DEFFERRE GASTON (1910-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gaston Defferre est né le 14 septembre 1910 à Marsillargues (Hérault), dans une famille protestante. Son père, avoué, le conduit à choisir des études de droit. Après le lycée de Nîmes, Gaston Defferre s'inscrit à la faculté d'Aix-en-Provence, où il obtient une licence de droit et un diplôme supérieur d'économie politique. Souci d'indépendance ? Il quitte à vingt et un ans sa famille pour Dakar, où il découvre l'outre-mer, qui jouera un rôle important dans sa carrière politique. Deux ans après, il adhère à la S.F.I.O. et mène une existence tranquille d'avocat, que l'on décrit tout à la fois comme « brillant et réservé ».

1941 marque un tournant important dans la vie de Gaston Defferre. Il devient « Élie » ou « Danvers », ses pseudonymes les plus usuels, pour diriger le réseau « Brutus ». Son engagement dans la Résistance est total ; membre du comité exécutif du Parti socialiste clandestin, Gaston Defferre prône la constitution d'un Conseil national de la Résistance. Ses responsabilités sont importantes. La veille de l'arrestation de Jean Moulin, il se trouve au côté du chef de la Résistance dans la région lyonnaise. À Londres, à Alger, il rencontre les dirigeants de la France libre, ceux qui auront en charge les destinées du pays après la Libération.

Comme Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, Gaston Defferre va prendre le contrôle de cette grande capitale régionale qu'est Marseille dès la fin de la guerre. Dans un premier temps, Gaston Defferre s'empare du Petit Provençal. Il s'assure aussi la direction de la fédération S.F.I.O. des Bouches-du-Rhône. Nommé président de la délégation municipale, il devient maire de Marseille en 1944-1945. Mais la ville ne s'abandonne pas si facilement. Elle passe sous le contrôle des communistes et des gaullistes. Et ce n'est qu'en 1953 que Gaston Defferre redevient maire, grâce à une coalition de libéraux et de conservateurs qui voient en lui le « meilleur rempart contre le communisme ». Maire de Marseille jusqu'à sa mort, il ne conservera son fauteuil qu'au prix de combats homériques et d'alliances diverses.

Parallèlement, Gaston Defferre mène une carrière politique nationale brillante. Délégué à l'Assemblée consultative provisoire à la Libération, il siège comme député dans les deux Assemblées constituantes, en 1945-1946. Député socialiste des Bouches-du-Rhône en 1946, il sera constamment réélu jusqu'à sa mort, exception faite de 1958, où la vague gaulliste l'oblige à siéger au Sénat, de 1959 à 1962. Grande figure de la vie parlementaire, il préside pendant dix-neuf ans, de 1962 à 1981, le groupe F.G.D.S., puis socialiste, de l'Assemblée nationale.

Dès 1946, Gaston Defferre connaît les honneurs ministériels. Il est successivement secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil dans l'éphémère gouvernement Félix Gouin, puis sous-secrétaire d'État à la France d'outre-mer dans le cabinet Léon Blum (1946-1947), ministre de la Marine marchande dans les cabinets Pleven et Queuille (1950-1951 et 1951), et enfin ministre de la France d'outre-mer dans le gouvernement issu du Front républicain que dirige Guy Mollet. Gaston Defferre redevient ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation en 1981, avant d'être chargé du Plan et de l'Aménagement du territoire (1984-1986).

Que ce soit en 1956 ou en 1981, Gaston Defferre s'attache à faire adopter de grands textes qui modifient en profondeur des situations complexes. En 1956, il élabore l'importante loi-cadre sur l'A.-O.F. (Afrique-Occidentale française) et Madagascar, une loi d'ouverture qui va favoriser la décolonisation. En 1981, il refuse la présidence de l'Assemblée nationale pour s'attaquer, cette fois, à la décentralisation. La tâche lui paraît telle qu'il aurait préféré n'être « que » ministre de la Décentralisation. Il assume pourtant la charge difficile de ministre de l'Intérieur avec une grande conscience, expliquant : « Chaque fois que le ministère de l'Intérieur a été confié à un socialiste, l'extrême droite s'est déchaînée. Rappelez-vous Salengro ou Mitterrand. Cela ne me gêne pas. Je re [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DEFFERRE GASTON (1910-1986)  » est également traité dans :

CHARLES-ROUX EDMONDE (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 813 mots
  •  • 1 média

Née le 17 avril 1920 à Neuilly-sur-Seine, Edmonde Charles-Roux a commencé sa vie dans « le monde d’hier » cher à Stefan Zweig, celui des grandes capitales cosmopolites d’avant-guerre : Londres, Prague, Saint-Pétersbourg, Istanbul, Le Caire. En 1932, son père, François Charles-Roux (1879-1961), homme d’affaires, historien et diplomate, est nommé ambassadeur auprès du Saint-Siège à Rome. Adolescent […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle de 1965 »  : […] Après la victoire gaulliste de 1962, il n'est guère possible d'envisager de renverser le gouvernement par la voie parlementaire ; les oppositions doivent donc surtout préparer la future échéance présidentielle, prévue pour décembre 1965. Et il est évidemment à peu près impossible de se faire élire en revendiquant le modèle de président que la France a connu avant 1958 ; il faut présenter un progra […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Élection de l'héritier du gaullisme »  : […] Après l'échec référendaire et après la démission de Charles de Gaulle, Georges Pompidou, l'héritier « naturel » du gaullisme, annonce donc sa candidature à la fonction suprême dès le 29 avril 1969. Il s'assure rapidement le soutien du parti gaulliste, des Républicains indépendants et du groupe centriste Progrès et démocratie moderne. Il veut à la fois être un président dans la continuité du ga […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des réformes très importantes »  : […] Élu pour mettre en œuvre un changement politique d'envergure, le président Mitterrand veut aller vite. Il souhaite notamment impulser une nouvelle politique économique pour réduire les inégalités sociales et relancer l'emploi. Le premier objectif se traduit surtout par la création de l'impôt sur les grandes fortunes, le second par l'octroi d'une cinquième semaine de congés payés pour tous, la r […] Lire la suite

INDÉPENDANCE DE L'AFRIQUE NOIRE FRANÇAISE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 496 mots

30 janvier-8 février 1944 Inaugurée par le général de Gaulle, la conférence de Brazzaville exclut la possibilité de toute autonomie ou indépendance des colonies françaises, mais prévoit de leur conférer le droit d'élire des représentants dans les assemblées nationales. 13 octobre 1946 Approuvée par référendum, la Constitution de la IV e  République intègre les colonies dans l'Union française, qu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « DEFFERRE GASTON - (1910-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-defferre/