SÉGUIN PHILIPPE (1943-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de l'Assemblée nationale et Premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin a eu à cœur toute sa vie de se montrer digne de son père, héroïque et inconnu, mort pour la France en septembre 1944, et dont il a reçu la médaille militaire le 11 novembre 1949, à six ans et demi.

Philippe Séguin est né le 21 avril 1943 à Tunis. Il y fera ses études primaires avant que l'indépendance du pays ne pousse sa mère, institutrice, à regagner la métropole. Elle s'installe à Draguignan (Var). Lui vit mal ce qu'il considère comme une « dégringolade sociale » – ses grands-parents sont eux aussi rentrés, ruinés. Un besoin de revanche stimulera le jeune homme : après la faculté des lettres d'Aix-en-Provence, il est major de l'Institut d'études politiques d'Aix et intègre l'E.N.A. dont il sort septième (promotion Robespierre, 1970).

Pendant ce temps, il a travaillé et découvert la politique. Il est journaliste au Provençal, le quotidien dirigé par Gaston Defferre. Il milite à la Jeunesse étudiante catholique, à l'U.N.E.F., pour l'indépendance de l'Algérie, s'inscrit à la S.F.I.O., mais fait campagne pour de Gaulle en 1965.

Philippe Séguin, qui a rejoint la Cour des comptes à sa sortie de l'E.N.A., se trouve, trois ans plus tard, appelé à l'Élysée (1973-1974), où il sera chargé de mission, par le secrétaire général de la présidence de la République, Michel Jobert. Après la mort de Georges Pompidou, Philippe Séguin trouve place à la direction de l'Éducation physique et des Sports (1974-1975).

À partir de 1977, son itinéraire se fait plus politique. Il dirige quelques mois le cabinet du secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Christian Poncelet. Puis il rejoint celui de Raymond Barre, à l'hôtel Matignon.

Pour peu de temps. Les élections législatives de 1978, annoncées comme difficiles pour la majorité, approchent. Lui se présenterait bien dans le Var de son enfance. La direction du R.P.R. l'envoie dans une circonscription considérée comme perdue, à Épinal, dan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÉGUIN PHILIPPE (1943-2010)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 266 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La confirmation du malaise de la droite : des élections régionales de 1998 aux européennes de 1999 »  : […] européen en 1999. Le R.P.R. n'arrive à faire liste commune qu'avec Démocratie libérale. Philippe Séguin, président du R.P.R., qui devait conduire la liste avec Alain Madelin, démissionne de ses fonctions à la tête du parti et renonce à se présenter deux mois avant l'échéance, ne se sentant pas assez soutenu par le président de la République. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_98363

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « Une droite de plus en plus divisée »  : […] 2001 à Paris, mais aussi dans d'autres villes, notamment à Lyon. Deux listes ont surgi dans la capitale, l'une conduite par Philippe Séguin, qui a reçu l'investiture du R.P.R., l'autre par le maire sortant, Jean Tiberi, mis en cause dans des « affaires ». Le premier est cependant loin d'être approuvé par l'ensemble de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2000/#i_98363

FRANCE - L'année politique 1998

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « L'impossible union de la droite »  : […] de démissionner de la direction nationale du mouvement gaulliste en décembre. Malgré des débats importants, notamment sur l'Europe, le R.P.R. devait réaffirmer son unité autour de Philippe Séguin, réélu en décembre par les militants président du parti, tandis que Nicolas Sarkozy était confirmé au poste de secrétaire général. Les rivalités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1998/#i_98363

FRANCE - L'année politique 1997

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La droite embarrassée »  : […] La principale évolution s'est produite au sein du R.P.R., avec la prise de pouvoir rapide de Philippe Séguin et la démission forcée d'Alain Juppé. Toutefois, plutôt que de créer un mouvement nouveau et traduisant une sensibilité unique, Philippe Séguin devait choisir de faire figurer dans l'équipe de direction l'ensemble des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1997/#i_98363

R.P.R. (Rassemblement pour la République)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

de sévères règlements de compte : les Français n’ont-ils pas sanctionné une politique ? Le 6 juillet 1997, au cours d’assises extraordinaires, Philippe Séguin est élu président du R.P.R. par 78,85 p. 100 des suffrages exprimés et ne tarde pas à faire savoir qu’il entend exercer son mandat à plein temps, limitant ainsi l’éventuelle concurrence que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rassemblement-pour-la-republique/#i_98363

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « SÉGUIN PHILIPPE - (1943-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-seguin/