PUGET PIERRE (1620-1694)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès le début du xviiie siècle, Puget fut célébré comme « le Michel-Ange de la France ». De Falconet à David d'Angers, de Rude à Rodin, de Delacroix à Cézanne, innombrables sont les témoignages d'admiration, parfois critique, pour la puissance pathétique du sculpteur, en qui Théophile Gautier reconnaît « le plus grand statuaire de son époque » et que Charles Baudelaire célèbre comme l'un des « phares » de l'humanité. Installé dans une salle Puget ouverte au Louvre en 1824, son Milon de Crotone contribua à l'imposer au xixe siècle comme l'un des représentants du génie français, le pendant de Poussin pour la sculpture. Dénoncé au début du xxe siècle par l'histoire de l'art nationaliste comme l'un des fourriers de l'italianisme, contraire à l'esprit de mesure français d'un Goujon ou d'un Girardon, Puget parut inversement sans doute trop classique pour bénéficier pleinement d'un nouveau retournement du goût en faveur du baroque. De la première monographie scientifique (1970) à l'exposition pour le tricentenaire de sa mort (1994), l'historiographie a développé le catalogue de ses œuvres sculptées, au-delà des grands morceaux qui ont fait sa gloire ; elle a redécouvert son activité de peintre et de dessinateur, négligée (dix-sept peintures, une centaine de dessins), et d'architecte, mal mesurée ; elle a su aussi démonter la légende romantique, noire et glorieuse, de l'artiste provincial, oublié du pouvoir et se dressant contre l'absolutisme, « âme souffrante d'un siècle malade » (Michelet), légende qui a entretenu efficacement sa mémoire, mais brouillé son image. L'inscription qu'il apposa sur plusieurs de ses œuvres, « P. Puget Massil. Sculp. Arch. et Pic. » (Pierre Puget, Marseillais, sculpteur, architecte et peintre), atteste ses ambitions d'artiste universel, qui sut revendiquer et faire reconnaître sa liberté de création, comme Michel-Ange et Bernin, auxquels on peut et on doit sans doute le comparer pour lui rendre justice.

Milon de Crotone, P. Puget

Photographie : Milon de Crotone, P. Puget

Pierre Puget (1620-1694), Milon de Crotone, groupe en marbre, 1671-1682. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

De la sculpture à la peinture, une carrière provinciale

Né le 16 octobre 1620, à Marseille, orphelin deux ans plus tard de son père maître maçon, Pierre Puget fut élevé par ses deux frères Jean et Gaspard, tailleurs de pierre et maîtres maçons (le second finit par s'imposer comme architecte de la ville de Marseille). Après un apprentissage de quatre ans, à Marseille, auprès du sculpteur Jean Roman (nov. 1634-nov. 1638), Puget partit, comme tant d'artistes européens de sa génération, pour l'Italie, où il séjourna pendant cinq ans (1639-1643). De Florence, où il put parfaire son éducation artistique sur les chantiers du grand-duc, il gagna Rome, où il suivit vers 1640 Pierre de Cortone, qui achevait le décor du palais Barberini. De retour en Provence au printemps de 1644, Puget accompagna à Rome en 1646 un père feuillant, mandaté par la reine Anne d'Autriche, pour dessiner des antiques. À la mort de son compagnon, il rentra en France et s'installa à Toulon, où il se maria en 1647.

Dans les douze ans qui suivirent, Puget s'affirma peu à peu comme l'un des meilleurs artistes de Provence. Associé à son frère Gaspard, il donna des modèles pour les sculptures des navires de l'arsenal et pour quatre fontaines de la ville (1649-1650) ; il réalisa quelques bas-reliefs sur bois (Adoration des bergers et Adoration des mages, signés, datés, 1653, coll. part.), ou de terre cuite (Lapidation de saint Étienne, signé, vers 1654, musée des Beaux-Arts, Marseille) ; mais il semble avoir eu essentiellement une activité de peintre, comme le suggèrent les marchés qui le qualifient de « maître peintre » de la ville de Toulon ou de la ville de Marseille. Il peignit de petits tableaux de dévotion (Sainte Cécile, 1651 ; La Vierge apprenant à lire à l'Enfant Jésus, 1656, signés, datés ; et sans doute le Sommeil de l'Enfant Jésus, au somptueux cadre sculpté ; tous trois au musée des Beaux-Arts de Marseille), mais aussi des tableaux d'autels pour des églises de Toulon, pour la cathédrale de Marseille (Baptême de Constantin et Baptême de Clovis, 1653 ; Salvator mundi, 1655 ; aujourd'hui au musée des Beaux-Arts de Marseille), et pour la chapelle du collège des jésuites d'Aix (Annonciation et Visitation, 1658-1660, à Aix-en-Provence, respectivement au musée des Tapisseries et au musée [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Milon de Crotone, P. Puget

Milon de Crotone, P. Puget
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Alexandre et Diogène, P. Puget

Alexandre et Diogène, P. Puget
Crédits : Giraudon/ Art Resource, New York

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PUGET PIERRE (1620-1694)  » est également traité dans :

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 276 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Ambitions colossales à l'époque moderne »  : […] Les témoignages écrits sur ces statues, les énormes figures exhumées lors de fouilles comme celles qui furent découvertes sous le pontificat de Paul III (1534-1549) dans les thermes de Caracalla et qui entrèrent aussitôt dans les collections des Farnèse ( Hercule , Flore , Le Taureau du musée de Naples) ont inspiré les sculpteurs maniéristes. À Florence, le David de Michel-Ange (1501-1504) f […] Lire la suite

FALCONET ÉTIENNE (1716-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 567 mots
  •  • 1 média

Le destin d'Étienne Maurice Falconet est l'un des plus curieux qu'offre l'histoire de la sculpture française ; son œuvre répond en effet à deux veines d'inspiration si distinctes que l'on ne dirait pas qu'un seul artiste ait pu concevoir et exécuter l'ensemble. Enfant d'un milieu humble, Falconet eut la chance de s'imposer jeune à l'attention de Lemoyne et de conquérir son amitié. Il fut toute sa […] Lire la suite

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un exemple : la France »  : […] En France, par manque d'argent ou de volonté politique, les édiles se contentèrent d'abord d'installations improvisées. Il faut attendre la fin du xv e  siècle et surtout le xvi e  siècle pour que se réalisent quelques entreprises d'envergure telles que Compiègne, Saumur, Beaugency et surtout Paris, où l'architecte italien Dominique de Cortone dit le Boccador dessine les plans du premier grand p […] Lire la suite

LIGURIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX, 
  • Giovanna TERMINIELLO ROTONDI
  •  • 2 788 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sculpture et architecture »  : […] L'évolution de la sculpture est comparable aux transformations de la peinture ; les formes maniéristes du Cinquecento se transmirent dans les œuvres de dynasties de sculpteurs, les Carlone et les Orsolino, jusqu'à ce que la venue, en 1661, du Français Pierre Puget importe le nouveau ton du baroque romain. La même année, un sculpteur génois, Filippo Parodi, revient de Rome, riche d'influences bern […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MIGNOT, « PUGET PIERRE - (1620-1694) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-puget/