BALLADUR ÉDOUARD (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, Premier ministre de 1993 à 1995.

Édouard Balladur est né à Smyrne, aujourd’hui Izmir, le 2 mai 1929. Voici trois siècles que sa famille de riches négociants s'est installée auprès de la Sublime Porte. Mais il ne gardera que de lointains souvenirs d'enfance de la Turquie. Il a neuf ans lorsque son père s'installe à Marseille où il poursuivra sa scolarité, au lycée Thiers, puis il « monte » à Paris, s'installe chez les frères maristes – le fameux « 104 », rue de Vaugirard, fréquenté quinze ans plus tôt par François Mitterrand –, « fait » Sciences-Po puis l'ENA. Il accomplit son service militaire en Algérie, chez les spahis, deux ans avant le début de la guerre.

Lorsqu'il sort de l'ENA, en 1957, c'est pour épouser Marie-Josèphe Delatour (dont il aura quatre fils) et pour entrer au Conseil d'État. Mais le contentieux, puis la surveillance des travaux publics ne l'occuperont pas longtemps. Le voici appelé, en 1962, auprès du directeur général de l'ORTF, Pierre Bordaz. Un an plus tard, Michel Jobert le fait entrer au cabinet du Premier ministre, Georges Pompidou.

Édouard Balladur ne quittera plus le futur président de la République. Il est d'abord son chargé de mission, puis son conseiller pour les Affaires sociales et religieuses. Il est à ce titre l'un des artisans des fameuses ordonnances de 1967 sur la participation et sur la sécurité sociale.

C'est à cette époque qu'il fait la connaissance de Jacques Chirac qui passera, lui, rapidement de l'ombre à la lumière, du cabinet de Matignon au gouvernement, où son premier poste est celui de secrétaire d'État... aux Affaires sociales. Dans la tempête de Mai-68, les deux hommes feront partie de la garde rapprochée de Georges Pompidou. Ils mettront au point le protocole de Grenelle et feront corps autour du Premier ministre, auquel ils voueront jusqu'à la fin une allégeance sans faille.

Tout naturellement, Édouard Balladur suit Georges Pompidou dans sa brève traversée du désert (1968-1969) puis à la présidence de la République, comme secrétaire général adjoint, puis, lorsque Michel Jobert entre à son tour au gouvernement, comme secrétaire général de l'Élysée (1973). Poste prestigieux, mais travail délicat lorsqu'il faut taire au pays et au Tout-Paris bruissant de rumeurs la maladie du président.

À la mort de Georges Pompidou (1974), ni le nouveau président, Valéry Giscard d'Estaing, ni son Premier ministre, Jacques Chirac, ne lui ont proposé le poste qu'il espérait, la présidence d'une grande société nationale, par exemple. Il refuse donc (par deux fois) l'ambassade auprès du Vatican et s'en va dans le privé où son ami Ambroise Roux, patron de la Compagnie générale d'électricité, lui offre la direction d'une filiale, la Générale des services informatiques, puis celle de la Compagnie générale d'accumulateurs. Édouard Balladur dirige aussi (de 1968 à 1981) la Société française pour la construction et l'exploitation du tunnel sous le Mont-Blanc.

Mais le monde de l'informatique n'est pas vraiment celui d'Édouard Balladur. Aussi n'hésite-t-il guère lorsque, en 1980, Jacques Chirac, qui vient de se séparer de Pierre Juillet et de Marie-France Garaud, l'appelle à ses côtés. On voit alors le nouveau conseiller, chaque dimanche après-midi, à l'Hôtel de Ville de Paris. Même si ses avis ne sont pas toujours suivis – il déconseille au président du RPR de se présenter à l'élection présidentielle de 1981 –, Édouard Balladur prend une importance croissante auprès de Jacques Chirac. Devenu, en 1986, son ministre de l'Économie et des Finances, il est le seul à avoir rang de ministre d'État. Le chef du gouvernement le consulte sur tout, lui délègue entièrement les arbitrages budgétaires, le fait participer à la moindre réunion. La même année, il se fait élire – à la proportionnelle – député (RPR) de Paris.

