PROUDHON PIERRE JOSEPH (1809-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Proudhon

Proudhon
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

Kropotkine, vers 1910

Kropotkine, vers 1910
Crédits : Hulton Getty

photographie


Paysan de souche et ouvrier de condition, manuel d'origine et intellectuel d'accession, praticien par profession et théoricien par vocation, pragmatique par tempérament et moraliste par caractère, économiste et sociologue par observation, politique et éducateur par induction, Proudhon apparaît comme un microcosme du peuple français. Sa naissance et sa vie revêtent par elles-mêmes une double et même signification historique : l'avènement du prolétaire à l'intelligence de sa condition et de son émancipation, l'émergence de la société industrielle dans sa dimension planétaire.

Proudhon

Proudhon

photographie

Le journaliste politique français Pierre Joseph Proudhon (1809-1865). Son système de pensée lui fait rejeter le socialisme utopique et forger le concept de socialisme scientifique, fondé sur une science de la société méthodiquement découverte et rigoureusement appliquée.. 

Crédits : Nadar/ Getty Images

Afficher

Dans une œuvre géniale, au foisonnement déconcertant, mais d'une cohérence interne rigoureuse, tous les sujets et les problèmes de l'humanité sont abordés avec un sens surprenant de la projection et de la prospective. « Je sais ce que c'est que la misère, écrit Proudhon. J'y ai vécu. Tout ce que je sais, je le dois au désespoir. » Une telle vie aurait pu faire un aigri. Une formidable santé physique et morale, une prodigieuse intelligence, un tempérament résolument pragmatique en firent un réaliste. Proudhon décide de consacrer sa vie « à l'émancipation de ses frères et compagnons » (lettre à l'académie de Besançon), et, face au monde établi, il se dresse comme « un aventurier de la pensée et de la science ».

Science et liberté, socialisme scientifique et socialisme libéral, libéral car scientifique, et pluraliste parce que libéral : telle est l'originalité de la pensée de Proudhon, par rapport aux socialistes utopiques de son siècle et aux conséquences dogmatiques de la pensée scientifique de Marx. « La souveraineté de la volonté cède devant la souveraineté de la raison, et finira par s'anéantir dans un socialisme scientifique. » « La liberté est anarchie parce qu'elle n'admet pas le gouvernement de la volonté mais seulement l'autorité de la loi [...]. La substitution de la loi scientifique à la volonté [...] est, après la propriété, l'élément le plus puissant de l'histoire. » Proudhon écrit ces lignes en 1840 (Premier Mémoire sur la propriété). Le premier, il forge et applique le concept de socialisme scientifique et lui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, ès sciences économiques, docteur en droit, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne, directeur du Centre d'études et de recherches pour le développement intégré

Classification


Autres références

«  PROUDHON PIERRE JOSEPH (1809-1865)  » est également traité dans :

QU'EST-CE QUE LA PROPRIÉTÉ ? Pierre-Joseph Proudhon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 023 mots
  •  • 1 média

Après un traité de linguistique et un mémoire Sur l'utilité de la célébration du dimanche, Proudhon (1809-1865), esprit indépendant et imprimeur de son état, signe en 1840 une réflexion iconoclaste et restée célèbre sur l'idée de propriété qu'il poursuivra sous forme de deux autres mémoires , en 1841 dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-la-propriete/#i_1277

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 335 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « mutuellisme » »  : […] Proudhon s'efforce d'inscrire la défense de l'autonomie individuelle dans le cadre de la réalité sociale elle-même. Or, pour ce faire, il lui faut lutter contre le pouvoir oppresseur et démoralisant du capital. Afin de l'évincer de la vie sociale et économique, il envisage la suppression du numéraire et la gratuité du crédit et de l'escompte. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_1277

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 808 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La naissance du mouvement ouvrier »  : […] Louis Blanc. Leur conception jacobine d'un socialisme d'État incluant la nationalisation de la production et de la distribution, quitte à voir cet étatisme évoluer vers la démocratie élective, s'oppose en bloc à la conception de Pierre Joseph Proudhon, qui décèle dans ce système le ferment de la tyrannie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_1277

ÉCONOMIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Éric BIDET
  •  • 6 004 mots

