SÉGUIN PHILIPPE (1943-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de l'Assemblée nationale et Premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin a eu à cœur toute sa vie de se montrer digne de son père, héroïque et inconnu, mort pour la France en septembre 1944, et dont il a reçu la médaille militaire le 11 novembre 1949, à six ans et demi.

Philippe Séguin est né le 21 avril 1943 à Tunis. Il y fera ses études primaires avant que l'indépendance du pays ne pousse sa mère, institutrice, à regagner la métropole. Elle s'installe à Draguignan (Var). Lui vit mal ce qu'il considère comme une « dégringolade sociale » – ses grands-parents sont eux aussi rentrés, ruinés. Un besoin de revanche stimulera le jeune homme : après la faculté des lettres d'Aix-en-Provence, il est major de l'Institut d'études politiques d'Aix et intègre l'E.N.A. dont il sort septième (promotion Robespierre, 1970).

Pendant ce temps, il a travaillé et découvert la politique. Il est journaliste au Provençal, le quotidien dirigé par Gaston Defferre. Il milite à la Jeunesse étudiante catholique, à l'U.N.E.F., pour l'indépendance de l'Algérie, s'inscrit à la S.F.I.O., mais fait campagne pour de Gaulle en 1965.

Philippe Séguin, qui a rejoint la Cour des comptes à sa sortie de l'E.N.A., se trouve, trois ans plus tard, appelé à l'Élysée (1973-1974), où il sera chargé de mission, par le secrétaire général de la présidence de la République, Michel Jobert. Après la mort de Georges Pompidou, Philippe Séguin trouve place à la direction de l'Éducation physique et des Sports (1974-1975).

À partir de 1977, son itinéraire se fait plus politique. Il dirige quelques mois le cabinet du secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Christian Poncelet. Puis il rejoint celui de Raymond Barre, à l'hôtel Matignon.

Pour peu de temps. Les élections législatives de 1978, annoncées comme difficiles pour la majorité, approchent. Lui se présenterait bien dans le Var de son enfance. La direction du R.P.R. l'envoie dans une circonscription considérée comme perdue, à Épinal, dans les Vosges. Il est élu, et sera député sans discontinuer jusqu'en 2002. En 1983, il conquiert la mairie d'Épinal, qu'il conservera durant quatorze ans. Il fera de la cité vosgienne un laboratoire et une vitrine de son savoir-faire : semaine « anglaise » pour les écoliers (cours le matin, activités de plein air l'après-midi), câble dans presque tous les logements, trophées de la ville de France la plus fleurie, la plus sportive, etc.

Mais c'est d'abord le député qui se fait connaître. Dès son élection, il rédige un rapport préconisant l'abolition de la peine de mort. Après 1981, il est avec un petit groupe (Michel Noir, Charles Millon, François d'Aubert) de tous les combats parlementaires contre les projets socialistes. Au sein du R.P.R., il fait déjà entendre sa différence en s'inquiétant d'une « dérive droitière ». En 1986, le voici à la tête du ministère des Affaires sociales et de l'Emploi. Il fait voter la suppression de l'autorisation administrative de licenciement et le non-remboursement des médicaments « de confort ». Mais il entretient de bonnes relations avec les syndicats et se fait remarquer en conservant à son poste le directeur des relations du travail, Martine Aubry.

La défaite de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1988 ouvre pour Philippe Séguin le temps des frondes. Battu d'une voix par Bernard Pons pour la présidence du groupe R.P.R. à l'Assemblée nationale, il rejoint le mouvement des rénovateurs au printemps de 1989 (avant de quitter prématurément le navire), puis s'allie un an plus tard avec Charles Pasqua pour contester la gestion du R.P.R. par Alain Juppé et l'influence d'Édouard Balladur sur Jacques Chirac.

C'est le débat sur la ratification du traité de Maastricht qui va définitivement l'installer dans « la cour des grands ». Dans la nuit du 5 au 6 mai 1992, à l'Assemblée nationale, Philippe Séguin défend pendant plus de deux heures une motion d'exception d'irrecevabilité qui vise à rejeter la réforme constitutionnelle devant per [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉGUIN PHILIPPE (1943-2010)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La confirmation du malaise de la droite : des élections régionales de 1998 aux européennes de 1999 »  : […] Les élections régionales de 1998 confirment les mauvais résultats de la droite. Dans beaucoup de régions, il n'y a pas de majorité de droite ou de gauche pour constituer l'exécutif régional ; dans ce contexte, certains élus de droite acceptent le soutien de l'extrême droite pour se faire élire ou réélire à la présidence d'une région. Il s'ensuit un véritable séisme politique qui montre que l'attit […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « Une droite de plus en plus divisée »  : […] L'avantage relatif en termes de popularité que conservent la gauche et le gouvernement tient pour une large part à la division accentuée de la droite. Malgré les appels à l'union lancés par certains ténors du R.P.R. (notamment Édouard Balladur et Alain Juppé), la droite apparaît peu apte à définir une doctrine capable de la rassembler. Pour autant, quoique mis en cause dans les « affaires », le pr […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1998