Lorsque Jacques Chirac échoue à l'élection présidentielle de 1988, la tentation est donc forte, dans certains rangs du RPR, de faire porter à Édouard Balladur le chapeau de la défaite. L'intéressé en conçoit quelque amertume. Il continue de conseiller Chirac, mais crée son propre club [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BALLADUR ÉDOUARD (1929- )  » est également traité dans :

CHIRAC JACQUES (1932-2019)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 996 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « À la conquête du pouvoir »  : […] Tout de suite, Jacques Chirac veut apparaître comme un adversaire résolu du nouveau pouvoir socialiste et comme un recours. Il lui faut, à la fois, continuer d'ancrer le RPR dans la vie politique française et marginaliser Raymond Barre. Sa nouvelle image, plus posée, et l'évolution de la situation politique font de lui, dans les sondages, un président de la République en puissance. Il a désormais […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Seconde cohabitation avec Édouard Balladur »  : […] Les élections législatives de mars 1993 sont conformes à la déroute annoncée des socialistes, la gauche ne totalise qu'environ 30 p. 100 des suffrages et la droite 44 p. 100, les écologistes étant à près de 11 p. 100 et l'extrême droite à 12,7 p. 100. La nouvelle majorité (R.P.R., U.D.F. et divers droite) dispose de 474 sièges sur 577. Jacques Chirac, voulant se présenter à l'élection présidentiel […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Jacques Chirac à la conquête du pouvoir présidentiel »  : […] La conjoncture électorale de 1995 est favorable à la droite puisque les socialistes ont subi des défaites électorales très importantes aux législatives de 1993 et aux européennes de 1994. Ils ont, dans ce contexte, beaucoup de mal à trouver un candidat crédible. Jacques Chirac, bien qu'il préside le parti ayant le plus de députés dans la majorité parlementaire élue en 1993, n'a pas alors souhaité […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les affaires politico-judiciaires »  : […] L’année est marquée par plusieurs affaires politico-judiciaires. L’action du gouvernement est directement affectée par les révélations de Mediapart sur le compte en Suisse non déclaré de Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget. Celui-ci démissionne le 19 mars. Le 2 avril, il reconnaît avoir menti au président de la République et à la représentation nationale. À la suite de cette affaire, le gouvern […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « affaires » continuent »  : […] L'enquête se poursuit dans l'affaire des rétro-commissions qui auraient été versées par Karachi en 1995 pour participer au financement de la campagne présidentielle d' Édouard Balladur, dans le cadre d'un contrat d'armement. Cette affaire pourrait impliquer Nicolas Sarkozy, à l'époque porte-parole de campagne d'Édouard Balladur et qui, alors qu'il était ministre du Budget, avait signé ce contrat. […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2011

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 622 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des « affaires » au cœur de la vie politique »  : […] Cinq affaires, de nature très différente, ont fortement marqué l'année 2011. La première concerne le directeur général du F.M.I. Dominique Strauss-Kahn, qui était aussi l'un des candidats potentiels du P.S. favoris à l'élection présidentielle de 2012 et souvent présenté comme le plus susceptible de battre le président sortant. Inculpé en mai de tentative de viol sur une employée de l'hôtel Sofite […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie politique marquée par les affaires »  : […] Deux affaires ont largement marqué l'année 2010. La première est liée au soupçon de fraude fiscale dont se serait rendue coupable Liliane Bettencourt, principale propriétaire du groupe L'Oréal. Portée au grand jour par un différend opposant cette dernière à sa fille à propos de donations effectuées par la première au photographe François-Marie Banier, différend finalement réglé par un accord inte […] Lire la suite

GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 10 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un leadership incertain (1995-2002) »  : […] Même si François Mitterrand reste au pouvoir jusqu’en 1995, son âge fait de la question de sa succession, dès le début des années 1990, l’enjeu central des débats au sein du PS. Les candidats potentiels étant nombreux (Michel Rocard, Lionel Jospin, Laurent Fabius…), s’ouvre alors une période de grande instabilité. Le courant mitterrandiste explose et se déchire publiquement lors du congrès de Renn […] Lire la suite

NATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BONICHOT, 
  • Universalis
  •  • 6 936 mots

Dans le chapitre « La gestion du secteur public »  : […] Les entreprises nationales sont au carrefour d'exigences multiples et contradictoires. La philosophie qui inspire les nationalisations exigerait qu'elles soient mises au service de la nation ; la nécessité de leur efficacité exige l'autonomie de gestion et, éventuellement, que les intérêts de l'entreprise l'emportent sur l'intérêt public, au moins sur l'intérêt public du moment. Ces diverses exige […] Lire la suite

PASQUA CHARLES (1927-2015)

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au ministère de l’Intérieur »  : […] En 1986, Jacques Chirac redevient Premier ministre lors de la première cohabitation d’un gouvernement de droite avec François Mitterrand. Charles Pasqua, qui a dirigé la campagne présidentielle de Chirac en 1981, est nommé ministre de l’Intérieur. Au cours de ce premier passage place Beauvau, Charles Pasqua durcit les conditions de séjour des étrangers en France, donne des consignes de fermeté à l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « BALLADUR ÉDOUARD (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-balladur/