ne lui suffit pas de comprendre mathématiquement comment l'attraction est compatible avec la stabilité des distances entre les astres, il veut encore saisir une explication de ce phénomène singulier que constitue le mouvement des planètes et de leurs satellites, dans le même sens, à peu près dans un même plan et dans des orbes presque circulaires.

C'est alors que Laplace, s'inspirant des observations de William Herschel sur un grand nombre de nébuleuses lointaines, élabore une hypothèse générale appelée à une grande célébrité : tous les corps de l'Univers se seraient formés au sein d'une nébuleuse primitive, extrêmement diffuse et chaude, sous l'effet conjugué du refroidissement et de la condensation. Les figures stables que les lois de la mécanique permettent de prévoir pour les rassemblements de molécules sous ce double effet sont, comme le montre Laplace, des anneaux en rotation autour de leur axe, eux-mêmes susceptibles de participer comme éléments à des anneaux de dimensions relatives considérables. Mais le maintien de ces figures suppose une régularité dans le phénomène conjugué de condensation et de refroidissement qui a dû être extrêmement rare, puisque le système solaire n'en offre à l'époque qu'un seul exemple (les anneaux de Saturne). Presque toujours, affirme Laplace, chaque anneau a dû se rompre en plusieurs masses qui ont continué à circuler tout en étant susceptibles de former de nouveaux amas, d'où la formation de noyaux sphéroïdiques et de systèmes d'astres emboîtés les uns dans les autres, chaque système étant caractérisé par un même sens de rotation pour les noyaux et les satellites qui le composent.

Le complexe des anneaux de Saturne vu par Voyager-1 

Photographie : Le complexe des anneaux de Saturne vu par Voyager-1 

Observés depuis la Terre, les anneaux de Saturne paraissent relativement homogènes. Ce sont les sondes spatiales Pioneer-11 et, surtout, Voyager-1 et 2 qui ont révélé leur extrême complexité. Ainsi, sur cette mosaïque de deux images acquises par Voyager-1 le 6 novembre 1980 depuis une... 

Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

Afficher

Les comètes, auxquelles il avait été conduit à assigner une densité très faible, apparaissent à Laplace comme des témoins du processus général ayant échappé à la division, précisément à cause de leur ténuité, et étrangers au système solaire.

On ne saurait, ici, s'étendre davantage. L'Exposition du système du monde de Laplace (1re éd. 1796, 5e éd. 1824) appartient d'ailleurs à l'histoire et peu de chose en demeure, sinon l'exemple d'un remarquable effort de synthèse sur l'ensemble des connaissances physiques et d'une recherche méthodique à partir de faits suggestifs. Dans la mesure même où l'ouvrage ne fait volontairement aucun appel à des « causes finales », l'énorme influence qu'il a exercée sur son temps et en dehors du milieu scientifique a souvent conduit à considérer Laplace comme un prophète de l'incroyance religieuse. Il n'a pu cependant apparaître tel qu'à ceux dont les connaissances scientifiques étaient insuffisantes et qui ne pouvaient le lire que superficiellement. Profondément conscient de l'étendue de notre ignorance, Laplace n'a cherché en fait qu'à réduire la part trop aisément accordée à un hasard aveugle afin de ne pas exagérer indûment les limites de la science.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAPLACE PIERRE SIMON DE (1749-1827)  » est également traité dans :

THÉORIE ANALYTIQUE DES PROBABILITÉS (P. S. de Laplace)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL, 
  • Universalis
  •  • 359 mots

LaThéorie analytique des probabilités, commencé en 1795, publié en 1812 et réédité deux fois du vivant de l'auteur, Pierre Simon de Laplace (1749-1827), représente la pierre angulaire de l'œuvre de celui-ci.Ce traité répond parfaitement à son titre. Il définit de manière précise la probabilité en considérant d'abord, pour […] Lire la suite

ASYMPTOTIQUES CALCULS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cas des intégrales »  : […] Il s'agit d'étudier le comportement asymptotique des restes des intégrales convergentes : ou d'évaluer des intégrales divergentes : Cette étude s'effectue en deux étapes. On se ramène au cas où f appartient à une échelle classique de comparaison, grâce au théorème d'intégration des relations de comparaison : Théorème . Si f et g sont positives et équivalentes au voisinage de + ∞, alors : – dan […] Lire la suite

