LYOTARD JEAN-FRANÇOIS (1924-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Penseur qui avait au plus haut point le sens du politique, esprit profondément critique, sensible à l'événement sous toutes ses formes, à la fois engagé et averti des ornières de l'engagement, Jean-François Lyotard incarne une des grandes figures de la philosophie française de la seconde moitié du xxe siècle, dans ce mouvement de pensée qui fit suite à la phénoménologie, se défia des emblèmes de la philosophie et de toute allégation quant à une possible résolution de l'Histoire. Son œuvre considérable ne se laisse pas prendre aux filets du système : « Ce qui menace le travail de penser (ou d'écrire) n'est pas qu'il reste épisodique, c'est qu'il feigne d'être complet », écrivait-il.

Après avoir fréquenté la Sorbonne de l'immédiat après-guerre, Jean-François Lyotard part enseigner la philosophie en 1952 au lycée de Constantine, où il fait l'expérience du colonialisme ainsi que du caractère d'emblée contradictoire de la guerre de libération algérienne, de sa totale légitimité et de ses impasses. Il rencontre l'historien Pierre Souyri et entre à Socialisme ou barbarie où, avec Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, il participe à la critique du totalitarisme.

Après s’être inscrit dans le sillage de la phénoménologie de Merleau-Ponty, il s'en éloigne et écrit Discours, figure (1971), qui marque un écart irréductible entre le dire et le voir. Vient Mai-68 et l'époque de confluence à l'université de Vincennes avec le mouvement philosophique contemporain conduisant à la remise en cause du Sujet, dans le partage avec Deleuze, Foucault, Lacan, à l’interrogation sur les institutions et à l'invention de formes nouvelles d'inscription de ce qui leur échappe. Dérive à partir de Marx et Freud (1972) et Économie libidinale (1974) témoignent du détachement à l'égard du théoricisme et d'une pensée de l'énergétique du désir.

Avec les années 1980, marquées par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur d'État ès philosophie, enseignant

Classification


Autres références

«  LYOTARD JEAN-FRANÇOIS (1924-1998)  » est également traité dans :

ADAMI VALERIO (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 857 mots

Peintre italien, né en 1935 à Bologne, installé à Paris en 1970, Adami a entretenu dès ses débuts des rapports étroits avec les écrivains et les artistes de l'avant-garde internationale parisienne. Élève de l'académie Brera de Milan, il expose dès 1957 ses premiers tableaux, influencés par Matta. Bien que très vite effacée par la mise en place de formes nettes, inspirées par des photographies qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valerio-adami/#i_97312

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L’anthropologie postmoderne »  : […] Depuis les années 1980, la problématisation quasi généralisée des connaissances académiques a constitué un mouvement important dans les universités anglo-saxonnes. En dépit d'une très grande hétérogénéité interne, ce courant, qualifié de « postmoderne », considère dans l'ensemble que les théories sociales modernes, héritées des Lumières, reposent sur la fausse conviction que la connaissance des l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_97312

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Machiavel et la modernité »  : […] Le statut que notre modernité reconnaît désormais aux phénomènes de la culture limite sans doute le champ qu'il faut abandonner au machiavélisme. Ce faisant, il lui reconnaît une place : reconnaissance théorique que la pratique ne se laisse pas tout entière cerner. Les journaux politiques nous réservent des surprises, demain et les jours suivants ; et pourtant, dans les livres à venir, des politol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machiavel/#i_97312

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Performance et narrativité »  : […] C'est au philosophe Jean-François Lyotard que revient le mérite d'avoir fait clairement la distinction, pour la première fois, entre les théories « performatives » – qui s'efforcent de justifier la science moderne et les divers développements de la technologie au xx e  siècle par des discours de « légitimation », axés sur des critères « positifs » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_97312

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Différence et sens »  : […] Le lent effritement des modèles marxistes et freudiens après 1968 amène la philosophie spéculative française à privilégier de nouvelles références, d'origine allemande encore : Friedrich Nietzsche, pour sa critique de la vérité métaphysique à partir de la puissance affirmative de la vie, Edmund Husserl, pour sa méthode phénoménologique d'analyse des intentionnalités de conscience, Martin Heidegger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_97312

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « Le crépuscule des « grands récits » »  : […] En philosophie, le postmodernisme devient sujet de débat en 1979 avec la publication de l'ouvrage de Jean-François Lyotard, La Condition postmoderne , que l'auteur caractérise par la perte de crédibilité et le déclin des métarécits qui sous-tendent le discours philosophique de la modernité. C'est autour de cette question que va éclater une querelle, dont les protagonistes se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/postmodernisme/#i_97312

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sublime et métaphysique »  : […] Tel est, semble-t-il, le fond de la problématique du sublime. Et tel est ce qui la définit comme une problématique proprement métaphysique, en somme toujours affrontée à ce paradoxe matriciel qui est peut-être le paradoxe même de l'ontologie : dans le sublime, c'est la nature qui demande à l'art de la seconder, de la faire être afin qu'elle se révèle. Mais du coup elle supprime l'art, au sens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime/#i_97312

Pour citer l’article

Gérald SFEZ, « LYOTARD JEAN-FRANÇOIS - (1924-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-lyotard/