PASQUA CHARLES (1927-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux fois ministre de l’Intérieur, député, puis sénateur du département des Hauts-de-Seine où il mena aussi une carrière d’élu local, Charles Pasqua fut une figure centrale de la droite parlementaire durant plus de quarante ans. Son image n’en est pas moins controversée : patriote et gaulliste convaincu, homme d’État à la faconde truculente pour les uns, il fut aussi, pour d’autres, un élu et un militant cynique et manœuvrier, versé dans les intrigues et un affairisme qui ont contribué à ternir la vie politique.

Charles Pasqua

Charles Pasqua

photographie

Avec son passé de résistant, son rôle au service d'action civique (S.A.C.), son soutien à Chirac lors de la prise de contrôle du R.P.R., ses passages à la tête du ministère de l'Intérieur, son soutien à Balladur contre Chirac en 1995, Charles Pasqua a épousé avec faconde l'histoire du... 

Crédits : P. Pavani/ Getty Images/ AFP

Afficher

L’engagement gaulliste

Issu d’une famille corse, Charles Pasqua naît en 1927, à Grasse (Alpes-Maritimes), où son père est policier. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, encore adolescent, le futur ministre de l’Intérieur s’engage dans la résistance et rejoint la France libre du général de Gaulle. Après la guerre, il entreprend des études de droit et s’installe à Marseille, où il trouve un emploi chez Ricard en 1952. Il connaît une ascension rapide au sein de l’entreprise, devient inspecteur des ventes en 1955, directeur régional en 1960, puis directeur général des ventes en 1962. Lorsqu’il quitte Ricard en 1967, il est numéro 2 du groupe.

Parallèlement à cette première carrière dans le secteur privé, Charles Pasqua demeure un militant gaulliste très actif. Il participe à la fondation du Rassemblement du peuple français dans les Alpes-Maritimes en 1947 puis, en 1959, à la création du Service d’action civique. Il devient vice-président de cette officine à la réputation sulfureuse, souvent accusée d’être le paravent d’une police parallèle au service du pouvoir. À la suite des évènements de mai 1968, Charles Pasqua profite du raz-de-marée gaulliste aux élections législatives de juin, et se fait élire député de Clichy-Levallois-Perret.

Charles Pasqua apporte un soutien décisif à Jacques Chirac, Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1976, quand celui-ci prend la tête de la nouvelle formation gaulliste, le Rassemblement pour la République (R.P.R.), en 1976. Charles Pasqua en devient le secrétaire général adjoint. Battu aux législatives de 1973, il est élu sénateur des Hauts-de-Seine en 1977, département dont il préside le conseil général entre 1973 et 1976, puis entre 1988 et 2004. Il est également conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine entre 1983 et 2001.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PASQUA CHARLES (1927-2015)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 266 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La confirmation du malaise de la droite : des élections régionales de 1998 aux européennes de 1999 »  : […] l'échéance, ne se sentant pas assez soutenu par le président de la République. Nicolas Sarkozy le remplace. Charles Pasqua s'allie avec Philippe de Villiers pour présenter une liste eurosceptique et souverainiste. L'U.D.F. présente aussi une liste, emmenée par François Bayrou, sur un programme très européen. La liste R.P.R.-D.L., soutenue par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_28305

FRANCE - L'année politique 2004

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 928 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le basculement à gauche d'une majorité de départements »  : […] l'ancien dirigeant du P.C.F., Robert Hue, ainsi que le retour de Charles Pasqua, défait aux européennes, et regagnant là son immunité parlementaire. Après un duel au sein de l'U.M.P. entre le président sortant, Christian Poncelet, et l'ancien ministre, Alain Lambert, le premier devait être finalement réélu à la présidence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2004/#i_28305

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « Une droite de plus en plus divisée »  : […] davantage les esprits. Dès 2000, Alain Madelin, président de Démocratie libérale, et François Bayrou, président de l'U.D.F., ont annoncé leur candidature à la première, non sans critiques au sein de leurs partis respectifs, et Charles Pasqua, président du R.P.F., s'est également mis sur les rangs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2000/#i_28305

Voir aussi

Pour citer l’article

Blaise MAGNIN, « PASQUA CHARLES - (1927-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-pasqua/