DELAMBRE JEAN-BAPTISTE (1749-1822)

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes ARLOT
  •  • 1 059 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Delambre, astronome »  : […] En 1781, Delambre publie des tables d'Uranus donnant les positions célestes de cette planète découverte le 13 mars de cette même année par l’astronome britannique William Herschel (1738-1822). En 1786, il présente à l'Académie des sciences un compte-rendu d'observation du passage de Mercure devant le Soleil du 4 mai 1786, ce qui marque le début de sa carrière d'astronome observateur. À partir de 1 […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication par le hasard et la genèse de l'ordre »  : […] Dans les cosmogonies des premiers philosophes grecs, le chaos, état homogène, indifférencié et confus, précède l'ordre. Platon attribue l'ordre à l'initiative d'un démiurge, qui ne crée rien, mais impose à une matière informe préexistante une organisation calquée d'après l'univers des idées. Dans les doctrines créationnistes dérivées du christianisme, le problème de l'origine de l'ordre ne se po […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Atomes, forces, univers »  : […] Dans sa forme classique, la théorie mécanique comporte la définition de trois concepts : la description de l'état instantané d'un système de points matériels, la loi du mouvement (sous forme intégrale ou sous forme différentielle), et la nature des forces qui s'exercent sur le système. Pour déterminer l'état mécanique d'un système de points matériels à un instant donné, il faut en caractériser la […] Lire la suite

FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 19 540 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Subdivisions à pas constant »  : […] Lorsque S est une subdivision de [α, β] à pas constant h  = (β − α)/ n , il est commode d'étudier d'abord le cas où h  = 1 et α = 0, et donc β =  n  − 1 ; le noyau interpolateur s'écrit alors : Pour calculer le polynôme interpolateur L S ( g ), où g est définie sur [0, n  − 1], on introduit l'opérateur de Bernoulli Δ, à savoir l'endomorphisme de C [X] défini par la relation : L'étude de cet endom […] Lire la suite

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1697 En s'appuyant sur les travaux de Johann Joachim Becher, Georg Ernst Stahl nomme phlogistique le principe combustible de « corps souterrains », c'est-à-dire des matériaux. 1754 J. Black désigne du nom d'« air fixé » le gaz (CO 2 ) qui s'échappe de la craie attaquée par un acide. 1766 Henry Cavendish, faisant agir l'acide sulfurique sur le fer, découvre l'« air inflammable » (H 2 ). 1773 J. […] Lire la suite

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibre gravitationnel et relaxation de l'énergie dans les étoiles »  : […] Après la percée décisive que constituait la mesure de G, l'interprétation physique des phénomènes gravitationnels progressa peu durant près d'un siècle, si l'on excepte quelques spéculations audacieuses qui préfiguraient la théorie moderne des trous noirs : John Michell lui-même, dès 1784, puis Pierre Simon de Laplace, en 1796, montrèrent qu'un corps suffisamment massif et compact pourrait avoir […] Lire la suite

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Laplace à Monod »  : […] Le « démon de Laplace », figure emblématique du déterminisme physique, apparaît aux premières pages de l' Essai philosophique sur les probabilités (1814). Tout au long de son essai, Laplace traitera d'un monde incertain, à propos duquel les jugements sont indécis, et le démon qu'il introduit a pour fonction d'interpréter la différence entre ce monde, qui est celui des pratiques quotidiennes, et […] Lire la suite

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Interpolation des fonctions »  : […] Comme nous l'avons signalé, l'interpolation linéaire était déjà utilisée par l'école d'Alexandrie. C'est Briggs qui systématisa l'emploi de l'interpolation pour l'établissement des tables de logarithmes et des tables trigonométriques, via le calcul des différences finies. Gregory et Newton étendirent le calcul des différences finies aux fonctions quelconques. Newton distingue le cas des pas con […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « LAPLACE PIERRE SIMON DE - (1749-1827) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-simon-de-laplace/