BARRE RAYMOND (1924-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, Raymond Barre naît le 12 avril 1924 à Saint-Denis, sur l'île de la Réunion. La carrière universitaire le séduit dans un premier temps. Il commence en effet par obtenir son agrégation de droit et de science économique en 1950 et est nommé professeur à la faculté de droit de Caen. Comme universitaire, on doit notamment à cet « esprit carré dans un corps rond », ainsi qu'il se définissait lui-même, la publication d'un Traité d'économie politique (1959) maintes fois traduit, réédité et recommandé à des générations d'étudiants, ainsi que la traduction d'un célèbre ouvrage du libéral Friedrich von Hayek, Scientisme et sciences sociales. Essai sur le mauvais usage de la raison (1953).

Dès la fin des années 1950, la politique commence à l'éloigner de cet univers académique. De 1959 à 1962, il devient ainsi directeur de cabinet de Jean-Marcel Jeanneney, ministre de l'Industrie, poste à partir duquel il débute une nouvelle carrière en acceptant différentes responsabilités à dominante économique, notamment dans le cadre des services du plan. Européen déterminé, il est vice-président de la Commission européenne de Bruxelles en charge des Affaires économiques et financières de 1967 à 1973. Dans le cadre de ces fonctions, il sera associé à diverses initiatives qui seront à l'origine de la création d'une unité de compte européenne. Il laissera également son nom à un « premier plan Barre », impulsant au niveau supranational européen une concertation des politiques économiques placée au service d'un renforcement de la convergence des orientations nationales.

En janvier 1976, Raymond Barre opère un nouveau redéploiement : il est nommé ministre du Commerce extérieur, avant d'accéder le 25 août 1976 – au moment où Jacques Chirac décide de rompre avec Valéry Giscard d'Estaing et de s'en aller fonder le R.P.R. – au poste de Premier ministre, à la tête d'une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Paris-X-Nanterre, membre du Groupe d'analyse politique

Classification

Autres références

«  BARRE RAYMOND (1924-2007)  » est également traité dans :

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 236 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le plan Barre »  : […] Le 12 février 1969, un mémorandum de la Commission – plus connu sous le nom de premier plan Barre – stipule la nécessité pour l'Europe de converger, parallèlement à l'intégration économique, vers une meilleure coordination des politiques macroéconomiques et un rapprochement des politiques monétaires. Il fait de nouvelles propositions pour mieux assurer la concertation et le rapprochement des polit […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La démission de Jacques Chirac et le lancement du R.P.R. »  : […] Le Premier ministre semble très en retrait par rapport à des réformes qui sont impulsées par des « directives » de l'Élysée, que le gouvernement essaie de faire aboutir en commençant souvent par convaincre une majorité parlementaire assez traditionnelle. Dans le même temps, le mécontentement grandit dans l'opinion, du fait d'une situation économique qui se dégrade très fortement. En 1975, le P.N.B […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle et les législatives de 1988 »  : […] D'après les sondages faits en 1987, le président est donné nettement gagnant de l'élection s'il se représente. Il est très tenté de le faire et fait préparer sa « candidature implicite » dès l'été de 1987. Cette période est marquée par l'organisation d'appels variés à sa réélection et l'apparition de ce qu'on a appelé une « tontonmania », le peuple de France semblant avoir un besoin irrépressible […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chocs pétroliers et difficultés internes »  : […] La crise des années 1970 affecte spécialement la France pour de nombreuses raisons. Sa dépendance énergétique est particulièrement élevée (les importations représentent 75 p. 100 de la consommation d'énergie en 1973), et le franc reste faible, ce qui alourdit considérablement la facture énergétique (largement réglée en dollars) : elle passe de 15 à 152 milliards de francs entre 1973 et 1984. Les t […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Adoption du quinquennat par référendum. 24 septembre 2000

telles que Raymond Barre (apparenté U.D.F.), François Léotard (U.D.F.) ou Jacques Delors (P.S.). Le P.C.F., la L.C.R. et L.O. préconisaient l'abstention et le C.P.N.T., le vote blanc. Enfin, les Verts n'avaient pas donné de consigne de vote. Selon le président Chirac, la forte abstention signifie […] Lire la suite

France. Élection d'Anne-Marie Comparini à la présidence du conseil régional Rhône-Alpes. 9 janvier 1999

Le conseil régional Rhône-Alpes élit à sa présidence la candidate de l'U.D.F., Anne-Marie Comparini, adjointe au maire de Lyon, Raymond Barre. L'élection de Charles Millon, obtenue en mars 1998 grâce aux voix du Front national, avait été annulée par le Conseil d'État en décembre. Anne-Marie […] Lire la suite

France. Élections municipales. 11-18 juin 1995

pas. La liste de Raymond Barre (U.D.F.) l'emporte à Lyon. À Clermont-Ferrand, la liste de Valéry Giscard d'Estaing (U.D.F.) échoue face à celle du maire sortant (P.S.) Roger Quillot. La gauche perd le contrôle de plusieurs villes de plus de 30 000 habitants mais continue à en contrôler le plus grand […] Lire la suite

France. Renoncements et retraits dans la compétition pour la présidence de la République. 6-31 mars 1995

Le 6, l'ancien Premier ministre Raymond Barre, député (apparenté U.D.F.) du Rhône, annonce qu'il ne se présentera pas à l'élection présidentielle d'avril-mai. Le 7, l'ancien chef de l'État Valéry Giscard d'Estaing, président de l'U.D.F., déclare à son tour renoncer à la course à l'Élysée afin […] Lire la suite

France. Engagement de la responsabilité du gouvernement sur le vote du budget. 17-23 octobre 1989

comme adoptée. Lors du vote, le 20 novembre, sur une nouvelle motion de censure, concernant cette fois l'ensemble du budget, l'opposition se retrouvera un peu plus unie puisque la censure recueillera 254 voix ; mais deux députés R.P.R. et U.D.C., dont Raymond Barre, refuseront toujours de la voter, de même que les députés communistes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric PHÉLIPPEAU, « BARRE RAYMOND - (1924-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-barre/