BALLADUR ÉDOUARD (1929-    )

Homme politique français, Premier ministre de 1993 à 1995.

Édouard Balladur est né à Smyrne, aujourd’hui Izmir, le 2 mai 1929. Voici trois siècles que sa famille de riches négociants s'est installée auprès de la Sublime Porte. Mais il ne gardera que de lointains souvenirs d'enfance de la Turquie. Il a neuf ans lorsque son père s'installe à Marseille où il poursuivra sa scolarité, au lycée Thiers, puis il « monte » à Paris, s'installe chez les frères maristes – le fameux « 104 », rue de Vaugirard, fréquenté quinze ans plus tôt par François Mitterrand –, « fait » Sciences-Po puis l'E.N.A. Il accomplit son service militaire en Algérie, chez les spahis, deux ans avant le début de la guerre.

Lorsqu'il sort de l'E.N.A., en 1957, c'est pour épouser Marie-Josèphe Delatour (dont il aura quatre fils) et pour entrer au Conseil d'État. Mais le contentieux, puis la surveillance des travaux publics ne l'occuperont pas longtemps. Le voici appelé, en 1962, auprès du directeur général de l'O.R.T.F., Pierre Bordaz. Un an plus tard, Michel Jobert le fait entrer au cabinet du Premier ministre, Georges Pompidou.

Édouard Balladur ne quittera plus le futur président de la République. Il est d'abord son chargé de mission, puis son conseiller pour les Affaires sociales et religieuses. Il est à ce titre l'un des artisans des fameuses ordonnances de 1967 sur la participation et sur la sécurité sociale.

C'est à cette époque qu'il fait la connaissance de Jacques Chirac qui passera, lui, rapidement de l'ombre à la lumière, du cabinet de Matignon au gouvernement, où son premier poste est celui de secrétaire d'État... aux Affaires sociales. Dans la tempête de Mai-68, les deux hommes feront partie de la garde rapprochée de Georges Pompidou. Ils mettront au point le protocole de Grenelle et feront corps autour du Premier ministre, auquel ils voueront jusqu'à la fin une allégeance sans faille.

Tout naturellement, Édouard Balladur suit Georges Pompidou dans sa brève traversée du désert (1968-1969) puis à la [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALLADUR ÉDOUARD (1929- )  » est également traité dans :

CHIRAC JACQUES (1932-    )

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 960 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la conquête du pouvoir »  : […] En 1993, il ne renouvelle pas l'expérience de 1986 et laisse à Édouard Balladur la tâche de gérer à Matignon la seconde cohabitation. Lui-même se réserve pour l'élection présidentielle de 1995. Ce choix tactique manquera de lui être fatal, car la rivalité sera bientôt vive entre les deux « amis de trente ans ». Longtemps, Édouard Balladur jouira d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chirac/#i_16289

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Seconde cohabitation avec Édouard Balladur »  : […] de 1995, ne souhaite pas redevenir Premier ministre. François Mitterrand nomme donc Édouard Balladur, qui avait été le ministre de l'Économie et des Finances de la première cohabitation et qui avait souvent inspiré la politique du gouvernement. Il constitue un gouvernement ramassé avec une volonté d'union de la majorité : l'U.D.F. y est très bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-mitterrand-1981-1995/#i_16289

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 266 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Jacques Chirac à la conquête du pouvoir présidentiel »  : […] cela nuirait à sa candidature présidentielle, comme ce fut le cas en 1988. Il préfère donc laisser cette responsabilité à Édouard Balladur, ministre d'État de 1986 à 1988 dans son gouvernement et sorte de vice-Premier ministre, proche conseiller au R.P.R. et « ami de trente ans ». Il n'avait simplement pas prévu que la popularité du Premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_16289

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les affaires politico-judiciaires »  : […] L’opposition continue, de son côté, à pâtir de différentes affaires judiciaires. L’affaire Karachi connaît de nouveaux rebondissements : l’ancien Premier ministre Édouard Balladur, toujours suspecté d’avoir bénéficié de rétrocommissions sur des contrats d’armement au Pakistan et en Arabie Saoudite pour financer sa campagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2013/#i_16289

FRANCE - L'année politique 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 562 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les « affaires » continuent »  : […] des rétro-commissions qui auraient été versées par Karachi en 1995 pour participer au financement de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur, dans le cadre d'un contrat d'armement. Cette affaire pourrait impliquer Nicolas Sarkozy, à l'époque porte-parole de campagne d'Édouard Balladur et qui, alors qu'il était ministre du Budget, avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france/#i_16289

FRANCE - L'année politique 2011

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 621 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des « affaires » au cœur de la vie politique »  : […] par Karachi en 1995 au bénéfice de la campagne présidentielle du Premier ministre de l'époque, Édouard Balladur, dans le cadre d'un contrat d'armement. L'arrêt du versement des commissions, à l'époque légales, à des intermédiaires pakistanais, dont certains semblent estimer qu'il serait aussi dû à l'existence de ces rétro- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2011/#i_16289

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie politique marquée par les affaires »  : […] versées par Karachi qui auraient bénéficié à la campagne d'Édouard Balladur, candidat malheureux à la présidence de la République en 1995. L'arrêt du versement des commissions à des intermédiaires pakistanais, à l'époque légales, dont certains semblent estimer qu'il serait aussi dû à l'existence de ces rétrocommissions, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-annee-politique-2010/#i_16289

NATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BONICHOT, 
  • Universalis
  •  • 6 936 mots

Dans le chapitre « La gestion du secteur public »  : […] et Rhône-Poulenc voyaient une partie de leurs actifs cédée. Le mouvement s'accentua avec le gouvernement d'Édouard Balladur issu des élections législatives de mars 1993 qui portaient à l'Assemblée nationale une nouvelle majorité de droite. Une loi prévoyant la privatisation de vingt et une sociétés était voté le 19 juillet 1993. Ce faisant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisation/#i_16289

PASQUA CHARLES (1927-2015)

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au ministère de l’Intérieur »  : […] retrouve le ministère de l’Intérieur en 1993, à l’occasion de la seconde cohabitation, Édouard Balladur étant Premier ministre et Jacques Chirac préférant se maintenir à la tête du R.P.R., dans la perspective de la présidentielle de 1995. Alors qu’il se revendique du souverainisme, et malgré son compagnonnage de longue date […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-pasqua/#i_16289

ROUSSELET ANDRÉ (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 994 mots

En 1994, dix ans après le début de son aventure audiovisuelle, il est renvoyé de la direction de Canal Plus par les actionnaires. Il accuse le Premier ministre de l’époque, Édouard Balladur, d’avoir organisé sa chute et publie un article au vitriol contre lui dans Le Monde. Son titre – « Édouard m’a tuer » – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-rousselet/#i_16289

SARKOZY NICOLAS (1955-    )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE, 
  • Universalis
  •  • 1 645 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une rencontre décisive »  : […] nommé ministre délégué au Budget et porte-parole du gouvernement d'Édouard Balladur, et fait très vite le choix de ce dernier pour l'élection présidentielle qui doit avoir lieu deux ans plus tard. Il sera jusqu'au bout son plus zélé supporter. Il fait même le pari que Chirac renoncera finalement à se présenter, rêve tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-sarkozy/#i_16289

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « BALLADUR ÉDOUARD (1929-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-balladur/