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « L'impossible union de la droite »  : […] Les résultats médiocres de la droite, son discrédit dans l'opinion, les accommodements de certaines personnalités avec le Front national obligeaient l'opposition à réagir. Toutefois, les recompositions internes sont apparues aux yeux du public plus comme des manœuvres d'état-major ou l'expression de tactiques individuelles que comme la formulation d'une nouvelle identité de droite autour d'un prog […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1997

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La droite embarrassée »  : […] À la fin de l'année 1997, la droite restait en état de choc et n'avait pas digéré sa défaite. Des mouvements de personnes ont certes affecté les états-majors, chaque dirigeant essayant déjà de se placer en vue de la présidentielle de 2002, mais aucune recomposition d'envergure ne se profile en son sein. Au-delà des critiques adressées aux premières mesures du gouvernement de gauche, aucun projet m […] Lire la suite

RPR (Rassemblement pour la République)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

Après sa démission de l'hôtel Matignon, en 1976, Jacques Chirac entreprend de réorganiser le mouvement gaulliste. C'est ainsi que naît le Rassemblement pour la République (R.P.R.), le 5 décembre 1976. La croix de Lorraine fait place au bonnet phrygien. La volonté d'ouverture se manifeste aussi par la nomination comme secrétaire général d'un haut fonctionnaire, Jérôme Monod, peu habitué jusque-là a […] Lire la suite

Les derniers événements

23-24 février 2010 France. Nomination de personnalités d'« ouverture » dans les institutions

Le 23, le député socialiste de l'Isère Didier Migaud, président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale depuis juin 2007, est nommé en Conseil des ministres pour succéder à Philippe Séguin, décédé en janvier, à la première présidence de la Cour des comptes. Le 24 sont annoncées les nominations de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel par le chef de l'État et les présidents des deux Assemblées. […] Lire la suite

11-27 mars 2001 France. Des élections municipales aux résultats mitigés

, Michèle Alliot-Marie, appelle à l'union des listes de l'opposition dans la capitale, au second tour, alors que Philippe Séguin refusait toute fusion avec les listes Tiberi. Le 18, le second tour des municipales est marqué par la victoire de la gauche à Paris et à Lyon et par le gain de nombreuses villes par la droite. Dans la capitale, avec 49,60 p. […] Lire la suite

12 décembre 2000 France. Rejet du budget de Paris

À la demande de Philippe Séguin, les partisans du candidat officiel du R.P.R. à la mairie de Paris ne prennent pas part au vote, laissant la gauche repousser le texte face aux seuls élus favorables à Jean Tiberi. Exclu du parti néo-gaulliste, ce dernier maintient sa candidature dissidente au renouvellement de son mandat. Philippe Séguin se déclare satisfait de cette « clarification » qui apporte la preuve que Jean Tiberi est désormais minoritaire à la mairie de Paris. […] Lire la suite

12-24 octobre 2000 France. Exclusion de Jean Tiberi, maire de Paris, du R.P.R.

La raison de cette exclusion réside dans la volonté de l'actuel maire de briguer un second mandat, en mars 2001, en dépit du choix de Philippe Séguin comme candidat officiel du R.P.R. à la mairie de Paris. En mars, Jean Tiberi avait déjà été suspendu de ses fonctions de secrétaire départemental du R.P.R. Le 24, la décision d'exclusion du comité départemental de Paris est entérinée par le comité politique du R. […] Lire la suite

21-27 septembre 2000 France. Publication du témoignage posthume d'un financier occulte du R.P.R.

De son côté, Philippe Séguin appelle de ses vœux « un acte d'explication et de repentance générale ». Mais la direction du R.P.R., comme celles du P.S., du P.C., de l'U.D.F. et de D.L., rejettent toute idée d'amnistie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « SÉGUIN PHILIPPE - (1943-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-seguin/