Dans le chapitre « L'école de la liberté »  : […] de secours mutuel comme substitut à la mise en place de dispositifs publics obligatoires. C'est une toute autre déclinaison que donne Pierre Proudhon à cette notion de liberté en en faisant le socle de ce qu'il appelle le mutuellisme, « contrat social par excellence », où il tente de rassembler ces deux inconciliables que sont l’autorité et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociale/#i_1277

FÉDÉRALISME

  • Écrit par 
  • Carl Joachim FRIEDRICH
  • , Universalis
  •  • 5 359 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Controverses au XIXe siècle »  : […] nation ». Mais il en sous-estima le caractère durable et refusa de croire en elle. La même dépréciation se retrouve dans la discussion bien connue de Proudhon sur le fédéralisme. Pour ce dernier, comme pour Althusius, le fédéralisme est fait d'incessantes concessions mutuelles entre la communauté globale et les communautés qui la composent. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federalisme/#i_1277

LEFRANÇOIS GUSTAVE (1826-1901)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 399 mots

Sorti deuxième de l'école normale d'instituteurs de Versailles, Gustave Lefrançois ne peut, en raison de ses idées révolutionnaires, exercer son métier. Aussi devient-il commis aux écritures. À la révolution de 1848, il fonde l'Association des instituteurs socialistes. Son programme d'éducation, qu'il publie, le fait arrêter et condamner en juin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-lefrancois/#i_1277

LONGUET CHARLES (1840-1903)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 381 mots

Né à Caen d'une famille monarchiste, Charles Longuet commence ses études de droit et dirige Les Écoles de France et La Rive gauche, organes de l'opposition. Il a alors la réputation d'être blanquiste. Exilé en Belgique, puis à Londres, il entre en janvier 1862 au Conseil général de l'Internationale et devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-longuet/#i_1277

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 534 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La jeunesse (1818-1846) »  : […] combinaison s'esquisse alors chez d'autres théoriciens du mouvement ouvrier (par exemple, Proudhon), sans qu'ils parviennent à surmonter les difficultés qu'elle comporte : de ce fait même, leur position reste largement contradictoire. Cette contradiction a sa contrepartie pratique immédiate : par exemple, dans l'incapacité de reconnaître le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-marx/#i_1277

RAPPORT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 476 mots

de la science sociale. Dès 1823, une publication définit la pensée de Fourier comme la « science des rapports sociaux ». Sans doute inspiré par Fourier, Pierre-Joseph Proudhon emploie cette expression en 1838 dans De la justice dans la révolution et dans l’Église. Dans sa critique de Proudhon, rédigée en français et publiée en 1847, Misère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapport-social/#i_1277

SOREL GEORGES (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Louis SOUBISE
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « Évolution et filiation ambivalentes »  : […] il entend détruire l'État, ce en quoi on trouve plutôt en lui un anarchiste disciple de Proudhon. Comme celui-ci, il voulait promouvoir une organisation spontanée des travailleurs ; d'une certaine façon, il « préfigure les apôtres de l'autogestion » (Polin). Comment un tel dessein rendait-il compatibles la liberté individuelle et la coopération ? […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-sorel/#i_1277

VARLIN EUGÈNE (1839-1871)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 613 mots

Né dans une famille de paysans pauvres, Eugène Varlin entre en apprentissage chez un oncle relieur. Devenu ouvrier relieur, il découvre Proudhon, le lit ardemment, et participe, dès 1857, à la fondation des sociétés de secours mutuel. Très vite, il s'oppose au mutuellisme réformiste que Tolain croyait pouvoir tirer de Proudhon et préconise un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-varlin/#i_1277

VERMOREL AUGUSTE (1841-1871)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 504 mots

Fils d'un instituteur du Rhône, il est journaliste à vingt ans et fonde La Jeune France, qui lui vaut deux condamnations. Il crée, avec un groupe de jeunes proudhoniens, Le Courrier français, qui va connaître une grande audience. « Nous avons relevé, écrit Vermorel dans Le Courrier français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-vermorel/#i_1277

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BANCAL, « PROUDHON PIERRE JOSEPH - (1809-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-joseph-proudhon/