PUGET PIERRE (1620-1694)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Michel-Ange de France

En juillet 1668, sollicité pour diriger l'atelier de sculpture de l'Arsenal de Toulon, Puget quitta Gênes, où il retourna cependant régulièrement, pour achever son Assomption, régler diverses affaires et laisser active la menace constamment brandie, dans ses négociations avec Colbert et Villacerf, de quitter la France.

Outre des projets pour l'extension de l'Arsenal, écartés pour être trop ambitieux, Puget dessina régulièrement, jusqu'au 1er janvier 1679, date de son licenciement de l'atelier, plus irrégulièrement après, des modèles pour plus d'une trentaine de navires, dont la richesse se heurta bientôt aux recommandations de les alléger selon la mode anglaise.

Mais, marquant qu'il souhaitait surtout servir le roi comme sculpteur, Puget avait obtenu de Colbert, en décembre 1670, l'autorisation de sculpter trois blocs de marbre pour le roi et la permission de choisir ses sujets. Ce seront le Milon de Crotone, un Persée délivrant Andromède et le bas-relief monumental d'Alexandre et Diogène, tous trois aujourd'hui au Louvre. Une étude conservée au musée des Beaux-Arts de Rennes permet de saisir la première invention pour le Milon : arquebouté en oblique, la main prise dans le tronc qu'il a voulu fendre, Milon est attaqué de dos par un lion, tandis que sa toge glisse sur son bras. Au-delà des notions de classique et de baroque, qui n'ont pas de sens dans l'esthétique du xviie siècle et qu'il vaudrait mieux abandonner, le groupe de Puget apparaît comme la tentative réussie de rivaliser avec le groupe antique du Laocoon, alors universellement admiré, dans la représentation puissante d'un corps tendu par la douleur (exemplum doloris) : muscles bandés par l'effort, veines saillantes et visage souffrant, renversé en arrière à la pointe du triangle de la composition. Le marbre, signé et daté 1682, fut mis en place dans les jardins de Versailles, à l'entrée du Tapis vert en 1683. Il suscita immédiatement l'admiration générale, et Louvois écrivit qu'il était prêt à acquérir pour le roi « tout ce que fera ledit Puget, pourvu qu'il soit de la force du Milon ». Commencé en 1678, le Persée, signé et daté 1684, vint lui faire pendant en 1685. Si le thème du troisième bloc avait été choisi dès 1670, dégrossi en 1679, à « deux tiers fait » en 1683, il fut achevé seulement en 1689. Le grand bas-relief organise la scène sur une série d'obliques affirmées, autour des deux figures d'Alexandre et de Diogène, installés au premier plan en un puissant haut-relief, devant un groupe compact de soldats en demi relief au second plan, tandis qu'un fond d'architecture se développe dans la partie haute. En 1692, Puget s'attaqua à un nouveau grand bas-relief, Saint Charles Borromée priant pour les malades de la peste (musée des Beaux-Arts, Marseille), qu'il acheva en deux ans. Dans ce panneau très pictural, Puget maîtrise le passage des quasi rondes-bosses du premier plan aux bas-reliefs écrasés des arrière-plans avec une virtuosité qui lui a permis de dire qu'il s'agissait là d'« une des meilleures choses » qu'il eut faites. En janvier 1694, Puget tenta en vain de le vendre au roi, et à sa mort, le 2 décembre suivant, il se trouvait encore dans son atelier.

Alexandre et Diogène, P. Puget

Photographie : Alexandre et Diogène, P. Puget

Pierre Puget (1620-1694), Alexandre et Diogène, bas-relief en marbre, 1679-1689. Musée des Beaux-Arts, Marseille. 

Crédits : Giraudon/ Art Resource, New York

Afficher

En octobre 1683, Puget écrivait à Louvois : « Je me suis nourri aux grands ouvrages, je nage quand j'y travaille, et le marbre tremble devant moi, pour grosse que soit la pièce. » Marquant bien les préférences de sa jubilation créatrice, il indiquait qu'il avait « quitté le pinceau » « depuis environ vingt ans ». Cependant, Puget, qui signe encore en 1684 son Persée « P. Puget Massil. Sculp. Arch. Et Pic. » (Pierre Puget, Marseillais, sculpteur, architecte et peintre), peignit encore quelques marines et quelques tableaux après 1660, la Sainte Famille au palmier (coll. part.) lors du séjour génois, portraits et autoportraits à usage privé, David tenant la tête de Goliath, 1671 (musée de l'université Laval, Québec), et l'Éducation d'Achille, à l'étrange composition, inachevée dans l'atelier en 1694 (musée des Beaux-Arts, Marseille).

En 1663, peut-être stimulé par ce qu'il avait pu connaître des projets architecturaux de Pierre de Cortone pour Alexandre VII, Puget proposa trois dessins successifs pour l'hôtel de ville de Marseille. Si l'on reconnaît dans le premier l'influence du grand style de Michel-Ange pour les palais de la place du Capitole, le troisième, approuvé en 1666 et exécuté par son frère Gaspard, s'inspire des palais génois d'Alessi. Lorsque Marseille obtint l'autor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Milon de Crotone, P. Puget

Milon de Crotone, P. Puget
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Alexandre et Diogène, P. Puget

Alexandre et Diogène, P. Puget
Crédits : Giraudon/ Art Resource, New York

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PUGET PIERRE (1620-1694)  » est également traité dans :

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 276 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Ambitions colossales à l'époque moderne »  : […] Les témoignages écrits sur ces statues, les énormes figures exhumées lors de fouilles comme celles qui furent découvertes sous le pontificat de Paul III (1534-1549) dans les thermes de Caracalla et qui entrèrent aussitôt dans les collections des Farnèse ( Hercule , Flore , Le Taureau du musée de Naples) ont inspiré les sculpteurs maniéristes. À Florence, le David de Michel-Ange (1501-1504) f […] Lire la suite

FALCONET ÉTIENNE (1716-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 567 mots
  •  • 1 média

Le destin d'Étienne Maurice Falconet est l'un des plus curieux qu'offre l'histoire de la sculpture française ; son œuvre répond en effet à deux veines d'inspiration si distinctes que l'on ne dirait pas qu'un seul artiste ait pu concevoir et exécuter l'ensemble. Enfant d'un milieu humble, Falconet eut la chance de s'imposer jeune à l'attention de Lemoyne et de conquérir son amitié. Il fut toute sa […] Lire la suite

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un exemple : la France »  : […] En France, par manque d'argent ou de volonté politique, les édiles se contentèrent d'abord d'installations improvisées. Il faut attendre la fin du xv e  siècle et surtout le xvi e  siècle pour que se réalisent quelques entreprises d'envergure telles que Compiègne, Saumur, Beaugency et surtout Paris, où l'architecte italien Dominique de Cortone dit le Boccador dessine les plans du premier grand p […] Lire la suite

LIGURIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX, 
  • Giovanna TERMINIELLO ROTONDI
  •  • 2 788 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sculpture et architecture »  : […] L'évolution de la sculpture est comparable aux transformations de la peinture ; les formes maniéristes du Cinquecento se transmirent dans les œuvres de dynasties de sculpteurs, les Carlone et les Orsolino, jusqu'à ce que la venue, en 1661, du Français Pierre Puget importe le nouveau ton du baroque romain. La même année, un sculpteur génois, Filippo Parodi, revient de Rome, riche d'influences bern […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MIGNOT, « PUGET PIERRE - (1620-1694) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-puget/